Chocotte

De Wiki-Anjou

Parler angevin

Dictionnaire des mots de l'Anjou

Mots concernant le territoire angevin et son patois.

Aide à la rédaction


Patois angevin (dictionnaire) En patois angevin

chocotte

Mot

Nom commun, féminin, singulier. Se prononce /ʃɔ.kɔt/ (API).

En Anjou, chocotte désigne une décharge, un dépotoir.

S'emploie également sous forme de verbe (voir chocotter).

Correspondance dépotoir.

Témoignage

Ma chocotte

À Avrillé lorsque j'étais enfant (1933/1950) nous appelions « chocotte », un dépotoir ; on dirait aujourd'hui, une décharge publique. Il y en avait dans toutes les communes bien sûr.

Les tombereaux hippomobiles des ramasseurs d'ordures (les bougonniers) y déversaient leur contenu (les balayures).

Au Bois du Roi, au bout de la rue des Chênes où j'habitais, les bougonniers ne venaient pas, mais il y avait une "chocotte" où un peu tout le monde venait se débarrasser de déchets et de bricoles encombrantes. C'était, je crois, une ancienne carrière.

Et nous, les enfants des habitants les moins aisés (j'étais de ceux là hélas), nous allions "chocotter", c'est à dire chercher et rapporter quelquefois des jouets ou ustensiles apparemment encore utiles.

Des adultes allaient aussi "faire un tour à la chocotte" à la recherche d'un morceau de bois, de fil de fer ou autre métal pour bricoler à la maison.

Ce nom féminin de "chocotte", dont aucune encyclopédie ne mentionne l'existence, se prononce encore aujourd'hui en Anjou ; et je le prononce encore volontiers (mes fils également) pour désigner quelques décharges sauvages.

- T'a vu, y a une chocotte !

Henri Vincent, Avrillé, 9 mars 2013

Parler angevin (ressources) Notes

  • Mot issu du témoignage d'Henri Vincent, habitant Avrillé (voir ci-avant).
    Confirmé par le témoignage oral d'une personne de Briollay. S'emploie également sous forme de verbe : « où c' qu' t'a été chocotter ça ?! » (où c'est que tu as été ramasser - dans une déchetterie, un dépotoir - çà).
  • Nulle mention dans le Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou d'A.-J. Verrier et R. Onillon (1908), ni dans le Dictionnaire de la langue française (1872-77) d'Émile Littré.
  • On trouve dans Wiktionnaire (chocotte) la mention qu'en langage populaire, chocotte désigne une voiture à bras permettant le transport de diverses marchandises.
    Dans l'ouvrage Odeurs du monde : écriture de la nuit (L'Harmattan, 1998, p.page 63), Diana Rey-Hulman et Henri Boccara mentionnent un lien entre chocotte et odeur : l'intensité des odeurs déclenche la peur, « ça chocotte » (transposition d'« avoir les chocottes ») pour une odeur qui donne la trouille.
  • Définition de chocotte extraite du Littré de l’argot d’Albert Simonin Le petit Simonin illustré, préfacé par Jean Cocteau et illustré par Paul Grimault, achevé d’imprimé le 30 mai 1959 et édité par Les Productions de Paris en 1959.
    chocotte – n. f. – Dent. Ne s’emploie habituellement qu’au pluriel et dans l’expression “avoir les chocottes” ; avoir peur, transcription de “claquer des dents”. On peut dire, parlant d’une rage de dents : j’ai mal aux chocottes, mais en aucune façon : “La môme Lulu à de belles chocottes”. La beauté de la dentition chez quelqu’un est habituellement marquée par la formation d’un sobriquet : “Lulu les belles dents”.
    Autre exemple : tiré de la définition se mettre à table : Petit Louis serrait les chocottes. Il savait qu’il devait tenir 48 heures sans se mettre à table. Après, devant le curieux, toutes les salades seraient permises.