Ben

De Wiki-Anjou
Révision datée du 15 mai 2021 à 07:04 par Franck-fnba (discussion | contributions) (relecture)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)


Parler angevin

Dictionnaire angevin

Mots concernant le parler angevin.

Aide à la rédaction


Parler angevin (dictionnaire)
 En Anjou

Entendu ici, mais pas que…
ben

Mot

Adverbe, invariable.

En Anjou, ben pour bien, très, fort, beaucoup.

Mot que l'on retouve dans des expressions :

  • Ben s'en faut, bien s'en faut.
  • Ça se pourrait ben, ça se pourrait bien.
  • Y avait bien du monde, y avait bien du monde.

Proverbe : « Faut ben aller comme va le temps. » (Verrier et Onillon, Proverbes)

Rimiau

« c’est ben conv’nu, c’est tout réglé :

ein paisan, c’est ein imbécile,

ein pétras, ein gâs point r’naré,

qui n’a point d’esprit en la tête. »

— M. Leclerc, Rimiaux

Glossaire Verrier Onillon

Dans le glossaire de Verrier et Onillon : « Ben (Mj.), adv. — Bien, très, fort. Ex. : C'est ben fait. || Beaucoup. Ex. : Il a ben du bien. Il est à noter que le nom Bien se prononce com. en fr. || Vraiment (Sp.). Ex. : N'avez-vous point de lait à me vendre ? — Oh ! si ben, j'en ai. — Le mot : ben est ici une affirmation ou un explétif dont l'emploi rappelle celui de son syn. all. : Wohl. Une allemande répondrait : la, ich habe es wohl. || Eter' ben, — être à l'aise. || Ben s'en faut, — il s'en faut de beaucoup, à beaucoup près. Se rejette à la fin de la phrase. Ex. : Je ne l'ai pas vendu ceté prix-là, ben s'en faut. || Ben y a-t-il, — il y en a beaucoup (même place). Ex. : Les rainsins sont mêlés, be y a-t-il. Syn. et d. de .
N. — Dans le sens de : parfaitement, on prononce toujours : ben. Ex. : C'est ben fait pour ielle ; ça se pourrait ben. — Dans le sens de : beaucoup, on ne prononce ben que quand l'adv. n'est pas à la fin de la proposition, encore, même dans ce cas, on prononce souvent : bien, c. en fr. Ex. : Y avait bien du monde, ou : ben du monde à la messe. — Du monde, y en avait bien (et non ben.) On dit encore : Ni bien, ni guère, — ni peu ni prou. Du lat. Bene (d'où la graphie Ben, et non Bin.) »

Patois et parler angevin (ressources) Notes

  • Voir aussi ben-aise, cor, fraquedale, pûs.
  • Ch.-L. Livet, Un sonnet en patois angevin (XVIIe siècle), dans la Revue de l'Anjou et de Maine et Loire, troisième année, tome deuxième, Libr. de Cosnier et Lachèse (Angers), 1854, p. 126 (lire)
  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, dans Mémoires de la Société académique de Maine-et-Loire, Lachèse et Dolbeau (Angers), t. XXXVI, 1881, p. 242
  • Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou, Germain & Grassin (Angers), 1908, t. 1, p. 87 (et t. 2, p. 512)
  • Marc Leclerc, Rimiaux d'Anjou - Sixième édition, Au bibliophile angevin André Bruel (Angers), 1926, p. 7 (lire) (rimiau)
  • Dominique Fournier, Mots d'galarne: dictionnaire pour bien bagouler notre patois aujourd'hui, Cheminements (Le Coudray-Macouard), 1998, p. 42
  • Charles Briand, On cause comm'ça icitt, Cheminements (Le Coudray-Macouard), 2002, p. 30


tome