Dictionnaire La Châtre 1856 t.1 p. 261 : Différence entre versions

De Wiki-Anjou
(Lien)
m
Ligne 8 : Ligne 8 :
  
  
[[Fichier:Lachatre dict t1 1856 p261.jpg|thumb|upright=2.8|center|link=Dictionnaire La Châtre 1856 t.1 p. 278|alt=Page 261 du dictionnaire La Châtre.]]
+
[[Fichier:Lachatre dict t1 1856 p261.jpg|thumb|upright=2.7|center|link=Dictionnaire La Châtre 1856 t.1 p. 278|alt=Page 261 du dictionnaire La Châtre.]]
  
  

Version du 28 novembre 2019 à 18:08

Langue et littérature angevine
Document   Le dictionnaire universel
Auteur   Maurice La Châtre
Année d'édition   1856
Éditeur   Administration de librairie
Note(s)   Tome premier


Page 261 du dictionnaire La Châtre.


Extrait de l'ouvrage de Maurice La Châtre, Le Dictionnaire universel, panthéon historique, littéraire et encyclopédie illustrée, tome premier, Administration de librairie (Paris), p. 261, 1856 (notice BnF). Angers, Angevin.

Maurice La Châtre (1814-1900), écrivain, diplômé du Prytanée national militaire et éditeur.

« ANGERS (du lat. Andecavi ou Andegavi). Géogr. Ville de France de 40,000 âmes, chef-lieu du département de Maine-et-Loire, autrefois capitale du duché d'Anjou ; siège d'un évêché, fondé avant 380 ; d'une cour d'appel à laquelle ressortissent les départements de la Mayenne, de la Sarthe et de Maine-et-Loire, et d'un tribunal de première instance et de commerce. Angers possède aussi une bourse de commerce, une chambre des manufactures, un collège royal, une école des arts-et-métiers, une institution de sourds-muets, et plusieurs autres établissements d'instruction publique. Cette ville, bâtie en amphithéâtre sur le penchant d'une colline, est admirablement située : elle a, sur la Mayenne, un port très-fréquenté. Dans les environs d'Angers se trouvent de célèbres ardoisières qui emploient trois mille ouvriers et dont les exportations s'élèvent à 1,500,000 fr. Patrie de René d'Anjou, de Ménage, de David (le sculpteur).

ANGEVIN, INE, adj. et s. Habitant d'Angers ou de l'Anjou. Les Angevins, jadis libres, passèrent successivement, depuis, sous la domination des Romains, des Visigoths et des Francs. Sous les rois de la seconde race, les Angevins furent gouvernés par des comtes particuliers. Tu es, belle Angevine, un bel astre des cieux. (Ronsard.) | Qui appartient à Angers, à l'Anjou ou à ses habitants. Mœurs, coutumes, lois angevines. | Marche angevine. L'un des deux comtés en lesquels fut divisé l'Anjou, sous les rois de la seconde race, situé sur la rive droite de la Mayenne, ayant pour capital Châteauneuf. La marche angevine fut donnée l'an 850 par Charles le Chauve à Robert le Fort, qui eut pour successeur son fils Eude, depuis roi de France. | Formules angevines. Célèbre recueil de formules des actes publics de l'Anjou.

ANGEVIN, s. m. Monnaie de peu de valeur frappée autrefois à Angers. On dit aussi angevine. »


Voir aussi pages 278 du t. 1, 417 du t. 2.

Autres documents : carte de Guyet (1579), carte de Arthaud (1652), carte de Jollain (1686), carte de Fer et Inselin (1697), carte de Nolin (1759), carte de Priston (1846), atlas de Levasseur (1852), indicateur de Millet de la Turtaudière (1861), dictionnaire Port (1874), géographie de Verne (1876), notice de Milon (1889), carte de Fuseiller (1897), carte de Alard (1899), carte de Verrier et Onillon (1908), ainsi que la liste des cartes et le Maine-et-Loire au XIXe. Également, Angevin (mot).


Attention : La législation protégeant les droits d'auteurs s'applique quel que soit le support d'information utilisé. Plus d'informations sur la page du fichier.

page

tome