Caserne Desjardins à Angers : Différence entre versions

De Wiki-Anjou
(drapeau)
m
 
(14 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''La caserne Desjardins''' est un ancien ensemble de bâtiments militaires, libéré par l'armée en 1998 et acquis par la ville d'Angers en 2000 pour en faire des logements.
+
La '''caserne Desjardins''' d'Angers est un ancien ensemble de bâtiments militaires, libéré par l'armée en 1998, et acquis par la ville d'Angers en 2000 pour en faire des logements. Elle fut occupée successivement par le 135{{e}} régiment d'infanterie de ligne, par le 5{{e}} régiment des tirailleurs algériens et par le 6{{e}} régiment du génie.
  
== 135e régiment d'infanterie ==
 
Le 135{{e}} régiment d'infanterie de ligne (ou 135e RI) est un régiment de l'armée de terre Française. En 1914 il est stationné à Angers, caserne Desjardin. Le Corps quitte Angers dans la matinée du 5 août.
 
  
En août 1914, le régiment est engagé dans la région de Bièvre (Belgique) puis dans la région de Faux (département des Ardennes). En septembre, il est engagé dans la contre-offensive de la Marne, au nord de Fère-Champenoise. Le 23 août il perd {{formatnum:1517}} hommes, tués, blessés ou disparus, dans la région de Bièvre. En octobre il prend Zonnebeke (Belgique) avec le 114{{e}} RI.
+
== La caserne ==
 +
La caserne de la Brisepotière, puis Desjardins, était ensemble architectural classique néo-{{XVIIIs}}, autour d'une grande cour centrale, et comprenant cinq grands corps de bâtiments largement aérés. Elle était située avenue du Général-Lamoricière, dans le quartier Ney-Chalouère.
  
En 1915 il est à Agny (Pas-de-Calais). Le 25 septembre, le 135e régiment d'infanterie compte à lui seul {{formatnum:1200}} hommes tués, blessés ou disparus.
+
Initialement champ de manœuvres dès 1861, le site devient une caserne au début du {{XXe}} siècle. La caserne de la Brisepotière est inaugurée en 1904, et prend alors le nom du général Desjardins, en hommage à un général d'Empire.
 +
 
 +
Elle est occupée par le 135{{e}} régiment d'infanterie de ligne, puis en 1940 par le 5{{e}} régiment des tirailleurs algériens, et après 1945 par le 6{{e}} régiment du génie.
 +
 
 +
En 1998, l'armée libère la caserne Desjardins. La ville d'Angers en fait l'acquisition en 2000, et en confie l'aménagement trois ans plus tard à la société d'aménagement de la région d'Angers (SARA) pour en faire des logements. Les travaux débutent en janvier 2006 pour se terminer en 2012.
 +
 
 +
== Le 135e régiment d'infanterie ==
 +
Le 135{{e}} régiment d'infanterie était un régiment de l'armée de terre française, stationné à Angers. À la fin du {{XIXs}}, le régiment occupe temporairement la caserne Tharreau de Cholet avant de s'installer à Angers, caserne Desjardins. Il s'y installe en 1902, bien que les travaux ne soient finis qu'en 1903.
 +
 
 +
Au début de la Première Guerre mondiale, le Corps quitte la caserne dans la matinée du 5 août 1914. Il gagne le front en train. Le régiment est engagé dans la région de Bièvre (Belgique), où en août il perd {{formatnum:1111}} hommes, tués, blessés ou disparus. Fin août, il reçoit l'ordre de se replier. Il s'établi alors dans la région de Faux (département des Ardennes). En septembre, il participe à la contre-offensive de la Marne, au nord de Fère-Champenoise. De retour en Belgique, en octobre, il prend Zonnebeke avec le 114{{e}} RI. Entre octobre et novembre, le régiment perd {{formatnum:2308}} hommes. En cette fin d'année 1914, il aura perdu près de {{formatnum:6000}} hommes depuis le début de son engagement.
 +
 
 +
En 1915 il est à Agny (Pas-de-Calais), qui est devenu dès le début du conflit, un théâtre d'affrontements. Le 25 septembre, le 135{{e}} régiment d'infanterie compte à lui seul {{formatnum:1200}} hommes tués, blessés ou disparus. Sur l'année 1915 le régiment perd près de {{formatnum:2600}} hommes.
  
 
Les années suivantes, le régiment combat dans la Meuse, à Verdun, dans l'Aisne et en Lorraine. Le 5 septembre 1918, le 3{{e}} bataillon du 135{{e}} RI prend un village formant une tête de pont, ce qui lui vaut une citation à l'Ordre du Corps d'Armée. Quelques temps après, le 2{{e}} bataillon est cité à l'Ordre de l'Armée à la suite d'une attaque contre une position ennemie fortement organisée et défendue. Le 4 novembre, le régiment force le passage du canal de la Sambre à l'Oise, au sud d'Hannapes (dans l'Aisne), ce qui lui vaut sa troisième citation à l'Ordre de l'Armée.
 
Les années suivantes, le régiment combat dans la Meuse, à Verdun, dans l'Aisne et en Lorraine. Le 5 septembre 1918, le 3{{e}} bataillon du 135{{e}} RI prend un village formant une tête de pont, ce qui lui vaut une citation à l'Ordre du Corps d'Armée. Quelques temps après, le 2{{e}} bataillon est cité à l'Ordre de l'Armée à la suite d'une attaque contre une position ennemie fortement organisée et défendue. Le 4 novembre, le régiment force le passage du canal de la Sambre à l'Oise, au sud d'Hannapes (dans l'Aisne), ce qui lui vaut sa troisième citation à l'Ordre de l'Armée.
  
Angevins du 135{{e}} RI, morts pour la France durant la Première Guerre mondiale : [[Sévère Constant Bernard]], [[Théophile Louis Beutier]], [[Auguste Cadeau]], [[Eugène Chiron]], [[Louis Gabriel Alexandre Victor Pineau]], [[Firmin Jean Baptiste Poirier]].
+
Quelques Angevins du 135{{e}} RI, morts pour la France durant la Première Guerre mondiale : [[Sévère Constant Bernard|Sévère Bernard]], [[Théophile Louis Beutier|Théophile Beutier]], [[Auguste Cadeau]], [[Eugène Chiron]], [[Célestin Clémenceau]], [[Louis Gabriel Alexandre Victor Pineau|Louis Pineau]], [[Firmin Jean Baptiste Poirier|Firmin Poirier]], [[Mathurin René Alexis Richou|Mathurin Richou]].
  
 
'''Journaux des unités''' :
 
'''Journaux des unités''' :
[[Fichier:Regiment 135e infanterie de ligne-drapeau.png|right|thumb|200px|alt=Drapeau du 135e régiment d'infanterie|Drapeau du 135e régiment d'infanterie]]
+
[[Fichier:Regiment 135e infanterie de ligne-drapeau.png|right|thumb|200px|alt=Drapeau du 135e régiment d'infanterie.|Drapeau du 135e régiment d'infanterie]]
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e005277dcacca99e/5277dcacccdb2 1er août - 21 septembre 1914]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e005277dcacca99e/5277dcacccdb2 1er août - 21 septembre 1914],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527be41314c8b/527be4131b198 22 septembre - 1er décembre 1914]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527be41314c8b/527be4131b198 22 septembre - 1er décembre 1914],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527ce99843507/527ce99845af8 2 décembre 1914 - 5 juin 1915]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527ce99843507/527ce99845af8 2 décembre 1914 - 5 juin 1915],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527bea1d3e342/527bea1d42229 6 juin - 25 septembre 1915]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527bea1d3e342/527bea1d42229 6 juin - 25 septembre 1915],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e005277db8773f4a/5277db8777ca7 26 septembre 1915 - 21 février 1916]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e005277db8773f4a/5277db8777ca7 26 septembre 1915 - 21 février 1916],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527fc1842d82f/527fc184337d7 22 février - 1er juin 1916]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527fc1842d82f/527fc184337d7 22 février - 1er juin 1916],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052813a76e2bcf/52813a76e6021 2 juin - 31 décembre 1916]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052813a76e2bcf/52813a76e6021 2 juin - 31 décembre 1916],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527bf0a9828bc/527bf0a986f35 1er janvier - 28 avril 1917]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527bf0a9828bc/527bf0a986f35 1er janvier - 28 avril 1917],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052813a97203df/52813a9723e74 29 avril - 31 décembre 1917]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e0052813a97203df/52813a9723e74 29 avril - 31 décembre 1917],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527e004050e7d/527e00406205c 1er janvier - 10 juin 1918]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527e004050e7d/527e00406205c 1er janvier - 10 juin 1918],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527b8fbcb9ca1/527b8fbcc4555 11 juin - 30 novembre 1918]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527b8fbcb9ca1/527b8fbcc4555 11 juin - 30 novembre 1918],
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527d82b0d0c05/527d82b0d4465 1er décembre 1918 - 4 mai 1929]
+
* [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/e00527d82b0d0c05/527d82b0d4465 1er décembre 1918 - 4 mai 1929].
 +
 
 +
== Le 5e régiment des tirailleurs algériens ==
 +
La caserne Desjardins est occupée à partir de 1940 à 1945 par le 5{{e}} régiment des tirailleurs algériens.
 +
 
 +
Le 5{{e}} régiment des tirailleurs algériens (5{{e}} TA) était une unité d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française. Créé en 1913, il est dissous en 1940, puis recréé de 1951 à 1961 comme 5{{e}} bataillon de tirailleurs, et comme 5{{e}} régiment de tirailleurs, avant d'être dissous en 1962.
 +
 
 +
{{Section à compléter}}
 +
 
 +
== Le 6e régiment du génie ==
 +
La caserne Desjardins est occupée à partir de 1945 par le 6{{e}} régiment du génie.
  
== 6e régiment du génie ==
+
Le 6{{e}} régiment du génie (6{{e}} RG) est une unité de l'armée de terre française, créé à la fin du XIX{{s}}, et actuellement stationné à Angers, caserne Verneau. Entre 1945 et 1954, il participe au Corps expéditionnaire durant la guerre d'Indochine. En 1998, le régiment libère les locaux de la caserne Desjardins.
{{paragraphe à compléter}}
 
  
{{Modèle:Article détaillé}} ''Angers et le Génie militaire.''
+
{{Modèle:Article détaillé}} ''[[Angers et le Génie militaire]].''
  
 
== Notes ==
 
== Notes ==
 
Sur le même sujet
 
Sur le même sujet
 
* [[6e régiment du génie]]
 
* [[6e régiment du génie]]
 +
* [[Caserne Tharreau à Cholet|77e régiment d'infanterie]]
 
* [[Mémoire de guerre|Mémoire de guerre, mémoire des hommes]]
 
* [[Mémoire de guerre|Mémoire de guerre, mémoire des hommes]]
  
 
Sources et annotations
 
Sources et annotations
* Fiches sur Mémoire des Hommes, site du Ministère de la défense, Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA).
+
* Ministère de la défense - Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), Fiches sur ''Mémoire des Hommes'', février-juillet 2014
* [http://fr.wikipedia.org/wiki/135e_r%C3%A9giment_d%27infanterie 135e régiment d'infanterie sur Wikipédia.]
+
* Wikipédia, ''135e régiment d'infanterie'', juillet 2014
 +
* Wikipédia, ''5e régiment de tirailleurs algériens'', juillet 2014
 +
* Mairie d'Angers, ''De projets en projets - Desjardins'', 2009
 +
* Ministère de la Culture, ''Base Mérimée (IA49006335)'', juillet 2014
 +
* Célestin Port, ''Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire'', 1874 1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, tome 1 (Angers, Cholet)
  
  

Version actuelle datée du 8 septembre 2017 à 18:46

La caserne Desjardins d'Angers est un ancien ensemble de bâtiments militaires, libéré par l'armée en 1998, et acquis par la ville d'Angers en 2000 pour en faire des logements. Elle fut occupée successivement par le 135e régiment d'infanterie de ligne, par le 5e régiment des tirailleurs algériens et par le 6e régiment du génie.


La caserne

La caserne de la Brisepotière, puis Desjardins, était ensemble architectural classique néo-XVIIIe siècle, autour d'une grande cour centrale, et comprenant cinq grands corps de bâtiments largement aérés. Elle était située avenue du Général-Lamoricière, dans le quartier Ney-Chalouère.

Initialement champ de manœuvres dès 1861, le site devient une caserne au début du XXe siècle. La caserne de la Brisepotière est inaugurée en 1904, et prend alors le nom du général Desjardins, en hommage à un général d'Empire.

Elle est occupée par le 135e régiment d'infanterie de ligne, puis en 1940 par le 5e régiment des tirailleurs algériens, et après 1945 par le 6e régiment du génie.

En 1998, l'armée libère la caserne Desjardins. La ville d'Angers en fait l'acquisition en 2000, et en confie l'aménagement trois ans plus tard à la société d'aménagement de la région d'Angers (SARA) pour en faire des logements. Les travaux débutent en janvier 2006 pour se terminer en 2012.

Le 135e régiment d'infanterie

Le 135e régiment d'infanterie était un régiment de l'armée de terre française, stationné à Angers. À la fin du XIXe siècle, le régiment occupe temporairement la caserne Tharreau de Cholet avant de s'installer à Angers, caserne Desjardins. Il s'y installe en 1902, bien que les travaux ne soient finis qu'en 1903.

Au début de la Première Guerre mondiale, le Corps quitte la caserne dans la matinée du 5 août 1914. Il gagne le front en train. Le régiment est engagé dans la région de Bièvre (Belgique), où en août il perd 1 111 hommes, tués, blessés ou disparus. Fin août, il reçoit l'ordre de se replier. Il s'établi alors dans la région de Faux (département des Ardennes). En septembre, il participe à la contre-offensive de la Marne, au nord de Fère-Champenoise. De retour en Belgique, en octobre, il prend Zonnebeke avec le 114e RI. Entre octobre et novembre, le régiment perd 2 308 hommes. En cette fin d'année 1914, il aura perdu près de 6 000 hommes depuis le début de son engagement.

En 1915 il est à Agny (Pas-de-Calais), qui est devenu dès le début du conflit, un théâtre d'affrontements. Le 25 septembre, le 135e régiment d'infanterie compte à lui seul 1 200 hommes tués, blessés ou disparus. Sur l'année 1915 le régiment perd près de 2 600 hommes.

Les années suivantes, le régiment combat dans la Meuse, à Verdun, dans l'Aisne et en Lorraine. Le 5 septembre 1918, le 3e bataillon du 135e RI prend un village formant une tête de pont, ce qui lui vaut une citation à l'Ordre du Corps d'Armée. Quelques temps après, le 2e bataillon est cité à l'Ordre de l'Armée à la suite d'une attaque contre une position ennemie fortement organisée et défendue. Le 4 novembre, le régiment force le passage du canal de la Sambre à l'Oise, au sud d'Hannapes (dans l'Aisne), ce qui lui vaut sa troisième citation à l'Ordre de l'Armée.

Quelques Angevins du 135e RI, morts pour la France durant la Première Guerre mondiale : Sévère Bernard, Théophile Beutier, Auguste Cadeau, Eugène Chiron, Célestin Clémenceau, Louis Pineau, Firmin Poirier, Mathurin Richou.

Journaux des unités :

Drapeau du 135e régiment d'infanterie.
Drapeau du 135e régiment d'infanterie

Le 5e régiment des tirailleurs algériens

La caserne Desjardins est occupée à partir de 1940 à 1945 par le 5e régiment des tirailleurs algériens.

Le 5e régiment des tirailleurs algériens (5e TA) était une unité d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française. Créé en 1913, il est dissous en 1940, puis recréé de 1951 à 1961 comme 5e bataillon de tirailleurs, et comme 5e régiment de tirailleurs, avant d'être dissous en 1962.

Vous avez des informations ? Alors aidez-nous à compléter cette section…

Le 6e régiment du génie

La caserne Desjardins est occupée à partir de 1945 par le 6e régiment du génie.

Le 6e régiment du génie (6e RG) est une unité de l'armée de terre française, créé à la fin du XIXe siècle, et actuellement stationné à Angers, caserne Verneau. Entre 1945 et 1954, il participe au Corps expéditionnaire durant la guerre d'Indochine. En 1998, le régiment libère les locaux de la caserne Desjardins.

Article détaillé Angers et le Génie militaire.

Notes

Sur le même sujet

Sources et annotations

  • Ministère de la défense - Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), Fiches sur Mémoire des Hommes, février-juillet 2014
  • Wikipédia, 135e régiment d'infanterie, juillet 2014
  • Wikipédia, 5e régiment de tirailleurs algériens, juillet 2014
  • Mairie d'Angers, De projets en projets - Desjardins, 2009
  • Ministère de la Culture, Base Mérimée (IA49006335), juillet 2014
  • Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, tome 1 (Angers, Cholet)