Dictionnaire Célestin Port/1874 - Tome 1 - Page 599

De Wiki-Anjou
Langue et littérature angevine
Document   Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire
Auteur   Célestin Port (1828-1901)
Année d'édition   1874
Éditeur   P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau (Angers)
Note(s)   Tome premier
< précédentepage 599suivante >


Dictionnaire Célestin Port de 1874, page 599.

CHA — 599 — CHA

Aucune trace romaine n’existe sur la commune. — Une voie antique a été indiquée sans aucun fondement de Vézins à la Plaine ; mais on n’a pas signalé la route que suivait le courrier d’Angers à Fontenay et qui traversait du N.-E. au S.-O. par la Devaudière, le Caillou, avec relai, la Foliette, le long et à l’E. de l’étang de Péronne et les Baudières en Yzernay. Le tracé en est très-ancien, sinon avec certitude d’origine romaine.

L’église appartenait dès le XIIe s. à l’abbaye bénédictine de St-Jouin de Marne, à qui le pape en confirme la propriété en 1169. Le prieuré y attenant est depuis longtemps détruit, Les dépendances ont servi jusqu’en 1864 à l’école des garçons. — Il était estimé 1,200 livres de revenu en 1648 et à la présentation alternative de l’abbé de St-Jouin et du doyen de Vihiers. Il faut se garder de le confondre avec celui de St-Léger de Chanteloup, près Moncoutant (Deux-Sèvres), dépendant de l’abbaye de Mauléon. — Prieurs : Louis Dubois 1651. — Simon Gérard, 1687. - Godon, 1698. — Jos. Gautier, 1719. — Curés : Nic. de Vaille, 1497. — Pierre Pellerin, 1620. — Charles Desprez, 1655. — P. Belin, 1676, 1688. — Labarre 1698, 1709. — Roulleau, 1710, 1718. — J. Châtain, 1714. — P. Gougeard, 1785, 1727. — Pierre Jalleteau, 1728, † le 19 décembre 1754, âgé de 60 ans. — Guillou, 1755. — Cottenceau, 1764, † le 20 juin 1784. — Pierre-Jacques Garreau, 1784, † le 10 juillet 1818.

Il existait aussi à Gentil, simple ferme aujourd’hui, un prieuré bénédictin de la Trinité de Vendôme. On ne connaît l’époque ni de sa fondation ni de sa ruine, ni vestiges de constructions antiques, sauf peut-être dans les landes, quelques traces incertaines d’exploitations abandonnées. V. aussi l’Etanchet.

La paroisse, qui faisait partie de la baronnie de Vézins, dépendait du diocèse de Poitiers jusqu’en 1317, puis de Maillezais, puis de la Rochelle après 1648, du Doyenné de Vihiers, de l’Election et des Aides de Montreuil-Bellay, du Grenier à sel de Cholet, de la Sénéchaussée d’Angers, du District en 1790 de Cholet, du Canton de Vézins en l’an VIII, de Cholet par l’arrêté consulaire du 27 brumaire an X. Elle est signalée en 1788 comme malsaine et en proie aux fièvres émanées de ses pâturages et de ses landes. L’épidémie de 1779 y avait causé 118 décès, soit la mortalité moyenne de deux années et demie. — Une maladie particulière dite le larron y ravageait les étables. — La misère par suite y restait en permanence. On y comptait plus de 100 pauvres.

Maires : Pierre Cassin, agent municipal jusqu’à l’an IX. — Louis Jouet, brumaire an IX, mort en mai 1825. — Pierre Cassin fils, nommé le 25 juin, installé le 18 juillet 1825. — Pierre Poitout, 3 octobre 1836, démissionnaire. — Jean Gachet, nommé le 7 mars 1845, installé le 18. — Jean-Franç. Lemercier, 2 janvier 1848, démissionnaire en 1852. — Jean Drillault, 16 octobre 1852. — Pierre Brémond, 2 septembre 1866. — Mathurin Colonnier, élu en mai 1871, en fonctions 1874.

Notice Mss. de M. Spal.- Arch. de M.-et-L. C 192, 198 ;

H St-Jouin-de-M. — Notes Mss. de M. Boutillier de St-André. — Pour les localités, V. la Boissonnière, Gentil, la Coudre.

Chanteloup, ham., cne d’Allençon. — Le lieu, domaine et métairie vulgairement appelé Ch, 1548. — Appartenait du XVIe s. au XVIIIe s. aux seigneurs de l’Orchère ; — f., cne de Baugé ; — f., cne de Beaucouzé. — V. la Halloperie, la Lande ; — f., cne de Bégrolles ; — donne souvent son nom au ruiss. de Mafoy ; — f., cne de Bourgneuf ; — champ, cne de Brain-sur-l’A., près les bois de Verrières et de Pignerolles ; — f., cne de Brigné. — En est sieur Pierre Boré de la Cartaudrie 1700, - Pierre-François Gourreau de la Blanchardière, 1744 ; — f.. cne de Chambellay — f. et mon b., cne de Chantocé ; — f., cne de Chazé-sur-A. — f., cne de Chenillé-Changé ; — ham., cne de Combrée. — Le village de Chante Loup 1691 (Et.-C.) ; — h., cne de Feneu. — Les Chanteloup (Cass.) ; — f., cne de la Ferrière ; — f., cne de Fontevraud ; — f., cne de Guédéniau ; — f., cne de Jarzé ; - moulin sur le Lathan, cne de Linières-Bouton ; - f., cne du Louroux-B. ; — f., cne de Marcé. - Champ clos (Cass.) ; — f., cne de Pouancé ; — cne de la Rénaudière, tuilerie en 1717 ; — f, cne de St-Augustin-des-Bois — Le lieu et clos de Chantelou 1618 (E 750). — Champ clos (Et.-M.) ; — f., cne de St-Georges-sur-L. — En est sieur Louis Chalopin 1651, Emmanuel-Jacques Bellœuvre 1786, Pantin de Landemont en 1790, sur qui elle est vendue natt le 18 messidor an IV ; — f., cne de St-Lambert-du-L. ; «^ f., cne de Sceaux ; « f., cne de Seiches, dépendance de l’ancien Temple d’Angers, sur qui elle est vendue natt le 9 frimaire an IV ; — h., cne de Trémont ; — f., cne de Trèces-Cunaud ; — vill., cne de Vaudelenay-Rillé. - Le village de Chantelou 1468. — Le lieu de Chantellou 1490. — Le Perray près Ch. 1511. — Le chemin et grand rue de Ch. 1614, autrefois de la paroisse de St-Hilaire-le-Rillé. — En est sieur Jacques Quirit, commandant pour le roi au château de Montjean, 1580, 1593, Jeanne Quirit 1599, Nic. de la Marqueraie 1642, Jean Havard, son gendre, 1671, Nic. Havard, 1690, 1711. — Dans le bois voisin, le long d’un petit ruisseau « on voit encore à présent, « dit le moine Roger, p. 20, un grand bassin ou « auge de pierre de taille et un autre plus petit « tout proche, le tout fort bien taillé et qui « marque une très-grande antiquité, que quelques « hommes savants de ce quartier là m’ont dit « avoir servi autrefois aux cérémonies des anciens « Druides et que c’était là une croyance de « tradition ». — Près du village existe une très-belle et très-curieuse carrière en exploitation ; — f., cne du Vieil-Baugé ; « cl., cne de Villévéque ; — (le Petit-), ham., cne de Fougeré.

Chantemerle, ruiss., né sur la cne de Chalonnes-sur-Loire, s’y jette dans le Jeu ; — 2,000 mèt. de cours ; — ruiss., né sur la cne de St-Aubin-de-Luigné, s’y jette dans le Layon ; — 1,350 mèt. de cours ; — f., cne de Bagneux ; — f., cne de Cholet ; — cne de Contigné. —


< Dictionnaire Célestin Port

Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs, qu'il convient de corriger.

heures

page

centilitres

mètres