Vernoil

De Wiki-Anjou

Les communes ont été créées à la Révolution. Elles ont pris le nom des paroisses qui les précédaient, ou ont pu en prendre un nouveau pour ôter une référence religieuse ou à l'Ancien Régime.
On retrouve leur nom dans les actes officiels et depuis 1943 dans le Code officiel géographique. Des changements ont pu intervenir au cours des évolutions réglementaires ou des modifications de leur territoire.

En 1793, le nom de la municipalité est celui retranscrit sur le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque.

 

 
Ancien nom
Forme ancienne
  Cette page répertorie une forme ancienne d'un nom.

 


Vernoil

est une forme ancienne du nom de la commune de Vernoil-le-Fourrier.


Quelques formes anciennes du nom : Ecclesia de Verneilo en 1073-1103 (avec pour origine le mot gaulois verna signifiant clairière, lieu défriché), Joufrei le forrier de Vernoil le forier en 1273, Verneil en 1275, Verné en 1652, Verneuil-au-Fourrier en 1688, Vernoil en 1793, Vernoil-le-Fourrier en 1801 jusqu'en 1891, puis Vernoil et Vernoil-le-Fournier en 2006 (Décret no 2006-808 du 7 juillet 2006). Vernoil, c'est la clairière des aulnes (de Verna, mot gaulois désignant l'aulne).

JORF 157 du 8 juillet 2006

Texte 3

Décret 2006-808 du 7 juillet 2006 portant changement de nom de communes

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire,

Vu l'article L. 2111-1 du code général des collectivités territoriales ;

Vu les délibérations des conseils municipaux :

(...)

- de Vernoil (Maine-et-Loire), 13 janvier 2004 ;

Vu les délibérations des conseils généraux :

(...)

- de Maine-et-Loire, 25 octobre 2004 et 17 octobre 2005,

Le Conseil d'Etat (section de l'intérieur) entendu,

Décrète :

Article 1

Les communes de :

(...)

- Vernoil,

prennent respectivement le nom de :

(...)

- Vernoil-le-Fourrier.

Article 2

Le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 7 juillet 2006.


Voir aussi

le répertoire des communes, ainsi que les données de population en 1793.

Bibliographie

  • Dictionnaire Célestin Port, 1874 à 1878 (notice BnF), et éditions révisées.
  • Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 2007.
  • Code officiel géographique (Historique des communes), Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 1943-2019.
  • Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements (Le Coudray-Macouard), 2004 (ISBN 978-2-84478-338-7) (notice BnF).
  • Yves Denéchère, Les noms révolutionnaires des communes de Maine-et-Loire, dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, tome 106, numéro 2, 1999.
  • Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages du Maine-et-Loire, Impr. J.-M. Bordessoules (Saint-Jean-d'Angély), 2001 (ISBN 2-91347-127-7) (notice BnF).
  • Dictionnaire général des communes de France, Imprimerie Smith (Paris), 1818 (notice BnF).
  • Claude Motte - Isabelle Séguy - Christine Théré, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001 - Dictionnaire d'histoire administrative, Institut national d'études démographiques (Paris), 2003 (ISBN 978-2-73321-028-4) (notice BnF).

numéro

Institut national de la statistique et des études économiques