Dictionnaire Célestin Port/1874 - Tome 1 - Page 34

De Wiki-Anjou
Langue et littérature angevine
Document   Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire
Auteur   Célestin Port (1828-1901)
Année d'édition   1874
Éditeur   P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau (Angers)
Note(s)   Tome premier, page 34


Dictionnaire Célestin Port de 1874, page 34.

ANGERS — 34 — ANGERS

Béné, Saint-Lambert-la-Potherie. la Meignanne, la Membrolle, Montreuil-Belfroy, le Plessis-Macé. Ce groupe réunit le 6e canton de 1790, deux communes du 5e et une du 4e et le canton de la Meignanne de 1791, moins la commune de St-Clément-de-la-Place, plus Avrillé, Juigné, Bouchemaine et le Plessis-Macé. — Ensemble, en 1831, 6,287 hab. ; — en 1841, 7,237 hab. ; — en 1851, 7,541 hab. ; — en 1861, 7,312 hab. ; - en 1866, 7,202 hab.

Le chemin de fer d’Orléans à Nantes, passant de l’E. à l’O., y possède une station à la Pointe, commune de Bouchemaine.

III. — Canton S.-E., borné au N. par le canton N.-E. au S. par le canton des Ponts-de-Cé, à l’E. par le canton de Beaufort, à l’O. par la ville d’Angers. — 4.691 hectares.

Il comprend seulement 3 communes : Andard, Brain-sur-l’Authion, Trélazé. Le 9e canton de 1790 renfermait de plus le Plessis-Grammoire. — En 1831, 4,722 hab. ; — en 1841, 5,891 hab. ; — en 1851, 5,778 hab. ; — en 1861, 6.556 hab. ; — en 1866, 7,393 hab.

Il est traversé de l’E. à l’O. par le chemin de fer d’Orléans qui s’y arrête à Trélazé.

Angers (Commune d’), entre Avrillé, Cantenay, Ecouflant au N., Saint-Barthélémy et Trélazé à l’E., les Ponts-de-Cé, Sainte-Gemmes au S., Bouchemaine et Beaucouzé à l’O.

En dépendent les villages de Saint-Augustin, de Saint-Léonard, des Banchais, de la Croix, l’Ile Saint- Aubin, la Barre, la Baumette et de nombreuses fermes.

Superficie : 4,196 hectares.

La Maine se forme à son entrée même sur la commune par la réunion de la Mayenne et de la Sarthe, grossie du Loir. Elle y reçoit les ruisseaux du Noyer, de la Chalouère, des Capucins, de la Fontaine, de la Ronde, du Malaquais, qui naissent sur la commune même, et celui de Brionneau. (V. ces noms.)

Angers (Ville d’). — 345 kil. de Paris. — 84 kil. de Nantes. — 80 kil. du Mans. — 108 kil. de Tours. — 40 kil. de Baugé. — 60 kil. de Cholet. — 48 kil. de Saumur. — 36 kil. de Baugé.

La Maine se divise en deux parties distinctes que relient trois ponts. Sur la rive gauche, au faite et jusqu’au bord du plateau coupé à pic vers la rivière, la Cité encore peuplée de ses riches maisons canoniales et bordée de son enceinte antique ; au dehors et sur la pente rapide du coteau, la Ville qui, dégagée des anciennes murailles transformées en boulevards, envahit rapidement la campagne vers l’orient et vers le sud ; sur la rive droite enfin la Doutre ou quartier d’Outre-Maine qui est en pleine transformation. Sombre et enveloppée de rues sinueuses, refuges de vice et de misère, elle a été sillonnée de part en part depuis deux ou trois ans par de larges trouées qui lui apportent enfin le soleil, le travail, la vie.

Aucun livre, aucun document précis ne permet d’établir exactement le chiffre de la population ancienne. Un rôle de 1561 cité par Thorode y compte à cette date 3,217 chefs de famille. Roger (p. 12) en 1674 reconnaît que l’enceinte n’est pas remplie ni suffisamment peuplée et cependant par une exagération évidente pense encore y pouvoir trouver 50,000 habitants dont 12 ou 15,000 hommes en état de porter les armes, « qui est bien peu de chose, dit-il, pour une si grande ville ». — C’est l’estimation qu’accepte pourtant Miromesnil dans son Rapport, en reconnaissant que de son temps, (1699), il n’y restait plus que 36,000 hab. à peine. — En 1759 un relevé porte 2,400 maisons dont 400 relevant du Château, le reste de 19 fiefs. Thorode en compte 1,116 vers 1775 (Mss 879) et de 30 à 35,000 âmes, chiffre constant des statistiques officielles de cette époque. Le recensement n’en portait plus que 31,500 en 1790 dont 12,000 indigents à la charge de la commune (Délib. munic. fol. 708). — De notre temps, la progression régulière, arrêtée pendant 40 ans a repris, quoi que bien lente encore. Le recensement y compte, non seulement dans la ville, mais dans la commune : en 1831 32,743 hab. ; en 1836, 35,901 hab., dont 29,066 seulement en ville ; en 1841, 39,884 hab. ; en 1846, 44,781 hab. ; en 1851, 46,599 hab. ; en 1858, 40,726 hab. ; en 1861, 51,797 hab. ; en 1866, 54,791 hab. dont 44,484 en ville, 17,264 ménages, 7,815 maisons.

Pour la facilité des recherches, j’indique dans un sommaire, avant d’aborder l’histoire, les principales subdivisions de cet article exceptionnel.

SOMMAIRE : I. Histoire : 1. Noms anciens  ; — 2. Armoiries ; — 3. Résumé historique ; — 4. L’Hôtel-de-Ville et les Maires ; — 5. Le Château. — II. Institutions religieuses : 1. L'Évêché ; — 2. Églises et paroisses ; — 3. Chapelles ; — 4. Abbayes d’hommes ; — 5. Abbayes de femmes ; — 6. Congrégations d’hommes ; — 7. Congrégations de femmes ; — 8. Séminaires ; — 9. Temples protestants. — III. Établissements d’Instruction : 1. L’ancienne Université et ses collèges ; — 2. Académie d’équitation ; — 3. École d’artillerie ; — 4. École de médecine ; — 5. École centrale ; — 6. École supérieure ; — 7. Lycée ; — 8. École de dessin ; — 9. Conservatoire de musique ; — 10. École des Arts et Métiers ; — 11. École normale ; — 12. Écoles primaires religieuses ; — 13. Écoles primaires laïques ; — 14. Sourds-Muets ; — 5. Salles d’asile. — IV. Établissements scientifiques, artistiques et agricoles ; 1. Bibliothèque ; — 2. Musée ; — 3. Jardin botanique ; — 4. Théâtres ; — 5. Haras ; — 6. Dépôt de remonte ; — 7. Abattoir. — V. Sociétés littéraires et d’agrément : 1. Ancienne Académie des Belles-Lettres ; — 2. Bureau d’agriculture ; — 3. Sociétés savantes ; — 4 Sociétés musicales ; — 5. Cercles. — VI. Établissements de Bienfaisance : 1. Anciennes aumôneries et léproseries ; — 2. Hôpital Saint-Jean ; — 3. Les Renfermés ; — 4. Les Incurables ; — 5. Hospice Sainte-Marie ; — 6. Dépôt de mendicité ; — 7, Mont-de-Piété ; — 8. Bureau de Bienfaisance ; 9. Sœurs Saint Charles ; — 10. Petites-Sœurs-des-Pauvres ; — 11. Sociétés de Secours ; — 12. Caisse d’épargne. — VII. Établissement de répression : 1. Palais de justice ; — 2. Casernes ; — 3. Prisons ; — 4. Nazareth. — VIII. Édifices civils : 1. Ponts ; — 2. Fontaines ; — 3. Promenades ; — 4. Cimetières ; — IX. Rues et Maisons remarquables. — X. Industrie et Commerce : 1. Bourse ; — 2. Halles ; — 3. Foires ; — XI. Le Sacre.

I. Noms anciens : --- -- --- --- — « les Angevins dont la ville est Juliomagus » — dit Ptolémée. C’est le nom romain imposé par la conquête. César, Pline, Tacite ne connaissent que le nom, commun sans doute


< précédentepage 34suivante >


Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs qu'il convient de corriger.

habitants

kilomètres

page