Dictionnaire Célestin Port/1876 - Tome 2 - Page 445

De Wiki-Anjou
Langue et littérature angevine
Document   Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire
Auteur   Célestin Port (1828-1901)
Année d'édition   1876
Éditeur   P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau (Angers)
Note(s)   Tome deuxième, page 445


Dictionnaire Célestin Port de 1876, page 445.

LAN — 445 — LAN

mait un prieuré-cure dépendant de l’abbaye de Toussaint d’Angers.

Prieurs-Curés : Louis Nau, 1599. Son testament est du 4 février 1627. — Mathurin Lemoine, 1627, 1630. — Vincent Jumeau, 1633, † le 19 janvier 1634. — Charles Chéreau, 1635. — Jean Jolivet, 1639, 1678. — Trihollière, 1684. — Séb. Delau, 1690. — F.-L. Saymond, 1692, 1705. — Vigan, 1708. — Antoine Poirier, 1720, janvier 1746. — Charles Penchien, natif de Beaufort, 26 janvier 1746, † le 27 oct. 1772, âgé de 72 ans. — Jacq.-Phil. Lhoustaux, janvier 1773, † le 17 mars 1773, âgé de 37 ans.— P.-J. Gaudais, mars 1773, 1790. Il refusa le serment et était, en 1792, signalé comme l’instigateur de rassemblements hostiles dans sa paroisse désignée d’ailleurs pour être supprimée.

Elle dépendait de l’Archiprêtré de Bourgueil, de l’Election et du District de Baugé, — en 1790 du canton de Mouliheme.

Encore en 1832 le Conseil général exprimait un vœu formel pour la réunion de la commune à celle de Cuon.

Le plus ancien nom de seigneur, qui me soit connu, est celui de Robin de Gennes 1311, après lui Jean de Pontlevoy en 1380 ; — René de Bodiau 1618 ; — Noël de Collas, marié le 13 novembre 1623 avec Marie Legouz, veuve de René Bodiau ; — Jean de Collas, écuyer, 1647, lieutenant particulier et assesseur de robe longue et de robe courte au ressort de Baugé, mort le 9 septembre 1672 ; — René-Jean de Collas, lieutenant particulier à Baugé, 1675, dont la veuve Madeleine Sérezin se remarie le 4 mars 1680 avec Léonor-Rodolphe Legouz de Bordes ; — Jacques-Michel Lefebvre, sieur de Chamboureau, mari de Marguerite-Madeleine de Collas, 1690 ; — Jacques-Charles Lefebvre, chevalier, mari de Marie-Aimé Boylesve de la Morousière, dont la fille y épouse le 9 février 1750 André-Edouard Pissonnet de Bellefonds ; — Jacques-Charles Lefebvre, chevalier, 1780. Il résidait sept ou huit mois de l’année en son château, mais il meurt à Angers, où il était né, le 25 octobre 1788, âgé de 58 ans, veuf de Marie Duclos de Kerpont. — Son fils aîné Jacq.-Charles Lefebvre, sous-lieutenant au régiment royal-Picardie, délaisse en 1789 à ses sœurs dans le partage de la succession paternelle le domaine de la Lande- Chasle, qui s’étendait sur les paroisses de Jumelles, Cuon et Guédéniau.

Maires : Pierre Soyer, fermier du château, 1790, 1793, — de nouveau le 1er messidor an VIII, installé le 24 fructidor. — Louis de Lestoile, 4 novembre 1806. — Jean Redcent, 17 septembre 1831. — René Roussiasse, 1862. — Maucourt, 1867. — De Lestoile, 1870, en fonctions, 1875.

Arch. de M.-e-L. E 2058. — Arch. munic. GG 150, 181. — Arch. commun. Et.-C. — Répert. arch., 1863, p. 57. — Dom Bétancourt.

Lande-Commune (la)> cl., cne de St- Barthélémy.

Lande-Coubleau (la), f., cne de Jallais, de la paroisse de N.-D.-des-Mauges.

Lande-Crasnier (la), f., cne de Bécon.

Lande-Dallbon (la), ham., cne de Fougeré.

— Un four à chaux y a été construit en 1848, alimenté par le calcaire de la Rairie et chauffé au bois.

Lande-des-Pavés (la). — Nom de l’ancien chemin romain, qui dans la forêt du Parc sert de limite aux communes de Drain et de St-Sauveur.

Lande-des-Verchers (la), vill., cne des Verchers. — Landa Vercheii 1170-1177 (Trés. des Ch., I, 116). — Anc. commanderie de l’ordre du Temple, dont le ressort constituait une paroisse. Il comprenait un château seigneurial, formé d’une cour enclose, avec porte haute et basse ; — en travers, au fond, à droite, le logis avec donjon, tour d’angle et quadruple cave voûtée ; — à gauche, l’église, reliée au logis par un porche, avec double entrée ; sur le pignon, une bretèche avec cloche ; l’intérieur en partie pavé de dalles tumulaires des commandeurs ; sur le grand autel à tabernacle, les statues de la Vierge, de St Pierre et de St Jean-Baptiste, un fragment de la Vraie-Croix dans un reliquaire de vermeil ; aux deux câtés du chœur, un autel ; à gauche le banc seigneurial. L’édifice reconstruit fut béni le 4 avril 1767, ainsi que le cimetière y attenant, devant la principale entrée du château. Du domaine dépendait une métairie, un jardin, des taillis, une allée de noyers et des saulaies, en tout 2,818 boisselées, plus les pâtis des Marnes, affermés aux riverains, et surtout des dîmes et des rentes, évaluées à 2,402 boisseaux de froment, 700 de seigle, 280 d’avoine et 100 chapons.

Commandeurs : Antoine de Sazillé, 1524. — Jean Audebert, 1554. — Robert de Chazé, 1580, 1583. — Franç. de Montagu, 1612. — Guy Turpin de Crissé, 1618, 1623. — Franç. Budes du Tertre-Jouan, 1671. — Guy de la Brunetière du Plessis de Gesté, 1684, † à Angers, le 24 juillet 1694, et inhumé dans la chapelle St-Blaise. — René de Marconnay de Curzay, 1715. — Anne-Charles de Tudert, 1724. résignataire, moyennant une pension de 610 liv. — René-Ant. du Chaffault, 1753, 1770, qui transforma l’habitation et reconstruisit l’église.

Un logis distinct, avec jardin et colombier, servait au prêtre, qualifié curé, qui desservait la paroisse. Les registres n’en remontent qu’à 1692.

Curés : Pierre Rousseau, 1656, † le 13 juillet 1662 à Nueil. — Nic. Jouin, 1681. — Et. Veau, 1692, † le 5 août 1705. — J. Gaulay, décembre 1705, janvier 1712. — Franç. Veau, juillet 1713, † le 1{er


< précédentepage 445suivante >


Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs qu'il convient de corriger.
octobre 1736, âgé de 55 ans.

— M. Coquin, mai 1737, décembre 1744. — Faligan, janvier 1745. — Du 1er février 1750 à mai 1751, les Recollets de Doué font le service. — André Cochon de Lhommeau, 16 mai 1752, † le 25 décembre 1770, âgé de 60 ans. — Guy- René Cousin, octobre 1772, † le 15 avril 1776. — Brunet, mars 1777, nommé en mai 1786 à la cure de Puyraveaux. — Hamard, août 1786, qui signe le 19 décembre 1792 officier public.

La paroisse comptait 175 hab. en 1726 et relevait du diocèse de Poitiers, de l’Archiprêtré de Thouars, de l’Election de Montreuil-Bellay. Elle fut érigée en commune, qui eut pour maires

}}

page

centilitres

habitants