Pomme Patte de Loup (dictionnaire Leroy)

De Wiki-Anjou
Langue et littérature angevine
Document   Pomme Patte de Loup
Auteur   André Leroy
Année d'édition   1867-1879
Éditeur   Les principales librairies agricoles et horticoles (Paris)
Note(s)   Extrait du Dictionnaire de pomologie.


Illustration.

POMME PATTE DE LOUP.


Synonyme. — Pommes : 1. DE LOUP [?] (dom Claude Saint-Etienne, Nouvelle instruction pour connaître les bons fruits, 1670, p. 212). — 2. POCRE DE LOUP (Millet, Description des fleurs et des fruits nés dans le département de Maine-et-Loire, 1835, p. 116).

Description de l'arbre. — Bois : fort. — Hameaux : assez nombreux, étalés, gros et courts, sensiblement coudés, des plus cotonneux, brun foncé, ayant de très-courts mérithalles. — Lenticelles : arrondies ou allongées, grandes ou moyennes, abondantes. — Coussinets : peu saillants. — Yeux : gros, coniques-arrondis, très-cotonneux, partiellement collés sur le bois. — Feuilles : moyennes, ovales, vert terne en dessus, blanc grisâtre en dessous, rarement acuminées, profondément crénelées. — Pétiole : de moyenne longueur, gros, non cannelé. — Stipules : courtes, mais généralement assez larges.

FERTILITÉ. — Abondante.

CULTURE. — Sous toute forme et sur toute espèce de sujet il fait des arbres irréprochables.

Description du fruit. — Grosseur : moyenne et parfois moins volumineuse. — Forme : sphérique, sensiblement comprimée aux pôles et souvent ayant un côté plus développé que l'autre. — Pédoncule : court et gros, planté dans un vaste et profond bassin. — Œil : grand ou moyen, ouvert ou mi-clos, à cavité unie et prononcée. — Peau : rugueuse, brun-fauve, nuancée de vert, légèrement squammeuse et fortement ponctuée de gris. — Chair : quelque peu jaunâtre ou verdâtre, fine, compacte, ferme. — Eau : suffisante, sucrée, délicatement acidulée et parfumée,

MATURITÉ. — Janvier-Avril.

QUALITÉ. — Première.

Historique. — Dans l'arrondissement de Beaupreau (Maine-et-Loire), dont on le croit originaire, le pommier Patte-de-Loup est très-commun, très-ancien, Depuis une trentaine d'années sa culture commence à se généraliser. M. Millet, en 1835, le mentionna page 116 de sa Description des fleurs et des fruits nés dans le département de Maine-et-Loire ; il lui trouvait, et c'est aussi mon opinion, « quelques rapports avec le Fenouillet gris. » Je ne saurais préciser l'âge de cette variété, Ce fut elle, peut-être, qu'en 1670 le moine Claude Saint-Étienne appelait déjà pomme de Loup, sans la caractériser ? (Nouvelle instruction pour connaître les bons fruits, p. 213). Quoi qu'il en soit, je n'ai rencontré le nom pomme de Loup, que chez cet auteur et son copiste allemand, Henri Hessen, qui en 1690 publia le Jardin d'agrément, ou Gartenlüst. De nos jours le Congrès pomologique français a décrit et recommandé ce fruit (1867, t. IV, 39) pour « sa bonne qualité, sa longue conservation, son transport facile, la solidité de son attache à l'arbre, et la grande fertilité de ce dernier. »





Extrait du quatrième tome du Dictionnaire de pomologie, contenant l'histoire, la description, la figure des fruits anciens et des fruits modernes le plus généralement connus et cultivés d'André Leroy (1801-1875), édition Les principales librairies agricoles et horticoles (Paris), 1867-1879. Tome IV — Pommes — M-Z. 1873.


Pomme Patte de Loup dans la Description des fleurs et des fruits nés dans le département de Maine-et-Loire de Pierre-Aimé Millet de la Turtaudière, Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Angers, tome 3e, impr. L. Pavie, 1835, p. 116 : « Pomme Patte de Loup ou Pocre de Loup. Fruit un peu comprimé et quelque fois oblong, assez gros (30 à 36 lig. de diam.), d'un gris roux uniforme, rude au toucher (vu à la loupe, ce fruit paraît couvert de petites gerçures écailleuses, qui le rendent rude au toucher) ; chair blanchâtre, ferme, un peu sèche et légèrement acidule. Bon à cuire en janvier et février, et ensuite à manger cru jusqu'en avril. C'est une assez bonne variété qui a quelques rapports avec la pomme de Fenouillet gris. On la cultive dans l'arrondissement de Beaupreau. »


Voir aussi patte de loup (mot), poire Doyenné du Comice, produits régionaux.


page

tome

numéro