Ardoisières de Vern-d'Anjou

De Wiki-Anjou
Révision datée du 5 novembre 2016 à 08:07 par Franck-fnba (discussion | contributions) (compléments)
Photographie d'ardoises.

On trouve sur la commune de Vern-d'Anjou (Maine-et-Loire) des gisements de schiste ardoisier. L'exploitation de l'ardoise dans des carrières à ciel ouvert remonte au XVIe siècle, avant même celle de La Pouëze. On trouvait des carrières à la Bichetière, la Blunière et la Pinardière, lieux d'extraction d'ardoise aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles[1],[2].

Il existait plusieurs centres ardoisiers : Avrillé, Châtelais, Combrée, Juigné-sur-Loire, Noyant-la-Gravoyère, Les Ponts-de-Cé, La Pouëze, Vern-d'Anjou et Trélazé en Maine-et-Loire, Congrier, Javron et Renazé en Mayenne, Grand-Auverné en Loire-Atlantique[3]. Deux carrières seront exploitées à Vern, celle de la Gilardière et celle de Sainte-Marie-Eugénie[4]. À la Gilardière, la carrière est ouverte en 1959. Sa profondeur atteindra 160 mètres, avant de fermer en 1967[5].

Vern-d'Anjou se trouve dans le Segréen, à 25 kilomètres au nord-ouest d'Angers[6].


Sur le même sujet :

Notes

  1. Ministère de la Culture, Base Mérimée (Vern-d'Anjou, les carrières), octobre 2014
  2. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 4, édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, H. Siraudeau, 1996, p. 719
  3. Julien Derouet, Paroles de mineurs d'ardoise, Cheminements, 2009, p. 9
  4. Gérard Linden, Les mots des mines et carrières du Maine-et-Loire, Cheminements, 2004, p. 243
  5. Gérard Linden, op. cit., p. 126
  6. Lion1906, Distances orthodromiques (à vol d'oiseau) à partir de Vern-d'Anjou, juin 2010

Sites ardoisiers en Maine-et-Loire : Angers, Angrie, Avrillé, Châtelais, Combrée, L'Hôtellerie-de-Flée, La Jaille-Yvon, Juigné, Noyant-la-Gravoyère, Les Ponts-de-Cé, La Pouëze, Saint-Barthélemy, Trélazé, Vern-d'Anjou.


tome

opus citatum (ouvrage cité)