Maine-et-Loire

De Wiki-Anjou


Chiffres clés en Anjou
Logo du département de Maine-et-Loire (49), ancienne province de l’Anjou.
Photographies de paysages de l’Anjou.

Le département de Maine-et-Loire, connu également sous le nom Anjou, se situe dans l’ouest de la France, en région Pays de la Loire. Il est identifié par le numéro 49 dans la codification des départements français. Le Maine-et-Loire est notamment réputé pour ses châteaux, sa vallée et ses vignobles…

Histoire et patrimoine

Photographie représentant le moulin à vent de la Pinsonnerie

Si la région est connue pour son fleuve, ses châteaux et sa viticulture, d’autres éléments liés à son histoire du patrimoine la composent.

De l’Anjou au Maine-et-Loire

Le Maine-et-Loire, qui se situe au carrefour de la Bretagne et du Centre, de l’Aquitaine et de la Normandie, a un riche passé. Sous l’Ancien Régime, l’Anjou est une province du royaume de France, avec pour capitale Angers[2].

Son histoire commence avec le peuple celte des Andegaves, qui s’y installent[3]. La région émerge de l’histoire au Xe siècle, suite à la dislocation de l’empire carolingien. Foulques Nerra récupère le Saumurois et prend possession des Mauges[2]. Au fil du XIIe siècle le comté d’Anjou s’étend sur les comtés voisins, et devient une importante principauté française avec la dynastie Plantagenêt[4]. Au milieu du XIVe siècle, le comté d’Anjou est érigé en duché. Le roi René, prince et poète, marque très fortement de son empreinte la région[5].

Drapeau de l'Anjou.

Les limites qui formaient l’Anjou historique allaient au delà du Maine-et-Loire, s’étendant à plusieurs départements voisins[6] :

  • la Mayenne, le tiers Sud de la Mayenne dite la Mayenne angevine ;
  • la Sarthe, région du Maine angevin se situant de La Flèche à l’ouest, Le Lude et Château-du-Loir à l’est ;
  • l’Indre-et-Loire, région de Bourgueil à Château-la-Vallière ;
  • les Deux-Sèvres, communes limitrophes au département de Maine-et-Loire ;
  • la Vienne, région de Loudun et de Mirebeau ;
  • la Loire-Atlantique, commune angevine des Mauges de La Boissière-du-Doré.

Aujourd’hui, dans le langage courant, le nom « Anjou » est souvent associé au département de Maine-et-Loire, dont la collectivité départementale en a fait son emblème[7].

Le département est créé à la Révolution française, et correspond à la majeure partie de la province d’Anjou. Il s’appelle initialement « Mayenne-et-Loire » pour devenir ensuite « Maine-et-Loire »[8],[9],[10]. Son blason est composé de deux parties : la partie à gauche à bordure rouge est fleurie de lis sur fond azur, et la partie à droite présente une croix à double traverse rouge sur fond bleu-azur[11].

Les Lois de décentralisation, dont celle de 1982, ont transféré des compétences aux régions et aux départements. Elles sont marquées par plusieurs refontes majeures de l’organisation administrative française : la suppression de la tutelle administrative, le transfert du pouvoir exécutif au Département et à la Région, la transformation de la Région en collectivité territoriale…

Article détaillé Retrouvez plus d’informations sur la page histoire de l'Anjou et du Maine-et-Loire et sur la page organisation administrative.

Personnages emblématiques

Trois noms ont principalement marqué l’histoire de l’Anjou, Foulques Nerra, les Plantagenêt et le roi René.

Au XIe siècle, Foulques Nerra, sera à l’origine de nombreux ouvrages, qui constituent une part importante de l’actuel patrimoine angevin[12].

Geoffroy le Bel est à l’origine de l’Empire des Plantagenêt. Son fils Henri achève l’Empire Angevin, et pendant cinquante ans règne de l’Écosse aux Pyrénées. En 1152, il épouse Aliénor d’Aquitaine, et de cette union naissent plusieurs enfants dont Richard Ier, surnommé Cœur de Lion, et Jean, dit Jean sans Terre[12],[13].

Second fils de Louis II d’Anjou et de Yolande d’Aragon, le roi René est né en 1409 dans l’une des tours du château d’Angers. Gestionnaire éclairé, il consacre son temps à l’administration et au développement de l’Anjou, de la Lorraine et de la Provence. Mécène et ami des artistes, il encourage les lettres et les arts[12],[5].

Article détaillé Retrouvez plus d’informations sur la page des personnalités angevines.

Patrimoine architectural

Région du Val de Loire, on rencontre en Anjou une architecture riche et variée. L’architecture angevine est intimement liée aux ressources géologiques de la région ...

  • Dans la région du Saumurois c’est le territoire du tuffeau, utilisé dans le gros œuvre, la couverture alternant entre l’ardoise et la tuile. La région y abrite naturellement la plus grande concentration de troglodytes d’Europe[14].
  • Dans le Segréen et le Baugeois on y retrouve la prédominance du schiste ardoisier, aussi bien pour les couvertures que pour le gros œuvre[14].
  • Dans la région des Mauges on trouve une utilisation plus importante de la brique. L’architecture est qualifiée d’architecture de transition avec l’architecture de la Vendée ou du Poitou[14].

... mais aussi à son histoire, telles les voutes plantagenêt[13].

  • XIIe siècle, art roman : prieuré de Cunault, abside de l’église de l’abbaye de Fontevraud.
  • XIIe siècle, art gothique : cuisines de l’abbaye de Fontevraud, cloître de l’hôpital de Saint-Jean (Angers).
  • XIIIe siècle : château d’Angers.
  • XIVe siècle : tours rondes de Brissac, château de Saumur.
  • XVe siècle : château de Baugé, château du Plessis-Bourré, château de Montreuil-Bellay.
  • XVIe siècle : hôtel Pincé (Angers), logis Barrault (Angers), maison d’Adam (Angers).
  • XVIIe siècle : Notre-Dame des Ardilliers (Saumur), château de Brissac, château de Serrant.
  • XVIIIe siècle : école de cavalerie de Saumur.

Article détaillé Retrouvez plus de détail sur la page des monuments historiques et celle des châteaux.

Autres éléments du patrimoine

Outre châteaux, manoirs et édifices religieux, d’autres éléments composent le patrimoine angevin, tels le gothique angevin, les villes closes de l’Anjou, les moulins cavier, les embarcations ligériennes…

Le parler angevin est encore très présent sur le territoire. Il n’est pas rare d’y entendre un « tôpette », ou que « l’ temps s’abernaudit » et qu’on va être « trempé-guené »[15]. Des écrivains et poètes du parler angevin en ont fait des rimiaux.

Article détaillé D’autres éléments sont à consulter, comme labels et classements des villes et villages et noms des rues.

Culture et art de vivre

Photographie des ardoisières en Anjou

La douceur angevine n’est pas qu’une expression, c’est aussi un art de vivre de cette région ligérienne. Le Maine-et-Loire est un territoire où les loisirs sont nombreux et la gastronomie très appréciée. C’est aussi une région où la vie culturelle est riche et diverse.

L’agenda culturel y est souvent très fourni : festival d’Anjou, journées de la rose, festival Premiers Plans, les Z’Éclectiques, les Lyriades de la langue française, festival des Arlequins, Saveurs Jazz Festival, sans compter toutes les fêtes locales.

Arts et lettres

L’Anjou possède aussi un important patrimoine culturel.

  • Tapisserie de l’Apocalypse : Œuvre réalisée à la fin du XIVe siècle et exposée au château d’Angers, représentant l’Apocalypse de Jean.
  • Vitraux du XIIe et XIIIe siècles de la cathédrale d’Angers.
  • Joachim Du Bellay : Né en 1522 à Liré, ce poète angevin de la Renaissance sut faire apprécier la douceur angevine, la fine ardoise bleutée d’Anjou et le charme de son village natal. Son recueil le plus connu est "Regrets".
  • Gilles Ménage : Né en 1613 à Angers, grammairien et écrivain français.
  • Pierre-Jean David d'Angers, dit David d’Angers : Né à Angers en 1788, il fut un sculpteur et statuaire de grande renommée. Un musée lui a été consacré.
  • Jules-Eugène Lenepveu : Né en 1819 à Angers, ce peintre se fit connaitre pour ses compositions historiques et allégoriques. Il obtint le Prix de Rome en peinture en 1847.
  • René Bazin : Né à Angers en 1853, cet écrivain et juriste eut un sentiment profond pour la campagne angevine.
  • Tapisseries du chant du monde (1957) : Ensemble moderne par lequel Jean Lurçat a symbolisé des contradictions du monde contemporain.

Ainsi que :

Article détaillé Retrouvez plus d’infos sur les pages beaux-arts, littérature et personnalités angevines.

Musées

On trouve sur le département de nombreux musées, comme par exemple le musée de l’air, le musée de la cavalerie, le musée du champignon.

Plusieurs d’entre eux possèdent le label « Musée de France » : musée des beaux-arts et galerie David-d'Angers à Angers, musée Jean-Lurçat à Angers, musée Pincé à Angers, muséum des sciences naturelles à Angers, musée d'art et d'histoire à Baugé, musée Joseph-Denais à Beaufort-en-Vallée, musée d'art et d'histoire et musée du textile à Cholet, musée Jules-Desbois à Parçay-les-Pins, musée de la vigne à Saint-Lambert-du-Lattay, château-musée à Saumur et musée de l'ardoise à Trélazé[16].

Article détaillé Retrouvez plus d’infos sur la page loisirs et tourisme en Maine-et-Loire.

Gastronomie

Grâce à une terre réputée fertile, la gastronomie angevine est inscrite dans la tradition paysanne et renommée pour la variété et la qualité de ses produits maraîchers, aux légumes frais et aux fruits pleins de saveur. On peut par exemple citer : le pâté aux prunes, les bottereaux, le Chaume, le Cointreau, le pigeonneau de Maulévrier, les pommes frappées ou bien encore les rillauds.

Article détaillé Retrouvez plus de détail sur la page côté cuisine angevine.

Loisirs et tourisme

De par son emplacement et son histoire, le département a une activité touristique importante. Le val de Loire, qui le traverse, est class au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, depuis 2000[17].
Un parc naturel régional s’étend sur une partie du département : le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, situé entre Angers et Tours.

Les sites angevins les plus visités sont le parc Terra Botanica, le zoo de Doué-la-Fontaine, le château d'Angers, l’abbaye de Fontevraud, le château de Brézé, le parc oriental de Maulévrier, le musée des Beaux-arts d’Angers, le village troglodyte de Rochemenier, le château de Saumur, le musée des blindés de Saumur et le château de Brissac.

Article détaillé Retrouvez plus d’infos sur la page Loisirs et tourisme en Maine-et-Loire.

Espace et territoire

Vues diverses de paysages de Maine-et-Loire.

Situé à l’Ouest de l’Europe, le département de Maine-et-Loire fait partie de la région Pays-de-la-Loire. Il est limitrophe des départements de l’Ille-et-Vilaine, de la Mayenne, de la Sarthe, de l’Indre-et-Loire, de la Vienne, des Deux-Sèvres, de la Vendée et de la Loire-Atlantique.

Une partie du territoire est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, à Natura 2000 ou à la convention de Ramsar[17].

Géographie

Partagée entre le Bassin parisien et le Massif armoricain, la région comporte plusieurs types de reliefs, tel les coteaux du Layon. Un point de vue de ces reliefs est visible à la Corniche Angevine, une zone située entre Chalonnes-sur-Loire et Rochefort-sur-Loire.

D’une superficie de 7 165,6 km²kilomètres carrés, la commune la plus petite se situe dans la région d’Angers (Saint-Jean-de-la-Croix), et la plus grande dans la région du Baugeois (Longué-Jumelles)[18].
La colline de la Trottière (commune de La Tourlandry) est le point culminant du département à 216 mètres, tandis que les points les plus bas se situent sur les communes de Trélazé, La Varenne et Champtoceaux[19].

La Loire, le plus long fleuve de France avec 1 013 kmkilomètres de long, traverse le département d’Est en Ouest. Outre celle-ci, plusieurs autres cours d’eau sont présents sur le département : la Maine, la Mayenne, la Sarthe, le Loir, le Layon, le Louet, le Thouet, l’Oudon, le Jeu.

Le territoire bénéficie d’un climat tempéré de type océanique.

Article détaillé Retrouvez plus d’informations sur les pages géographie du Maine-et-Loire, liste des cours d'eau de Maine-et-Loire et fiche d'identité du Maine-et-Loire.

Régions naturelles

Le département peut se découper en cinq territoires : le Baugeois, le Saumurois, les Mauges, le Segréen et la région d’Angers[14]. Ce découpage s’opère autour des principales villes angevines que sont Baugé, Saumur, Cholet, Segré et la capitale Angers. À ce découpage naturel et culturel, on peut y ajouter la vallée de la Loire (ou val angevin) qui traverse le département[20].

  • Le Baugeois se trouve au nord de la Loire ; c’est la partie nord-est du département. Le bocage se fait plus clair et les forêts y sont plus nombreuses.
  • Le Saumurois se trouve au sud de la Loire ; c’est la partie sud-est du département. L’agriculture de ce territoire est composée d’une céréaliculture prédominante et de vignobles.
  • Les Mauges se trouvent au sud de la Loire ; c’est la partie sud-ouest du département. Cette région est parfois appelée la Vendée angevine.
  • Le Segréen se trouve au nord de la Loire ; c’est la partie nord-ouest du département. La sombre tonalité des schistes domine au flanc des vallées qui entaillent le plateau ondulé.
  • Au milieu de ces quatre pays se trouve la Région d'Angers, qui occupe une place centrale.

Sur l’ensemble de ces territoires on peut rencontrer une faune abondante, notamment au cours de randonnées.

Article détaillé Retrouvez plus d’infos sur la page géographie du Maine-et-Loire.

Communes

Les principales villes du département sont Angers, Cholet, Saumur, Segré et Baugé. On y trouve près d’une vingtaine de communes de plus de 5 000 habitants[1] : Angers, Cholet, Saumur, Avrillé, Trélazé, Les Ponts-de-Cé, Saint-Barthélemy-d’Anjou, Doué-la-Fontaine, Chemillé, Montreuil-Juigné, Longué-Jumelles, Beaupréau, Saint-Macaire-en-Mauges, Segré, Chalonnes-sur-Loire, Beaufort-en-Vallée, Bouchemaine, Mûrs-Erigné et Beaucouzé.

Les communes les plus peuplées sont Angers (147 305 habitants), Cholet (54 121 hab.habitants), Saumur (28 070 hab.habitants), Avrillé (12 454 hab.habitants), Trélazé (12 181 hab.habitants), et les communes les moins peuplées sont Chartrené (55 hab.habitants), Linières-Bouton (92 hab.habitants), Chavaignes (99 hab.habitants), La Lande-Chasles (103 hab.habitants), Montfort (110 hab.habitants)[1].

Article détaillé Retrouvez plus d’infos sur la page liste des communes et sur la fiche d'identité du Maine-et-Loire.

Randonnées

Le Maine-et-Loire est aussi un territoire riche de paysages, qui permet de nombreuses sorties sur les sentiers de randonnée, mais pas seulement.

Trois itinéraires de grande randonnée (GR) traversent l’Anjou : le sentier GR 3 qui traverse le département d’Est en Ouest en suivant la Loire, le sentier GR 36 qui traverse du Nord au Sud la partie Est du département, et le sentier GR 35 qui passe par le Baugeois.
Les communes proposent également des sentiers de randonnées balisés, et ponctuellement des manifestations locales s’organisent autour d’une balade entre amis ou en famille.

D’autres balades peuvent se faire également par bateau, sur les cours de la Loire, par exemple de l’embouchure de la Maine jusqu’à Béhuard, de la Mayenne et de la Sarthe, pour découvrir leurs paysages de bocage.

Article détaillé Retrouvez plus de détail sur la page randonnées en Maine-et-Loire.

Économie

Photographie d'un panneau indicant la Loire, pont du bras de la Guillemette à Béhuard.

En Maine-et-Loire, l’agriculture, l’industrie et le tourisme, tiennent un place prépondérante dans l’économie. Sur 66 363 établissements présents sur le département à fin 2014, 11 %pour cent relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 6 %pour cent en France), 7 %pour cent du secteur de l'industrie, 9 %pour cent de celui de la construction, 59 %pour cent du secteur du commerce et des services et 14 %pour cent de celui de l'administration et de la santé[21].

Les emplois dans les activités de fabrication et bâtiment-travaux publics, d’administration publique ou d’agriculture y sont plus fort que dans la moyenne nationale[22].
En 2009, les emplois selon le secteur d’activité se repartissaient de la façon suivante : 20 396 emplois dans l’agriculture (6 %pour cent de l’ensemble du département), 57 285 dans l’industrie (18 %pour cent du département), 25 076 dans la construction (8 %pour cent), 122 900 dans les commerces, transports et services divers (38 %pour cent), et 97 151 dans l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale (30 %pour cent)[23].

Les centres économiques

Le département dispose de trois centres urbains et économiques : Angers, centre d’activités industrielles et tertiaires, Cholet, centre industriel et technologique, et Saumur, centre touristique également renommé pour sa viticulture[24],[25],[26],[27]. Il dispose également de deux pôles : le pôle végétal à Angers et le pôle de l’habillement du Choletais[28],[29],[30].

L’agriculture

L’agriculture tient une place économique particulièrement importante avec une forte occupation du territoire, la surface agricole utile représentant environ 64 %pour cent du département (contre 54 %pour cent en moyenne en France), troisième département français en surface agricole utilisée[31]. La particularité réside dans la diversité des activités : toutes les productions y sont représentées tant dans le domaine animal (bovins, ovins, caprins, volailles, porcs, lapins, pigeons…) que végétal (arboriculture, maraîchage, viticulture, horticulture, pépinières, champignons, plantes aromatiques et médicinales, semences, grandes cultures…)[32].

Plusieurs produits locaux participent à l’identité du département de Maine-et-Loire : son horticulture et ses champignons, sa viticulture, ses liqueurs.

  • Horticulture : La région est un des centres les plus importants d’horticulture de France[33],[34],[35]. Les conditions naturelles y sont en effet extrêmement favorables[36].
    Dans l’agglomération d’Angers, un pôle végétal angevin a vu le jour en 2004[37] et un parc dédié au végétal en 2010 (Terra Botanica)[38].
  • Champignon : La culture du champignon a également une place importante. La moitié de la production nationale est faite dans le département, avec le produit leader « Champignon de Paris »[33].
  • Viticulture : Les vins d’Anjou sont réputés, dont plusieurs ont obtenu une AOC comme les coteaux du Layon[39],[28].
  • Liqueurs : La distillerie Cointreau a été fondée en 1849 par les frères Cointreau. Ils y créèrent le guignolet puis le cointreau, liqueur d’oranges douces et amères.

L’industrie

La région des Pays de la Loire se positionne au 3e rang des régions industrielles françaises[40], et le Maine-et-Loire est le 2e département industriel de l’Ouest de la France. Son tissu industriel se compose notamment d’une filière agroalimentaire, d’un secteur de la plasturgie et d’un secteur de la mode, historiquement implanté en Anjou[41].

Par rapport à la région, le département est celui qui a perdu le plus d’emplois industriels, avec pour principale cause la fermeture des usines de fabrication de textiles, habillement, cuir et chaussure[40]. On trouve cette industrie très implantée dans le Choletais, où est également implanté le pôle Enfant, qui fédère des marques leaders, comme Catimini, Éram, Bébé confort (Dorel France)[28].

L’industrie angevine est également présente dans l’agro-alimentaire (Brioches Pasquier, Charal) et la plasturgie[28].

Le tourisme

Le département se trouve dans les zones du Val de Loire, inscrit patrimoine mondial de L’UNESCO, et du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine[42],[43].

Le tourisme représente un secteur d’activité important pour le Maine-et-Loire, avec l’accueil de plus de 2 millions de visiteurs par an[42],[44].

Article détaillé Voir aussi entreprises de Maine-et-Loire et économie de Maine-et-Loire.


Panorama

Notes

  1. a, b et c InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, Populations municipales 2014 de Maine-et-Loire, en vigueur au 1er janvier 2017 (voir Population de Maine-et-Loire).
    Le chiffre de la population municipale est de 805 835 habitants en 2014 (pour 800 191 en 2013, soit + 5 644 habitants et + 0,7 %pour cent) et celui de la population totale de 829 103 (pour 823 546 en 2013). La densité (111,7 hab/km²kilomètres carrés) est celle de 2013.
  2. a et b Encyclopædia Universalis, Anjou, juin 2010
  3. Jacques Isolle, Églises et abbayes de l'Anjou, Delmas, 1969, p.page 7
  4. Encyclopédie Larousse, Plantagenêt, juin 2010
  5. a et b Jean Favier, Le Roi René, Fayard, 2008
  6. Wikipédia, Anjou (Délimitations historiques), et articles connexes, juin 2010
  7. Conseil général de Maine-et-Loire, juin 2010
  8. Jean Sibenaler, Les premiers préfets de Maine-et-Loire, Éditions Cheminements, 2000
  9. Wikipédia, Maine-et-Loire (Création du département), juin 2010
  10. Encyclopédie Larousse, département, juin 2010
  11. Blason créé au milieu du XXe siècle par Robert Louis, dessinateur héraldiste (voir blason de Maine et Loire).
  12. a, b et c P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951
  13. a et b Empire Plantagenêt, voir Plantagenêt.
  14. a, b, c et d Régions naturelles et historiques, voir Segréen, Baugeois, Saumurois et Mauges.
  15. Voir le dictionnaire des mots de l'Anjou.
  16. Musées angevins labellisés Musées de France, voir la page Fréquentation des musées de France.
  17. a et b Unesco, Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire (voir Géographie du Maine-et-Loire).
  18. Superficie de Maine-et-Loire, voir la page Superficie des communes de Maine-et-Loire.
  19. Altitudes de Maine-et-Loire, voir la page Altitude des communes de Maine-et-Loire.
  20. Géographie de la région, voir le page Géographie du Maine-et-Loire.
  21. InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, Chiffres clés du département de Maine-et-Loire (49), données 2014
  22. InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, Observation sociale des territoires de Maine-et-Loire : précarité marquée à l’est du département, octobre 2013
  23. InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, Maine-et-Loire (49 - Département) - Chiffres clés, 28 juin 2012
  24. Département de Maine-et-Loire, Plan départemental de prévention des déchets - Maine-et-Loire - Etat des lieux et Diagnostic 2010-2011, 21 novembre 2011
  25. Encyclopédie Larousse, Maine-et-Loire (49), mai 2011
  26. InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, Le zonage en aires urbaines - Référentiel communal, mai 2011
  27. InseeInstitut national de la statistique et des études économiques Pays de la Loire, Cahier départemental du Maine-et-Loire, décembre 2011
  28. a, b, c et d InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, Forces et faiblesses caractérisant l’économie des Pays de la Loire - Maine-et-Loire, 10 avril 2009
  29. Ville de Cholet, Le Pôle Enfant lance un appel à projets, 23 mars 2010
  30. Ouest-France, Cholet : avec un nouveau label, le Pôle enfant rebondit, 24 janvier 2011
  31. Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, L’agriculture du Maine-et-Loire, mai 2011
  32. Exploitations agricoles, voir Exploitations agricoles de Maine-et-Loire.
  33. a et b Végépolys, Le végétal, octobre 2013
  34. Ouest-France Entreprises, Ils ont inventé les plantes fleuries en baby pot, 19 juin 2012
  35. Direction régionale de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt des Pays de la Loire, Horticulture, 11 mai 2009
  36. I. Deguil, L’horticulture en Anjou, paru dans les Annales de Géographie, 1933, t.tome 42, numéro 240, p.page 601
  37. Journal officiel - Annonces du JO Associations, Comité interprofessionnel du végétal specialisé, parution 20040051 du 18 décembre 2004
  38. Végépolys, Terra Botanica, octobre 2013
  39. Institut national de l’origine et de la qualité, Appellation d’origine contrôlée, juin 2010
  40. a et b InseeInstitut national de la statistique et des études économiques, En 20 ans, les Pays de la Loire perdent 26 000 emplois salariés dans l’industrie, octobre 2013
  41. Conseil général de Maine-et-Loire, Développement économique, octobre 2013
  42. a et b Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, Le Tourisme en Maine-et-Loire, octobre 2013
  43. Département de Maine-et-Loire, Tourisme, octobre 2013
  44. Tourisme, voir aussi Sites les plus visités de Maine-et-Loire.