Château de Chambiers

De Wiki-Anjou
Château de Chambiers
(monument)
Château de Brissac
Époque Époque contemporaine
Classement
Commune Durtal
Notes Propriété privée
Aide à la rédaction
Monuments de Maine-et-Loire

Datant des XVe et XVIIIe siècle, le château de Chambiers se trouve sur la commune de Durtal (49 Maine-et-Loire), à l'orée de la forêt du même nom. C'est aujourd'hui un établissement hôtelier.


Situation

Situé à l'ouest du Baugeois, ce château de Durtal porte le nom de la forêt de Chambiers. Celle-ci s'étend principalement sur la commune de Durtal[1], et est l'une des plus importantes du département.

Elle relevait autrefois du comté de Durtal. C'est au Moyen Âge que Foulques IV d'Anjou donna Chambiers au seigneur de Durtal[2] .

Ce massif forestier se compose de plusieurs espèces, notamment de pins maritimes et de chênes. On y trouve aussi l'étang de Chambiers qui héberge en nidification le héron pourpré, l'ensemble étant classé Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF[3])[4].

En 1986, la commune de Durtal fait l’acquisition du domaine de Chambiers, qui devient en 1990 une Réserve naturelle. Aujourd'hui cette forêt communale est gérée par l’Office national des forêts (ONF[5])[6].

Histoire

Les bases du château de Chambiers datent du XVe siècle. Reconstruit au début du XVIIIe, il a été agrandi au XIXe siècle. Autrefois, il appartenait à la paroisse de Saint-Léonard-de-Durtal[2] et servait comme rendez-vous de chasse du château de Durtal. En 1882, la famille Rochefoucauld s’en sépare au retour d’émigration. A l’époque, le domaine comptait 801 hectares, dont 570 de forêts[7]. En 1912, il devient propriété du comte Marc de Courtis, grand-père des propriétaires actuels.

Aujourd’hui

Aujourd’hui, le château de Chambiers[8] est reconverti en chambres d'hôtes de luxe familial. La propriété de 900 hectares se compose d’une partie de la forêt de Chambiers, d'étangs et de fermes[9].

Les jardins

L’allée d’arrivée au château de Chambiers est bordée de rhododendrons et d’une charmille. Elle mène au jardin à l’italienne devant le château. Derrière, on trouve un jardin à la française, puis un jardin d’herbes, une roseraie, un cloître de tilleuls, des camélias et un parc. Le joyau est un chêne pédonculé de près de quatre siècles[9],[10].

Notes

Sur le même sujet

Commune de Durtal
Le Baugeois
Liste des châteaux de Maine-et-Loire
Loisirs et tourisme en Maine-et-Loire

Lien externe

Site de l'établissement hôtelier Château de Chambiers

Références et annotations

  1. Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), Géoportail (Durtal), juin 2013
  2. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse, Belleuvre & Dolbeau, 1874, p. 584
  3. ZNIEFF : sigle désignant une Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.
  4. DREAL Pays de la Loire, Base communale (Durtal), juin 2013
  5. ONF : sigle désignant l'Office national des forêts, chargé de la gestion des forêts publiques.
  6. Mairie de Durtal, Forêt de Chambiers, juin 2013
  7. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Édition révisée (tome 1) par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, H. Siraudeau, 1965, p. 624 et 625
  8. Le château de Chambiers ne figure pas à l'inventaire des Monuments historiques (Ministère de la Culture, Base Mérimée, juin 2013). Monuments historiques de la commune de Durtal : château Bocé, château de Durtal, château de la Motte-Grollier, manoir d'Auvers et manoir de Serrain.
  9. a et b Château de Chambiers, Site de l'établissement hôtelier, juin 2013
  10. Annotations à propos des jardins : un rhododendron est genre d' arbre à fleurs, une charmille est une allée, un jardin à l'italienne est un style de jardin né de la Renaissance italienne, un jardin à la française est un style de jardin né du classicisme, une roseraie est lieu planté de rosiers, un cloître est une cour entourée de murs, un camélia est une plante à fleurs, un chêne pédonculé est une forme de chêne (arbre).


Institut national de l'information géographique et forestière

page