Dictionnaire Célestin Port/1874 - Tome 1 - Page XXXIV

De Wiki-Anjou
Langue et littérature angevine
Document   Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire
Auteur   Célestin Port (1828-1901)
Année d'édition   1874
Éditeur   P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau (Angers)
Note(s)   Tome premier, page XXXIV


Dictionnaire Célestin Port de 1874, page XXXIV.

XXXIV

INTRODUCTION.


Départ des Volontaires.

[St-Laurent-de-la-]Plaine. Le 28 août une expédition militaire enlève les statues vénérées, jette à bas chêne et chapelle. Mais la fermentation ne fait que s’accroître ; le roi est prisonnier ; la guerre gronde aux frontières ; la noblesse, sympathique aux premières manifestations généreuses du drapeau tricolore[1] et jusqu’alors respectée dans ses châteaux, a déjà pour partie rejoint les princes émigrés, et c’est l’heure même des élections à l’Assemblée législative (3 septembre), où peu à peu s’accentue le programme encore très-modéré de la députation angevine[2]. Il fallut pourtant pour la première fois annuler le vote d’un canton, celui de Jallais, dont les électeurs avaient refusé de prêter serment. Mais à cette heure aussi, où se trahit l’effort des premières résistances, des milliers de voix répondent à l’appel de la patrie, et ce n’est qu’à la faveur d’un choix envié que se recrutent, sur les listes d’inscription, les 485 hommes des neuf compagnies du 1er bataillon des Volontaires de Maine-et-Loire, qui les 15 et 16 septembre élit ses deux vaillants chefs, Beaurepaire et Lemoine, et part le 3 octobre, pour prendre rang bientôt à l’avant-garde et s’illustrer au siège de Verdun[3].

Internement,

Et déportation des prêtres.

L’année 1792 s’inaugure par l’installation le 1er janvier du Tribunal criminel du Département sous la présidence de Delaunay le jeune. — Le 25, Villier et La Révellière-Lépaux se rendent en mission dans les Districts de St-Florent, Cholet, Vihiers, travaillés par les mêmes intrigues toujours enhardies, pour rétablir l’ordre, réinstaller les municipalités terrifiées, opérer la suppression des paroisses de St-Sauveur, du Petit-Montrevault, de St-Martin de Beaupréau, de Joué, d’Étiau, — et reviennent le 13 février, après avoir fondé à Beaupréau, « cette obscure métropole de l’idiotisme des Mauges », une Société des amis de la Constitution[4]. Sous la pression de l’opinion publique et des Districts, qui de toutes parts dénoncent les périls extrêmes, un arrêté départemental en date du 1er février, avait dû enjoindre à tous les prêtres non assermentés de venir prendre demeure à Angers ; en juillet, d’autorité et sans autre ordre, la garde nationale les interne au Séminaire. — La patrie est proclamée en danger le 11 juillet. — Longwi est pris le 23 août. — Le 22 avait éclaté la première levée d’armes des insurgés fanatisés de Chatillon et de Bressuire, que répriment en quatre jours de marches et de combats la garde nationale de Cholet et la cavalerie du commandant Boisard, assistées des secours des Départements circonvoisins. Dans cet émoi le Conseil général décide et presse l’exécution de la loi du 26 août, qui ordonne la déportation des prêtres réfractaires, « seul moyen d’étouffer le germe de la guerre civile qui après avoir éclaté d’une manière sanglante dans le Département des Deux-Sèvres a été sur le point d’embraser celui de Maine-et-Loire » (30 août). — Au milieu même de la crise, le 26, s’étaient réunis à Saumur


  1. La Liste est imprimée des grandes dames qui ont souscrit pour offrir le drapeau aux fédérés de 1790, et M. Bougler en cite une partie, t. I, p. 342.
  2. Sont nommés de Houlières, P. Choudieu, Merlet, Ferrière, Clémenceau, P.-M. Goffaux, Chouteau, Delaunay ainé, Quesnay, Menuau, Bonnemère.
  3. Franç. Grille a publié : Lettres, mémoires et documents publiés avec des notes sur la formation, le personnel, l’esprit du 1er bataillon des Volontaires de M.-et-L. (Paris, Amyot, 1850, 4 vol. in-8°) ; mais il faut se défier absolument de ce Recueil, composé en grande partie de pièces factices. Je l’affirme plus sûrement que je ne l’ai fait ailleurs, en ayant acquis une expérience plus complète.
  4. V. Récit exact du voyage des commissaires envoyés par le Directoire du département de M.-et-L… par un témoin oculaire, Angers, an IV de la Liberté, in-4° de 12 p. — Les procès-verbaux Mss. existent, bien autrement détaillés.


< précédentepage XXXIVsuivante >


Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs qu'il convient de corriger.

tome

page

volume