Ardoisières de Noyant-la-Gravoyère : Différence entre versions

De Wiki-Anjou
m (Catégorie:Noyant-la-Gravoyère)
(complément)
 
(Une révision intermédiaire par un autre utilisateur non affichée)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
Les sites ardoisiers se développent aux {{XIXe}} et {{XXs}}s. Seize carrières sont mentionnées en Maine-et-Loire en 1826. Concernant les ardoisières, on trouve celle de Misengrain (Noyant-la-Gravoyère) et celle de Saint-Blaise (Noyant-la-Gravoyère), celle de la Grande Besnardière (Châtelais), celles à Tirande et Grimet (L'Hôtellerie-de-Flée)<ref>Ministère de la Culture (Région Pays de la Loire - Centre de ressources), ''Base Mérimée (Pays Segréen, carrières, IA49002284)'', février 2003</ref>.
 
Les sites ardoisiers se développent aux {{XIXe}} et {{XXs}}s. Seize carrières sont mentionnées en Maine-et-Loire en 1826. Concernant les ardoisières, on trouve celle de Misengrain (Noyant-la-Gravoyère) et celle de Saint-Blaise (Noyant-la-Gravoyère), celle de la Grande Besnardière (Châtelais), celles à Tirande et Grimet (L'Hôtellerie-de-Flée)<ref>Ministère de la Culture (Région Pays de la Loire - Centre de ressources), ''Base Mérimée (Pays Segréen, carrières, IA49002284)'', février 2003</ref>.
  
Les sites de Noyant-la-Gravoyère<ref>Ministère de la Culture, ''Base Mérimée (Noyant-la-Gravoyère, Misengrain et Saint-Blaise)'', juillet 2012</ref> :
+
Les sites de Noyant-la-Gravoyère :
* Ardoisière de Misengrain, attestée au {{XVIIs}}, et qui pris son essor au {{XIXe}}. Deux puits principaux subsistent avec leur chevalement.
+
* Ardoisière de Misengrain, attestée au {{XVIIs}}, et qui prit son essor au {{XIXe}}. Deux puits principaux subsistent avec leur chevalement<ref name="IA49002225">Ministère de la Culture, ''Base Mérimée (Noyant-la-Gravoyère, ardoisière de Misengrain, IA49002225)'', 18 février 2003</ref>.
* Ardoisière de Saint-Blaise, puis musée dit la Mine Bleue. L'ardoisière de Saint-Blaise, à la Gâtelière, est l'une des nombreuses expériences isolées entreprises aux {{XIXe}} et {{XXs}}s. Le site a été transformé en musée en 1990 sous le nom de ''La Mine Bleue''<ref>[[La mine bleue de Noyant-la-Gravoyère]], octobre 2012</ref>.
+
* Ardoisière de Saint-Blaise, puis musée dit la Mine Bleue. L'ardoisière de Saint-Blaise, à la Gâtelière, est l'une des nombreuses expériences isolées entreprises aux {{XIXe}} et {{XXs}}s. Le site a été transformé en musée en 1990 sous le nom de ''La Mine Bleue''<ref name="IA49002220">Ministère de la Culture, ''Base Mérimée (Noyant-la-Gravoyère, ardoisière de Saint-Blaise puis musée dit la Mine Bleue, IA49002220)'', 18 février 2003</ref>{{,}}<ref>[[La mine bleue de Noyant-la-Gravoyère]], octobre 2012</ref>.
  
 
L'exploitation de minerai a longtemps été une activité importante à Noyant-la-Gravoyère, que ce soit l'extraction du schiste ardoisier et du minerai de fer, les fours à chaux, les mines de charbon, et une briqueterie<ref>Pierre-Louis Augereau, ''Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire'', Cheminements, 2004, p. 123</ref>{{,}}<ref>Mairie de Noyant-la-Gravoyère, ''Brève histoire de l'ardoise et du fer'', octobre 2016</ref>.
 
L'exploitation de minerai a longtemps été une activité importante à Noyant-la-Gravoyère, que ce soit l'extraction du schiste ardoisier et du minerai de fer, les fours à chaux, les mines de charbon, et une briqueterie<ref>Pierre-Louis Augereau, ''Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire'', Cheminements, 2004, p. 123</ref>{{,}}<ref>Mairie de Noyant-la-Gravoyère, ''Brève histoire de l'ardoise et du fer'', octobre 2016</ref>.
  
[[Noyant-la-Gravoyère]] se trouve dans le Segréen, à 40 kilomètres au nord-ouest d'Angers<ref>Lion1906, ''Distances orthodromiques (à vol d'oiseau) à partir de Noyant-la-Gravoyère'', juin 2010</ref>.
+
[[Noyant-la-Gravoyère]] se trouve dans le Segréen, à 40 kilomètres au nord-ouest d'Angers<ref>Lion1906, ''Distances orthodromiques (à vol d'oiseau) à partir de Noyant-la-Gravoyère'', juin 2010</ref>. L'ardoisière de Misengrain et l'ardoisière de Saint-Blaise sont inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel<ref name="IA49002225" />{{,}}<ref name="IA49002220" />.
  
  
 
Sur le même sujet :
 
Sur le même sujet :
* [[La mine bleue de Noyant-la-Gravoyère|Musée de la Mine bleue]]
+
:• [[La mine bleue de Noyant-la-Gravoyère|Musée de la Mine bleue]]
* [[Ardoisières|Ardoisières en Anjou]]
+
:• [[Ardoisières|Ardoisières en Anjou]]
* [[Ardoisière (mot)]]
+
:• [[Ardoisière (mot)]]
  
Notes
+
Sources et annotations
 
{{Références}}
 
{{Références}}
  

Version actuelle datée du 27 juillet 2017 à 17:53

Photographie de Misengrain.

On trouve sur la commune de Noyant-la-Gravoyère (Maine-et-Loire) des gisements de schiste ardoisier, avec plusieurs sites d'exploitation.

Les sites ardoisiers se développent aux XIXe et XXe siècles. Seize carrières sont mentionnées en Maine-et-Loire en 1826. Concernant les ardoisières, on trouve celle de Misengrain (Noyant-la-Gravoyère) et celle de Saint-Blaise (Noyant-la-Gravoyère), celle de la Grande Besnardière (Châtelais), celles à Tirande et Grimet (L'Hôtellerie-de-Flée)[1].

Les sites de Noyant-la-Gravoyère :

  • Ardoisière de Misengrain, attestée au XVIIe siècle, et qui prit son essor au XIXe. Deux puits principaux subsistent avec leur chevalement[2].
  • Ardoisière de Saint-Blaise, puis musée dit la Mine Bleue. L'ardoisière de Saint-Blaise, à la Gâtelière, est l'une des nombreuses expériences isolées entreprises aux XIXe et XXe siècles. Le site a été transformé en musée en 1990 sous le nom de La Mine Bleue[3],[4].

L'exploitation de minerai a longtemps été une activité importante à Noyant-la-Gravoyère, que ce soit l'extraction du schiste ardoisier et du minerai de fer, les fours à chaux, les mines de charbon, et une briqueterie[5],[6].

Noyant-la-Gravoyère se trouve dans le Segréen, à 40 kilomètres au nord-ouest d'Angers[7]. L'ardoisière de Misengrain et l'ardoisière de Saint-Blaise sont inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel[2],[3].


Sur le même sujet :

Musée de la Mine bleue
Ardoisières en Anjou
Ardoisière (mot)

Sources et annotations

  1. Ministère de la Culture (Région Pays de la Loire - Centre de ressources), Base Mérimée (Pays Segréen, carrières, IA49002284), février 2003
  2. a et b Ministère de la Culture, Base Mérimée (Noyant-la-Gravoyère, ardoisière de Misengrain, IA49002225), 18 février 2003
  3. a et b Ministère de la Culture, Base Mérimée (Noyant-la-Gravoyère, ardoisière de Saint-Blaise puis musée dit la Mine Bleue, IA49002220), 18 février 2003
  4. La mine bleue de Noyant-la-Gravoyère, octobre 2012
  5. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2004, p. 123
  6. Mairie de Noyant-la-Gravoyère, Brève histoire de l'ardoise et du fer, octobre 2016
  7. Lion1906, Distances orthodromiques (à vol d'oiseau) à partir de Noyant-la-Gravoyère, juin 2010

Sites ardoisiers en Maine-et-Loire : Angers, Angrie, Avrillé, Châtelais, Combrée, L'Hôtellerie-de-Flée, La Jaille-Yvon, Juigné, Noyant-la-Gravoyère, Les Ponts-de-Cé, La Pouëze, Saint-Barthélemy, Trélazé, Vern-d'Anjou.


page