Ouest France (presse angevine)

De Wiki-Anjou
Ouest-France

Édité à Rennes, le quotidien Ouest-France couvre les régions de l'ouest de la France. Le journal est donc tout naturellement implanté dans le Maine-et-Loire, où il possède une rédaction à Angers, Cholet et Segré.

La parution de Ouest-France a débutée en 1944, où il prend la suite de L'Ouest-Éclair, interdit de parution à la Libération. Construit sur la proximité territoriale, il est devenu le premier quotidien français en termes de diffusion.


L'entreprise

À l'origine ce sont deux hommes qui en 1899 créé un quotidien diffusé dans l'Ouest Breton. Initialement dénommé « Pour Dieu ! Pour le peuple ! Pour la France ! », puis « Écho de l'Ouest » et enfin « Ouest-Éclair », sa diffusion s'étend peu à peu à la Normandie et aux Pays de la Loire. À la Libération, le quotidien est interdit, puis réapparait sous le titre « Ouest-France »[1].

L'actuel propriétaire de Ouest-France est le groupe SIPA - Ouest-France qui réunit notamment quatre autres quotidiens : La Presse de la Manche (Cherbourg), Le Courrier de l'Ouest (Angers), Presse-Océan (Nantes) et Le Maine libre (Le Mans). C'est en 2005 qu'il fait l'acquisition du pôle ouest de la Socpresse, alors détenu par Dassault, et qui comprend Le Courrier de l'Ouest, Presse-Océan et Le Maine libre[2]. Le groupe Ouest-France comprend également des participations dans 20 minutes (50 %) et Hit west (Nantes). Le groupe est détenu par une association de type loi de 1901, l'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste, que préside Jacques Duquesne[3].

La Société Ouest-France est constituée sous la forme d'une société anonyme (SA), située à Rennes (Ille-et-Vilaine). Immatriculée sous sa forme actuelle le 19 avril 1990, son activité est l'édition de journaux (5813Z). En 2012, elle a réalisée un chiffre d'affaires de 305 106 000 pour un résultat de 1 155 000 . Son effectif était de 1 737 personnes[4].

La diffusion

Le quotidien régional Ouest-France est principalement diffusé dans trois régions, la Bretagne, les Pays de la Loire et la Basse-Normandie, soit douze départements[3],[5]. Le journal est tiré à 767 000 exemplaires en 2012 et à 685 000 en 2017[6].

Implanté dans la banlieue de Rennes (Chantepie), Ouest-France comprend une soixantaine de rédactions[3], dont une direction départementale implantée à Angers.

Les rédactions angevines

Rédaction d'Angers : Son équipe comprend en 2013 une équipe de sept journalistes, animée par un chef de rédaction à Ouest-France Angers, qui suit quotidiennement la chronique locale. Elle compte également d'autres journalistes titulaires, des journalistes départementaux ainsi que le secrétariat de rédaction où sont quotidiennement montées les pages.

Complétant l'édition du quotidien, la page Ouest-France Angers du site web du journal est enrichie d'informations au fil de la journée.

Rédaction de Cholet : Son équipe compte une équipe de six journalistes animée par un chef de rédaction, qui suit quotidiennement la chronique locale.

Rédaction de Segré : Son équipe compte deux journalistes animée un chef d'agence, qui suit quotidiennement la chronique locale.

Notes

Sur le même sujet

Le Courrier de l'Ouest
L'Anjou agricole
Radio G!
TLC Télévision locale du Choletais

Anciens périodiques

Affiches d'Angers (1773), Courrier de Saumur (1849), Écho saumurois (1853), Bonhomme angevin (1881), Choletais illustré (1886), Petite Loire (1888), Journal de Cholet (1891), Revue du Saumurois (1897), Le Petit Courrier (1911), L'Anjou illustré (1912).

Lien externe

Site Web Ouest-France


  1. Acrimed, François-Régis Hutin, Big boss de Ouest-France, janvier 2008
  2. Le Monde, Ouest-France finalise le rachat à la Socpresse et de trois quotidiens, 23 février 2005
  3. a, b et c Ouest-France, Qui sommes-nous ?, mai 2011
  4. Infogreffe, Registre des sociétés (377 714 654 R.C.S. Rennes), septembre 2013
  5. Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale (PQR), Ouest-France, 2011-2015
  6. Le Monde (Alexandre Berteau), A « Ouest-France », le plan de réorganisation ne passe pas, 20 septembre 2018

pour cent

euros