Berciller

De Wiki-Anjou
Révision datée du 28 janvier 2021 à 18:02 par Franck-fnba (discussion | contributions) (cplt)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)


Parler angevin

Dictionnaire angevin

Mots concernant le parler angevin.

Aide à la rédaction


Parler angevin (dictionnaire)
 En Anjou

Entendu ici, mais pas que…
berciller

Étymologie

Du latin supercilium, qui est au-dessus des cils.

Mot

Verbe, 1er groupe.

En Anjou berciller signifie ciller, cligner des paupières. Synonyme de cleuter.

Faire une chose sans berciller, effrontément.

Conjugaison : (indicatif présent) je bercille, tu bercilles, il/elle/on bercille, ils bercillent, (imparfait) il bercillait, (passé composé) il a bercillé, (infinitif présent) berciller.

Mot que l'on trouve aussi en Bretagne et en Touraine.

Citation

« C'était un homme qui buvait, monsieur, ses cinq barriques par an, sans même que les yeux bercillent. » (René Bazin)

Patois et parler angevin (ressources) Notes

  • Voir aussi béluetter, rouiller, beillouetter, usse.
  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, dans Mémoires de la Société académique de Maine-et-Loire, Lachèse et Dolbeau, t. XXXVI, 1881, p. 243
  • René de La Perraudière, Le langage à Lué, dans Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Angers, Cinquième série - Tome VII, Germain & G. Grassin impr.-édit., 1904, p. 136 (bersiller)
  • Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou, Germain & Grassin, 1908, t. 1, p. 88
  • Yves Brochet, Le braco - Mémoire d'un angevin, Cheminements, 1997, p. 193
  • René Bazin, L'Anjou - La Loire, Siloë éditions, 2005, p. 69
  • Maurice Davau, Le Vieux parler tourangeau : sa phonétique, ses mots et locutions, sa grammaire, C.L.D., 1979, p. 154
  • Paul Eudel, Les Locutions nantaises, A. Morel, 1884, p. 17
  • Adolphe Orain, Glossaire patois du département d'Ille-et-Vilaine, Maisonneuve Frères et c. Leclerc, 1886, p. 10


tome