Groupement hospitalier de territoire

De Wiki-Anjou
Révision datée du 14 février 2020 à 19:15 par Franck-fnba (discussion | contributions) (Groupement hospitalier de territoire)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
GHT de Maine-et-Loire
(service public)
Domaine Groupement hospitalier
Périmètre Maine-et-Loire
Siège Angers
Notes Constitué en 2016
Situation dans le département
Services publics de Maine-et-Loire
Administrations et services publics

Le groupement hospitalier de territoire (GHT) de Maine-et-Loire est un regroupement d'établissements hospitaliers angevins créé en 2016.


Le GHT de Maine-et-Loire regroupe onze établissements angevins à sa création en 2006 : le centre hospitalier universitaire d'Angers, l'hôpital Saint-Nicolas d'Angers, de centre hospitalier de Cholet, le centre hospitalier de Saumur, le centre hospitalier de Longué-Jumelles, le centre de santé mentale angevin Cesame (Sainte-Gemmes-sur-Loire), l'hôpital intercommunal du Baugeois et de la Vallée (Baugé), l'hôpital de la Corniche-Angevine (Chalonnes-sur-Loire), le centre hospitalier de Doué-la-Fontaine, le centre hospitalier Layon-Aubance (Martigné-Briand) et le centre hospitalier intercommunal Lys-Hyrôme[1],[2].

Cette forme de coopération inter-hospitalière fait suite à la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016[3]. Le groupement hospitalier de territoire (GHT) est un dispositif de coopération entre plusieurs établissements publics de santé ayant notamment pour objet de permettre une prise en charge commune pour assurer une égalité d'accès aux soins sur un territoire. Il renforce les liens entre les hôpitaux publics, avec un projet médical partagé. En Maine-et-Loire, un accord est conclu en juin 2016 entre onze établissements du territoire. Le CHU d'Angers en devient l'établissement support en septembre[4],[5].

Le centre hospitalier du Haut-Anjou, qui regroupe des établissements de Segréet de Château-Gontier, et qui n'est jusqu'alors pas intégré au dispositif angevin, demande en février 2019 à quitter le groupement de la Mayenne (GHT 53) pour rejoindre celui de Maine-et-Loire (GHT 49)[6].

Le groupement hospitalier de territoire de Maine-et-Loire met en place en 2019 une filière AVC (accident vasculaire cérébral), et le centre hospitalier de la Corniche Angevine (CHCA) devient pilote dans les traitements post-AVC[7]. À cette même période, le groupement décide de construire sa logistique à l'échelle de son territoire[8].

Notes =

Sur le même sujet

Maison départementale de l'autonomie
Maison départementale des solidarités
Service départemental d'incendie et de secours

Sources et annotations

  1. Agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire, Les groupements hospitaliers de territoire (GHT), 12 septembre 2018
  2. ARS Pays de la Loire, Groupement hospitalier de Maine-et-Loire - Convention constitutive, juin 2016 (publ. avril 2017) (lire)
  3. Loi 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, article 107.
  4. Code de la santé publique, Groupements hospitaliers de territoire, articles L6132-1 à L6132-7, 2016-2018
  5. Centre hospitalier universitaire d'Angers, GHT - Groupement hospitalier de territoire, 2019
  6. Ouest-France (Martin Leduc), Château-Gontier. L'hôpital pourrait perdre la moitié de ses effectifs, 15 février 2019
  7. Le Courrier de l'Ouest, Chalonnes-sur-Loire. Une prise en charge post-AVC à l'hôpital de la corniche angevine, 8 décembre 2019
  8. TecHopital (Geneviève De Lacour), Le GHT Maine-et-Loire met en place un plan territorial de performance logistique, 5 décembre 2019 (à l'occasion des journées Resah des 28 et 29 novembre à Montrouge)


numéro