Île de Chalonnes

De Wiki-Anjou
Photographie de la pointe de l'île.

L'île fluviale de Chalonnes est située dans le cours angevin de la Loire, au sud-ouest d'Angers, de Chalonnes à Montjean.


Le Maine-et-Loire compte une quarantaine d'îles ligériennes dont les plus grandes sont l'île d'Offard (Saumur), l'île de Baure (Le Thoureil), l'île aux Chevaux (Sainte-Gemmes-sur-Loire), l'île de Béhuard, l'île Batailleuse (Varades et Saint-Florent-le-Vieil), l'île Dorelle (La Varenne, Le Cellier en Loire-Atlantique) et l'île de Chalonnes[1],[2].

Cette dernière s'étend sur une longueur de plus d'une dizaine de kilomètres (10,6 km) et une largeur maximale de plus d'un kilomètre (1,2 km). Sa superficie est de 836 hectares et son altitude maximum est de 14 mètres. Elle compte une cinquantaine de hameaux ou de lieux-dits, de la Tête-de-l'Île à l'est à la Queue-de-l'Île à l'ouest. Les trois quarts de l'île se trouvent sur la commune de Chalonnes-sur-Loire (à l'est) et le reste sur celle de Montjean-sur-Loire (à l'ouest). Son accès se fait soit à Chalonnes, à partir de la D961 entre les ponts de Cordez et de l'Asnerie, soit à Montjean par le pont René Trottier[3],[2],[4].

Au nord-est de l'île de Chalonnes on trouve aussi les îles Touchais et Neuve, puis l'île de Montravers, et en aval, l'île aux Prunes et le Buisson Chauveau[2]. Au début du XIXe siècle, la grande île de Chalonnes porte, suivant ses points, les noms d'Îsle de Chalonnes, d'Îsle des Noyers et d'Îsle de Montjean. Elle est la réunion de deux îles qui en 1580 portaient les noms d'Îsle la Rorsé (Chalonnes) et d'Îsle de la Mergeru[5].

L'île de Chalonnes est régulièrement innondée sous l'effet des crues, malgré une levée de protection d'une dizaine de kilomètres construite au XIXe siècle, et qui ceinture une grande partie de l'île. La crue de référence est celle de 1910. En 1961, les habitants de Basse-Île restèrent isolés pendant trois mois et demi. Ils sont environ 300 sur l'ensemble de l'île, et ont adaptés leur habitat en conséquence. Les crues obligent aussi les cultivateurs à travailler et ensemencer jusqu'à trois fois durant la même année. L'agriculture, autrefois principalement constituée de chanvre et de tabac, est aujourd'hui tournée vers la culture de maïs, tournesol, asperges et melons[6],[7],[4].

Présence d'une aire de pique-nique, avec plusieurs tables et cale de mise à l'eau, à La Basse Île. On y trouve aussi le Lenin café, bar sur le thème de la Russie des années 1870-1924, et une société de boule de fort[8].

Le parcours de La Loire à vélo passe par l'île[1].


Ile de Chalonnes sur Loire.

Notes

Sur le même sujet

Île Saint-Aubin (Angers)
Île de Béhuard
Îlais (mot)

Sources et annotations

  1. a et b Agence départementale du tourisme de l'Anjou (Anjou tourisme), Les îles de la Loire, février 2018
  2. a, b et c Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), Géoportail (Chalonnes-sur-Loire), Données cartographiques IGN, FEDER, Région Pays-de-la-Loire, Préfecture de la région Pays-de-la-Loire, février 2018
  3. Préfecture de Maine-et-Loire, Rapport de présentation du val de St-Georges au 2 juin 2006 (Rapport PPRi Vals de St-Georges), p. 13
  4. a et b Ouest-France, L'île de Chalonnes, belle sauvage bien gardée, 16-18 août 2015
  5. Auguste Nicaise Desvaux, Statistique de Maine et Loire, Première partie, Statistique naturelle, Impr. de L. Pavie (Angers), 1834, p. 74
  6. Rapport de présentation du val de St-Georges au 2 juin 2006, op. cit., p.16
  7. Dominique Oudot, Les îles de la Loire angevine armoricaine, dans Norois, 142, Avril-juin 1989, pp. 205-223
  8. Office de tourisme Loire-Layon-Aubance, Aire de pique-nique sur l'île de Chalonnes, février 2018


kilomètres

Institut national de l'information géographique et forestière

page

opus citatum (ouvrage cité)

numéro