Goule : Différence entre versions

De Wiki-Anjou
(compléments)
m (aussi)
 
(13 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 5 : Ligne 5 :
  
 
=== Mot ===
 
=== Mot ===
Nom commun, féminin. Se prononce /gul/ ({{api}}).
+
Nom commun, féminin. Se prononce /gul/ (API).
  
 
En français, peut-être utilisé pour
 
En français, peut-être utilisé pour
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
# Génie malfaisant selon certaines superstitions orientales.
 
# Génie malfaisant selon certaines superstitions orientales.
  
{{-DicoAngevin-}}
+
{{-DicoAnjouPasque-}}
 
; goule
 
; goule
  
Ligne 18 : Ligne 18 :
  
 
=== Mot ===
 
=== Mot ===
Nom commun, féminin, singulier.
+
Nom commun, féminin singulier.
  
En Anjou, désigne le visage, la gueule. Terme familier que l'on retrouve d'autres régions, principalement dans l'Ouest.
+
En Anjou, ''goule'' désigne le visage, la gueule. Terme familier que l'on retrouve dans d'autres régions, principalement dans l'Ouest.
  
 
Exemple : Viens, que je te lave la goule.
 
Exemple : Viens, que je te lave la goule.
 +
 +
{{Correspondance|texte=[[visage]]}}
  
 
=== Dérivés ===
 
=== Dérivés ===
* diminutif gouline ([[gouline|voir ce mot]]),
+
* Diminutif, ''[[gouline]]'',
* gouleyant ([[gouleyant|voir ce mot]]).
+
* ''[[gouleyant]]''.
  
 
=== Expressions ===
 
=== Expressions ===
 
« La goule enfarinée » veut dire avoir un visage faussement avenant, avoir une expression de satisfaction injustifiée ; dicton populaire que l'on retrouve aussi en Basse-Normandie, en Mayenne, Sarthe, et Indre-et-Loire.
 
« La goule enfarinée » veut dire avoir un visage faussement avenant, avoir une expression de satisfaction injustifiée ; dicton populaire que l'on retrouve aussi en Basse-Normandie, en Mayenne, Sarthe, et Indre-et-Loire.
  
« Avoir de la goule » veut dire avoir une parole audacieuse.  
+
« Avoir de la goule » pour avoir une parole audacieuse.  
  
« Foutre sus la goule » veut dire gifler, battre (se foutre sur la goule pour se battre).
+
« Foutre [[sus]] la goule » pour gifler, battre (se foutre sur la goule pour se battre).
  
« Taire sa goule » veut dire se taire (tais ta goule pour tais-toi). On utilise aussi la variante « Fermer sa goule ».
+
« Friper la goule » pour embrasser.
  
« Tortre la goule » veut dire tordre la goule, faire la grimace (voir le mot [[tortre]]).
+
« Taire sa goule » pour se taire (tais ta goule pour tais-toi). On utilise aussi la variante « fermer sa goule ».
 +
 
 +
« [[Tortre]] la goule » pour tordre la goule, faire la grimace.
 +
 
 +
=== Citation ===
 +
{{Citation |Une amusante locution baugeoise « Rester la goule morte, comme les grenouilles de M. Sancé », c'est-à-dire ne savoir quoi répondre. }} (Dic. C. Port, 1996)
  
 
{{-DicoNotes-}}
 
{{-DicoNotes-}}
* Yves Brochet, ''Le braco, mémoire d'un angevin'', Cheminements, 2000, p. 41
+
* Voir aussi [[gouline]], [[gouleyant]], [[biger]], [[ben-aise]], [[gueillonné]].
* Hippolyte-François Jaubert, ''Glossaire du Centre de la France'', France-expansion, 1869, p. 337
+
 
 
* Émile Littré, ''Dictionnaire de la langue française'', 1872-1877 (goule, enfariné)
 
* Émile Littré, ''Dictionnaire de la langue française'', 1872-1877 (goule, enfariné)
 +
* ''Dictionnaire de l'Académie française'', Neuvième édition, 1992 (goule)
 +
* Larousse, ''Dictionnaire de français'', 2013 (goule)
 +
 +
* Charles Ménière, ''Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes'', dans ''Mémoires de la Société académique de Maine-et-Loire'', Lachèse et Dolbeau (Angers), tome XXXVI, 1881, p. 383
 +
* Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, ''Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou'', Germain & Grassin (Angers), 1908, t. 1 p. 440 et t. 2 p. 287
 +
* Marc Leclerc, ''Rimiaux d'Anjou - Sixième édition'', Au bibliophile angevin André Bruel (Angers), 1926, p. 16
 +
* Yves Brochet, ''Le braco, mémoire d'un angevin'', Cheminements (Le Coudray-Macouard), 2000, p. 41
 +
 +
* Célestin Port (révisé par André Sarazin et Pascal Tellier), ''Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou'', {{t.|IV}} (S-Z), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1996 (2e éd.), {{p.|282-283}}, selon ''Folk. baugeois'' de Fraysse, p. 26 — Sur ce sujet voir [[château de Sancé]].
 +
 +
* Hippolyte-François Jaubert, ''Glossaire du centre de la France'', libr. Napoléon Chaix et {{cie}} (Paris), 1864, p. 337
 
* Paul Martellière, ''Glossaire du Vendomois'', Herluison & Ripé, 1893, p. 151
 
* Paul Martellière, ''Glossaire du Vendomois'', Herluison & Ripé, 1893, p. 151
 
* Pierre Rézeau, ''Variétés géographiques du français de France aujourd'hui'', De Boeck & Larcier, 1999, p. 212  
 
* Pierre Rézeau, ''Variétés géographiques du français de France aujourd'hui'', De Boeck & Larcier, 1999, p. 212  
* A.-J. Verrier et R. Onillon, ''Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou'', 1908, vol. 1 p. 440 et vol. 2 p. 287
 
* Dictionnaire de l'Académie française, ''Neuvième édition'', 1992 (goule)
 
* Larousse, ''Dictionnaire de français'', 2013 (goule)
 
  
  
Ligne 53 : Ligne 68 :
  
 
[[Catégorie:Dictionnaire]]
 
[[Catégorie:Dictionnaire]]
[[Catégorie:Parlers de l'Anjou]]
+
[[Catégorie:Nom commun en angevin]]

Version actuelle datée du 11 juin 2022 à 06:15


Parler angevin

Dictionnaire angevin

Mots concernant le parler angevin.

Aide à la rédaction


Mot angevin (dictionnaire) En langue française

goule

Mot

Nom commun, féminin. Se prononce /gul/ (API).

En français, peut-être utilisé pour

  1. Variante de gueule (bouche) en argot ;
  2. Génie malfaisant selon certaines superstitions orientales.

Parler angevin (dictionnaire)
 En Anjou

Entendu ici, mais pas que…
goule

Étymologie

Du latin gulam (goût, gourmandise).

Mot

Nom commun, féminin singulier.

En Anjou, goule désigne le visage, la gueule. Terme familier que l'on retrouve dans d'autres régions, principalement dans l'Ouest.

Exemple : Viens, que je te lave la goule.

Correspondance visage.

Dérivés

Expressions

« La goule enfarinée » veut dire avoir un visage faussement avenant, avoir une expression de satisfaction injustifiée ; dicton populaire que l'on retrouve aussi en Basse-Normandie, en Mayenne, Sarthe, et Indre-et-Loire.

« Avoir de la goule » pour avoir une parole audacieuse.

« Foutre sus la goule » pour gifler, battre (se foutre sur la goule pour se battre).

« Friper la goule » pour embrasser.

« Taire sa goule » pour se taire (tais ta goule pour tais-toi). On utilise aussi la variante « fermer sa goule ».

« Tortre la goule » pour tordre la goule, faire la grimace.

Citation

« Une amusante locution baugeoise « Rester la goule morte, comme les grenouilles de M. Sancé », c'est-à-dire ne savoir quoi répondre. » (Dic. C. Port, 1996)

Patois et parler angevin (ressources) Notes

  • Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872-1877 (goule, enfariné)
  • Dictionnaire de l'Académie française, Neuvième édition, 1992 (goule)
  • Larousse, Dictionnaire de français, 2013 (goule)
  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, dans Mémoires de la Société académique de Maine-et-Loire, Lachèse et Dolbeau (Angers), tome XXXVI, 1881, p. 383
  • Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou, Germain & Grassin (Angers), 1908, t. 1 p. 440 et t. 2 p. 287
  • Marc Leclerc, Rimiaux d'Anjou - Sixième édition, Au bibliophile angevin André Bruel (Angers), 1926, p. 16
  • Yves Brochet, Le braco, mémoire d'un angevin, Cheminements (Le Coudray-Macouard), 2000, p. 41
  • Célestin Port (révisé par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. IV (S-Z), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1996 (2e éd.), p. 282-283, selon Folk. baugeois de Fraysse, p. 26 — Sur ce sujet voir château de Sancé.
  • Hippolyte-François Jaubert, Glossaire du centre de la France, libr. Napoléon Chaix et Cie (Paris), 1864, p. 337
  • Paul Martellière, Glossaire du Vendomois, Herluison & Ripé, 1893, p. 151
  • Pierre Rézeau, Variétés géographiques du français de France aujourd'hui, De Boeck & Larcier, 1999, p. 212


alphabet phonétique international

tome