Daniel Tremblay

De Wiki-Anjou
Daniel Tremblay
Activités Artiste plasticien
Période XXe siècle (1950-1985)
Notes Né à Sainte-Christine
Personnalités de Maine-et-Loire
Personnalités
Loisirs et culture
Agenda
Aide à la rédaction

Artiste angevin, Daniel Tremblay est un sculpteur de la deuxième moitié du XXe siècle, décédé prématurément à l'âge de 35 ans.


L'artiste

Daniel Tremblay[1] naît le 7 mars 1950 à Sainte-Christine, en Maine-et-Loire. Il étudie aux Beaux-arts d'Angers puis à l'université londonienne Royal College of Art où il est reçu Master of Art après trois ans d'études. Sa carrière débute en 1980 à la XIe Biennale de Paris, manifestation internationale d'art. Il participe ensuite par deux fois, en 1981 et 1984, à des expositions au musée d'Art moderne de la ville de Paris, en 1982 au Musée de Toulon et en Californie l'année suivante. Plasticien dans la mouvance de la « nouvelle sculpture anglaise » des années 1970-1980, Daniel Tremblay aime travailler des matériaux ordinaires comme le caoutchouc, la moquette ou l'ardoise. Il produit plus de 130 dessins, sculptures, bas-reliefs et installations[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8].

Sa carrière, démarrée en 1980 à la Biennale de Paris, s'achève en 1985 ; l'artiste meurt dans un accident le 8 avril à l'âge de 35 ans[9],[7],[6]. Le 13 mars 2020, son nom est donné à une nouvelle place du lotissement Ilereau 2 de Sainte-Christine en présence de sa famille ; commune où l'artiste est né et a été enterré[10].

Ses œuvres

Les œuvres de Daniel Tremblay sont présentes dans plusieurs collections comme celles du centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, du musée d'Art moderne de Paris, du musée Solomon R. Guggenheim de New York, du musée d'art moderne de Stockholm Moderna museet, etc[4].

Quelques œuvres exécutées par l'artiste[11],[12],[13],[3] :

  • 1981, ruban caoutchouté, agrafes métalliques et oiseau en plastique, exposée au Musée d'art de Toulon ;
  • 1982, acrylique sur gazon synthétique, oie plastique, sellette en bois et formica, exposée au Musée d'art de Toulon ;
  • 1982, paillasson entaillé, perles de strass, peinture à l'huile sur contreplaqué, au Centre Pompidou ;
  • 1982, deux profils et deux corbeaux, au musée des Beaux-arts d'Angers ;
  • 1983, La sieste éternelle, installation d'un râteau à 22 dents appuyé contre un panneau peint, au musée d'Art moderne de Paris ;
  • 1984, assemblage de 12 plaques de fausses ardoises entaillées, au Centre Pompidou.

Le musée des beaux-arts d'Angers a présenté le travail de Daniel Tremblay en 1987 et lui a consacré une exposition de novembre 2008 à mai 2009[2],[4].

Notes

Sur le même sujet

Musée des Beaux-arts d'Angers
Ludovic Alleaume
François Morellet
Jean-Pierre Bocquel

Sources et annotations

  1. Tremblay, Daniel (1950-1985)
  2. a et b Association Paris-Art, Daniel Tremblay : 08 Nov - 03 Mai 2009 au musée des Beaux-arts d'Angers, 2008
  3. a et b Musées d'Angers, Daniel Tremblay, 2019
  4. a, b et c , Daniel Tremblay : Musée des beaux-arts d'Angers, exposition du 8 novembre 2008 au 3 mai 2009, catalogue d'exposition paru en février 2009 (ISBN 978-2-916545-94-3), Viviane Huchard (conservateur en chef des musées de la ville d'Angers), avant-propos de Patrick Le Nouëne.
  5. Le Monde, Daniel Tremblay, étoile filante, 15 janvier 2009
  6. a et b Libération, Daniel tremblay resplendit à Angers, 13 janvier 2009
  7. a et b Le web Ste Christine, Daniel Tremblay [archive], mars 2010
  8. Le Courrier de l'Ouest, Sainte-Christine. Un hommage à Daniel Tremblay, 18 mars 2020
  9. Notice d'autorité BnF
  10. Le Courrier de l'Ouest, Sainte-Christine. Le lotissement Ilereau 2 inauguré, 18 mars 2020
  11. TREMBLAY Daniel sur la base Joconde du ministère de la Culture
  12. Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, Daniel Tremblay, 2020
  13. Musée d'Art moderne de Paris, Daniel Tremblay, 2020