Musée de l'ardoise de Trélazé

De Wiki-Anjou
Révision datée du 30 septembre 2017 à 09:47 par Franck-fnba (discussion | contributions) (li moulin de l'union)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Musée de l'ardoise
Thème Site minier
Contenus Ancienne carrière, travail de l'ardoise
Localité Trélazé
Administration Ass. Amis de l'ardoise
Site web Site du musée de l'ardoise
Agenda du Maine-et-Loire (49)
Loisirs et culture
Liste des musées
Agenda
Ajouter une salle ou un musée

Le musée de l'Ardoise est un établissement culturel et patrimonial angevin situé à Trélazé (Maine-et-Loire), sur l'ancien site ardoisier de l'Union Petit Pré. Il est est géré par l'association des Amis de l'ardoise.

Ce lieu d'exposition est labellisé « Musée de France ».

Histoire

Installée dans la cité ardoisière de Trélazé, l'association des amis de l'ardoise naît en avril 1979. L'association est créée par des anciens ardoisiers, des fendeurs, qui voulaient conserver le savoir-faire de leur métier et le partager avec d'autres. La ville de Trélazé est alors le centre de production le plus important de France[1].

Pour conserver et montrer le savoir-faire ardoisier, l'association organise à ses début des démonstrations dans des manifestations et fêtes communales.

Le musée est créé en 1983 pour poursuivre cet objectif de sauver le patrimoine, l'histoire et le savoir-faire ardoisier. Les syndicats d'ardoisiers étaient au départ réfractaires au projet, ils se battaient encore sur l'avenir de leur travail et désapprouvaient un lieu tourné vers le passé.

En 1985, l'association fait l'acquisition du site ardoisier de 3 hectares autour de la maison de l'Union[2].

Le musée

Le site comprend trois espaces. En premier lieu, les trois anciennes carrières à ciel ouvert dénommées Union I, Union II, et Petit Pré, puis les buttes de déchets ardoisiers, comportant une végétation spécifique, et enfin la maison dite de l'Union. On y trouve aussi un moulin d'exhaure, le moulin dit de l'Union, bâti durant la première moitié du XIXe siècle. L'ensemble a été classé parmi les sites remarquables du département de Maine-et-Loire en 1993. La maison de l'Union comprend plusieurs collections relatives à l'ardoise et son exploitation industrielle, et dans l'aire de démonstration on y découvre le travail de la pierre d'ardoise et notamment le métier de fendeur. À proximité du site se trouve la médiathèque municipale Hervé Bazin, avec notamment un fonds sur les ardoisières et les allumettes[2],[3],[4],[5].

Le musée propose plusieurs activités : démonstration de fente d'ardoise, du bloc de schiste à l'ardoise de couverture, des salles d'exposition, avec projections de films documentaires, et des sentiers pédestres. Les collections comprennent des outils, des machines, des pièces de costumes de travail, des échantillons de schistes de différentes provenances, des modèles d'ardoises, etc[2]. Il est labellisé « Musée de France »[6].

Sa fréquentation est de 7 835 entrées en 2003, 10 400 en 2007, 13 354 en 2011[7] et environ 15 000 en 2015[8]. En 2016, le musée enregistre plus de 8 200 entrées payantes, en baisse de 9 % par rapport à l'année prédédente[9].

L'établissement organise des manifestations ponctuelles, telle la Fête des perreyeux[10], et participe à diverses opérations, comme en 2014 et 2015 à l'opération Musées insolites durant Made in Angers[11],[12]. Il reçoit aussi des conférences, comme « Le travail, les combats, les révoltes chez les perreyeux » en février 2017[13].


On trouve en France plusieurs musées dédiés à l'ardoise : à Fumay et à Rimogne, dans les Ardennes, à Renazé, en Mayenne, et à Travassac, en Corrèze.

Notes

Infos pratiques - Musée de l'ardoise

• Situation : 32 chemin de la Maraîchère - 49800 Trélazé.
• Téléphone : 02 41 69 04 71.
• Courriel : contacter le musée de l'ardoise
• Site web : le musée de l'ardoise.

Sur le même sujet

Les ardoisières en Anjou
Société des Ardoisières d'Angers
La mine bleue de Noyant-la-Gravoyère
Liste des musées de Maine-et-Loire
Fréquentation des musées de France
• Voir aussi les mots à-bas (et à-haut), ardouéze, carrayeux, perreyeux, et autres termes.

Bibliographie, voir Ardoisières.

Sources et annotations

  1. Sur ce sujet, voir les pages ardoisières en Anjou et ardoisières de Trélazé.
  2. a, b et c Musée de l'Ardoise, octobre 2012 et juin 2016
  3. Ministère de la Culture, Répertoire des musées français (Museofile), mars 2016.
  4. Médiathèque Hervé Bazin (ville de Trélazé), juin 2016.
  5. Fondation du patrimoine, Le moulin de l'Union à Trélazé, septembre 2017
  6. Ministère de la Culture, Appellation Musée de France - Liste, février 2016.
  7. Chiffres de fréquentation, voir fréquentation des musées de France.
  8. Ouest-France, Le musée de l'Ardoise veut captiver les familles, 8 février 2016.
  9. Le Courrier de l'Ouest, Les comptes à l'équilibre, journal du 5 avril 2017, p. 8
  10. Le Courrier de l'Ouest, Trélazé La Fête des Perreyeux a lieu ce samedi au Musée de l'Ardoise, 4 juin 2016.
  11. Angers Mag (Ouest eMedia Presse), Six musées insolites ouvrent leurs portes ce week-end, 7 et 9 mars 2014.
  12. Ouest-France, Trois nouvelles animations insolites au musée de l'Ardoise, 9 et 11 février 2015.
  13. Le Courrier de l'Ouest, Au Musée de l'ardoise, les luttes sociales dans l'histoire ardoisière, journal du 24 janvier 2017, p. 9.


Association

pour cent

page