Champignonnières France Champignon

De Wiki-Anjou
Champignonnières France Champignon
Société France Champignon
Localisation Saumur
(Maine-et-Loire, France)
Secteur Transformation et conservation de légumes.
Créée en 1997
Notes L'entreprise France Champignon est née en 1997 du rapprochement de Royal Champignon et de Champijandou.
Aide à la rédaction
Compléter - Témoigner - Créer une page

Les champignonnières France Champignon sont des lieux de production de champignons, principalement implantés en Maine-et-Loire (région Pays de la Loire). L'entreprise saumuroise s’est imposée sur le marché du champignon à la fin du XXe siècle.


Les champignons

C'est dans les années 1930 que se développe la culture industrielle des champignons, qui est, dans la région, principalement installée dans les troglodytes saumurois[1].

Dans les années 1960, le Saumurois est un centre important de production. On y trouve une soixantaine d'exploitations qui emploient 1 250 personnes, pour une production de 9 000 tonnes, pratiquement le quart de la production française. 85 % de celle-ci est traitée dans les neuf conserveries de Saumur et de Chacé[2].

Les industries agro-alimentaires occupent une place importante dans les années 1990 dans l'activité Saumuroise, dont la principale est l'activité de transformation du champignon ; secteur leader au niveau national (champignons dits de Paris) et qui emploie 3 000 personnes en 1993[3].

Le groupe coopératif France Champignon naît en 1997 du rapprochement des sociétés Royal Champignon et Champijandou[4].

Au début des années 2000, l'activité souffre de la concurrence des Pays-Bas, de l'Espagne et de la Chine[1]. France Champignon est repris en 2004 par le fonds Butler Capital Partners[5],[6]. En octobre l'usine de Châtellerault (Vienne) est fermée[7], et l'outil industriel est modernisé, passant d'une production en caves à une production en maison de culture, un mode de production en salles climatisées[5].

En 2007 l'entreprise est devenue leader européen du marché du champignon et numéro deux mondial[8]. En 2008, le groupe comprend six usines (cinq en France et une en Pologne), pour une production annuelle de 130 000 tonnes de champignons, un chiffre d'affaires de 212 millions d'euros et un effectif de 1 500 personnes. Il produit les marques Royal Champignon, les champignons de Léon, Champiland et Compagnie du Mont-Lozère[4],[9],[6].

France Champignon rachète en 2009 la société Ganot basée à Falaise (Calvados)[10], et annonce l’arrêt de ses caves traditionnelles de production de Chacé et Souzay-Champigny, ainsi que la fermeture d'une centrale de compostage de Chacé[5]. La majorité de la production française de champignon est alors réalisée dans le Saumurois[11].

L'année suivante le groupe France Champignon est repris par Bonduelle[12]. L'entreprise a vu ses effectifs baisser de 20 % (1 440 personnes), pour un chiffre d'affaires de 212 millions d'euros et un marché d'environ 70 000 tonnes de champignons[13],[14].

En 2010 l'entreprise ferme son site de Beaufort-en-Vallée[15],[14],[16] et modernise la récolte mécanisée du champignon[12].

En septembre 2013, le site de Doué-la-Fontaine fête son cinquantenaire. L'usine de 145 salariés produit 33 000 tonnes de conserves par an, 700 000 boîtes par jour, 12 000 tonnes de champignons surgelés[17].

Aujourd'hui, 50% de la production française est cultivée en Maine-et-Loire, avec le produit leader « Champignon de Paris »[18].

L'entreprise

La société France Champignon est constituée sous la forme d'une société coopérative agricole (COAGR ), située à Bagneux (Maine-et-Loire). Immatriculée sous sa forme actuelle le 18 novembre 1992, son activité est la transformation et conservation de légumes (1039A)[19].

L’entreprise comprend sept établissements, la plupart implantés en Anjou :

  • France champignon à Bagneux (Saumur), siège social et établissement principal[20] ;
  • France champignon à Longué-Jumelles, établissement secondaire[21] ;
  • France champignon à Montreuil-Bellay, établissement secondaire[22] ;
  • France champignon à Doué-la-Fontaine, établissement secondaire[23] ;
  • France champignon à Beaufort-en-Vallée, établissement secondaire[24] ;
  • France champignon à Falaise (Calvados), établissement secondaire immatriculé le 13 janvier 2011[25] ;
  • Jandou industrie à Thouars (Deux-Sèvres), établissement secondaire immatriculé le 5 octobre 1993[26].

Détenue par Bonduelle, en 2012 celle-ci employait 8 971 personnes pour un chiffre d'affaires de 1 767 million d'euros[27].

Témoignages

Picto crayon. Vous avez travaillé dans cette entreprise ? Alors, racontez nous…

Notes

Sur le même sujet

Produits angevins
Musée du champignon
Village troglodyte de Rochemenier
Pépinières Levavasseur

Sources et annotations

  1. a et b Le Parisien, 800 emplois menacés chez France Champignon, 14 septembre 2002
  2. Jean Lartaut, La culture des champignons dans l'Ouest de la France, dans la Revue de géographie trimestrielle Norois, 46, 1965, p. 210 et 211
  3. Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. 4, 1996, p. 334, édition révisée par André Sarazin et Pascal Tellier, H. Siraudeau
  4. a et b Le Figaro, Bonduelle veut s'offrir le roi des champignons en Europe, 7 janvier 2010
  5. a, b et c L'Usine Nouvelle, France Champignon supprime 127 emplois, 26 octobre 2009
  6. a et b LSA, France Champignon à l'heure de la modernisation, 23 novembre 2006
  7. L'Usine Nouvelle, France Champignon ferme un site dans la Vienne, 1er juin 2004
  8. L'Usine Nouvelle, France Champignon sort du rouge, 5 décembre 2007
  9. Saumur Kiosque, Bonduelle rachète France Champignon, 7 janvier 2010
  10. L'Usine Nouvelle, Un rachat pour France Champignon, 3141, 2 avril 2009
  11. Direction régionale de l'alimentation et de l'agriculture des Pays de Loire, Filière végétale, 2010
  12. a et b Bonduelle, La lettre aux actionnaires, 20, novembre 2011
  13. L'Usine Nouvelle, Bonduelle rachète France Champignon, 3175, 14 janvier 2010
  14. a et b Saumur Kiosque, France Champignon dégraisse encore : 150 emplois de moins d'ici à octobre 2011 à Beaufort en Vallée, 1er avril 2010
  15. L'Expansion, Les occupations d'usines se multiplient, 2 avril 2010
  16. Mairie de Beaufort-en-Vallée, Trait d'union - Informations de la ville de Beaufort-en-Vallée, 115, juin 2011
  17. Ouest-France, Jérôme Bonduelle : « France champignon en très net redressement », 24 septembre 2013
  18. Végépolys, Le végétal, octobre 2013
  19. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 R.C.S. Angers), septembre 2013
  20. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00051 RCS Angers), septembre 2013
  21. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00101 RCS Angers), septembre 2013
  22. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00085 RCS Angers), septembre 2013
  23. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00093 RCS Angers), septembre 2013
  24. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00010 RCS Angers), septembre 2013
  25. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00119 RCS Caen), septembre 2013
  26. Infogreffe, Registre des sociétés (389 134 016 00044 RCS Niort), septembre 2013
  27. Bonduelle, Le groupe Bonduelle, septembre 2013


pour cent

numéro

page

tome