Candé

De Wiki-Anjou
Révision datée du 23 septembre 2021 à 16:54 par Franck-fnba (discussion | contributions) (cplt)
Candé
Département Maine-et-Loire
Territoire Segréen
Arrondissement arr. Segré-en-Anjou Bleu
Canton cant. de Segré
Intercommunalité cc Anjou Bleu Communauté
Code Insee, postal 49054, 49440
Habitants Les Candéen(ne)s
Données locales altitudes, coordonnées, populations, superficies
Site web page officielle
Situation dans le département

Situer sur OpenStreetmap

Candé est une commune de l'ouest de la France qui se situe dans le département de Maine-et-Loire (49), au nord de La Cornuaille et au nord-ouest du Louroux-Béconnais, en limite de la Loire-Atlantique.


Situation administrative

La commune de Candé est membre de la communauté de communes Anjou-Bleu-communauté, après disparition de la communauté Candéenne, et se trouve dans le canton de Segré-en-Anjou Bleu, après disparition de celui de Candé dont elle était le chef-lieu, et l'arrondissement de Segré-en-Anjou Bleu[1],[2].

Son territoire a été agrandi de parties prises sur ceux des communes voisines d'Angrie (1836 et 1955), de Freigné (1837 et 1955), et de La Cornuaille (1955)[3],[4].

Son code commune (Insee) est 49054 et son code postal est 49440. Les habitants se nomment les Candéens et les Candéennes. Sa population est de 2 595 habitants en 1999 et de 2 834 en 2017[5]. La commune appartient à l'Unité urbaine de Candé, à la Zone d'emploi de Segré-en-Anjou Bleu et au bassin de vie de Candé[1]. Ce dernier comprend les quatre communes de Angrie, Candé, Challain-la-Potherie et Loiré[6].

Mairie : 4 rue de l'Hôtel-de-Ville, 49440 Candé (tél. 02 41 92 73 36, courriel cande).

Histoire et patrimoine

Le territoire est occupé dès l'Antiquité, sur la voie romaine d'Angers à Rennes. Une église y est vraisemblablement édifiée au VIIe ou VIIIe siècle. La ville est mentionnée pour la première fois en 1063. Elle est positionnée sur la marche ouest de l'Anjou au contact de l'ancien comté de Nantes. Un prieuré est fondé par Saint-Nicolas d'Angers à la fin du XIe siècle. Le château fortifié et l'église castrale Saint-Denis sont entourés par une enceinte à la même époque. Au début du XVe siècle, la ville a rang de baronnie. Au XVIIIe, Candé dépend de la sénéchaussée et de l'élection d'Angers[7],[3].

Patrimoine architectural[8] :

  • L'aumônerie Saint-Jean, hôpital Saint-Joseph, des XIIe, XVe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles ;
  • Le château de Beaulieu des XVIIe et XIXe siècles ;
  • Le château de la Saulaie (classé MH), des XVe, XVIIe et XIXe siècles ;
  • Le château de Villegontier, des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Le couvent d'augustin dit Les Augustins, du XVIIe siècle ;
  • L'église Saint-Denis, du XIXe siècle ;
  • Le grenier à sel, du début du {XVIIIs}}[9] ;
  • L'hôtel de Maillé, des XVe, XVIe, XVIIe et XIXe siècles ;
  • L'hôtel du Perthuis-Macé, des XVIIe et XIXe siècles ;
  • L'hôtel de la Saulnerie, des XVIIIe et XIXe siècles ;
  • L'hôtel de la rue Victor-Lassalle, du XVIIe et XIXe siècle ;
  • La maison dite la Grande-Treille (ou hôtel de Loiré), des XVIe et XVIIIe siècles ;
  • La maison de maître dite La Dauphinière, des XVIIIe et XIXe siècles ;
  • La maison de maître de La Rivière, des XVIIIe et XIXe siècles ;
  • La maison de maître dite château de la Briantais, des XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Plusieurs maisons et fermes des XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Le moulin du Fief-Briand, moulin à blé des XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Le moulin à vent de la Saulaie (inscrit MH), du XIXe siècle ;
  • Le pont de Beaulieu, du XVIIIe siècle, sur l'Erdre ;
  • Le pont dit l'Arche Saint-Denis, du XVIIIe siècle, pont sur le ruisseau du Grand-Gué.
Photographie du Mandit.
Le Mandit

Dix-sept moulins, à énergies hydraulique, éolienne ou thermique, ont été recensés sur la commune. Dès le Moyen Âge, des moulins à eau ont été implantés sur les cours d'eau de l'Erdre, de Mandi et de Fief-Briand[10].

Loisirs et culture

Tous les ans s'y déroule le carnaval de Candé, dont la 70e édition a eu lieu en avril 2015[11]. S'y déroule également Festiv'été, événement culturel proposé par la municipalité et L'Avant-Scène Candéenne, dont 2021 en a été la 8e édition de [12].

La bibliothèque est membre du réseau Histoire de lire, constitué des cinq bibliothèques de l'intercommunalité candéenne[13]. On y trouve aussi un espace socioculturel, un cinéma, et une troupe de théâtre amateur, L'Avant-Scène[14],[15],[16].

Équipements socio-culturels présents sur la commune : salle Leboucher, salle Beaulieu, La Maison culturelle, les salles du Haut-Bourgneuf[17].

Équipements sportifs : complexe sportif Roger Loison, boule de fort du Val de l'Erdre, une salle et deux courts extérieurs de tennis, salle omnisports, deux terrains de football, un terrain extérieur de basket-ball, une piste d'athlétisme, la salle Meslier (judo, tennis de table, gymnastique), stade Guy Langevin (terrain de football, pas de tir à l'arc), terrains de pétanque, piscine couverte[17]. On y pratique le football, au sein du SO Candé-Loiré-Challain, la gymnastique, au sein du club des Algues, la boule de fort, etc[18],[19],[20]

Agriculture

Chaque année a lieu le comice agricole des cantons de Candé et du Louroux-Béconnais. Le 161e comice agricole Fête de l'élevage s'est déroulée en 2012[21].

Espace et territoire

Située au nord-ouest du département, la commune rurale de Candé s'étend sur 4,91 km2 (491 hectares) et son altitude varie de 32 à 67 mètres[22]. Son territoire se trouve sur le plateau du Segréen[23]. La rivière l'Erdre la traverse et y reçoit les eaux du Mandis et du Moiron[24].

Le syndicat d'initiative se trouve à Candé, 23 rue carnot (tél. 02 41 92 73 19 - courriel).

Notes

  1. a et b Insee, Géographie administrative et d'étude - Commune de Candé (49054), 2020
  2. Redécoupage cantonal de 2014 en Maine-et-Loire.
  3. a et b Célestin Port (révisé par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. I (A-C), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1965, 2e éd. (1re éd. 1874), p. 579-584
  4. Ministère de la Culture (Christian Cussonneau), Base Mérimée - Présentation de la commune de Candé (IA49001520), 2002-2007
  5. Population de Maine-et-Loire (1999, 2017)
  6. Insee, Géographie administrative et d'étude - Bassin de vie de Candé (49054), 2020
  7. Ministère de la Culture (Christian Cussonneau), Base Mérimée - Ville (IA49001572), 2002-2005
  8. Ministère de la Culture, Base Mérimée (Candé), mai 2012
  9. Le Courrier de l'Ouest, Candé. Le grenier à sel mériterait mieux, 1er septembre 2021
  10. Ministère de la Culture (Christian Cussonneau), Base Mérimée - Moulins (IA49001521), 2002-2006
  11. Ouest-France, Carnaval de Candé. En 70 ans, l'événement a bien changé!, 16 avril 2015
  12. Le Courrier de l'Ouest, Candé. Le 8e Festiv'été samedi et dimanche prochains, 29 juin 2021
  13. Syndicat Intercommunal du Candéen, Réseau des bibliothèques "Histoire de lire", juin 2018
  14. Ouest-France, Candé. À l'Espace socioculturel, Pauline accueille les usagers, 22 juillet 2021
  15. Ouest-France, Candé. Clap de reprise pour le cinéma Le Beaulieu le 9 juin, 26 mai 2021
  16. L'Avant-Scène, juin 2014
  17. a et b Syndicat Intercommunal du Candéen, Équipements disponibles – Candé, 2017-2021
  18. Ouest-France, Candé. Les jeunes footeux retrouvent le plaisir du jeu, 26 mai 2021
  19. Le Courrier de l'Ouest, Candé. Dernière prestation des Algues, avant les vacances, 18 juillet 2021
  20. Ouest-France, Boule de fort : les retraités ont leurs champions, 10 mai 2017
  21. Le Courrier de l'Ouest, Candé Le 161e comice agricole dans la tradition, 1er septembre 2012
  22. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC), données 2014 (altitude, superficie)
  23. Atlas des paysages de Maine et Loire, voir unités paysagères.
  24. Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), Géoportail - Cours de l'Erdre, septembre 2016 — Voir Erdre.
Voir aussi la carte Cassini de Candé (1771)‎.


Institut national de la statistique et des études économiques

téléphone

Monument historique, bâtiment ou objet inscrit ou classé

kilomètres

tome

Institut national de l'information géographique et forestière