Arrondissement de Segré

De Wiki-Anjou
Carte des arrondissements.

L'arrondissement de Segré-en-Anjou Bleu, anciennement dénommé arrondissement de Segré, est une division administrative du département de Maine-et-Loire. Les arrondissements ont été créés en 1800, remplaçants sur le département les huit districts d'Angers, Baugé, Châteauneuf, Cholet, Saint-Florent, Saumur, Segré et Vihiers.


Au XIXe siècle

Victor Levasseur (1852)

Extrait de la carte du département de Maine-et-Loire publiée par Victor Levasseur pour la première fois en 1847[1] :

Le département compte cinq arrondissements : Angers, Baugé, Segré, Beaupreau et Saumur. L'arrondissement communal de Segré compte 5 cantons, 61 communes et 60 210 habitants.

Célestin Port (1878)

Extrait du dictionnaire Célestin Port (1878)[2] :

« Segré (Arrondissement de), formant l’angle N.-O. du département, a pour confins le département de la Mayenne au N., d’Ille-et-Vilaine et de la Loire-Inférieure à l’O., les arrond. d’Angers au S., d’Angers et de Baugé à l’E.

L’Oudon, uni à la Verzée et à l’Argos, traverse la région centrale et se jette sous le Lion-d’Angers dans la Mayenne, qui descend du N. à travers la partie orientale. — Aucune voie ferrée n’y passe encore, mais il est à la veille d’être sillonné de l’O. à l’E. et du S. au N. par les voies départementales de Châteaubriant à Châteaugontier et d’Angers à Laval. Des routes nationales d’Angers à Rennes, d’Alençon à Nantes, de la Flèche à Rennes, d’Angers à Caen, les routes départementales d’Ingrandes à Laval, de Baugé Niort, de Segré à Rennes et à Cholet, de Morannes à Layal, d’Angers à Mamers desservent sur tous les points le territoire en s’entrecroisant par groupes au centre et aux quatre extrémités, à Pouancé, à Candé, au Lion, à Châteauneuf. — Les forêts d’Ombrée, de Chanveaux, de Longuenée, les bois de la Perrière rappellent, bien réduits depuis longues années, les immenses forêts qui couvraient surtout le nord du pays.

Une industrie considérable, l’exploitation de Mines de Fer, y paraît répandue dès les premiers temps au moins du moyen âge. Des recherches récentes, provoquées à la suite de plusieurs rapports de M. Danton, ont rencontré des excavations de mines jusqu’à 15 et 18 mètres de profondeur et dans ces travaux des débris de bois entièrement décomposés. Au rapport de M. l’ingénieur Davy, il a été rencontré des monceaux de scories et même des traces de forges à bras sur les communes de St-Michel-et-Chanveaux, aux fermes de la Perrière et de la Blondellerie, au village de la Teillaie, dans le bois du Fouillet, dans le bois, sur la rive N. et en monceaux dans l’étang même de Maubusson, qui par suite est certainement de création plus récente que les mines, dans les bois de la Source et de la Garenne, dans le ravin près la ferme de ce nom, au château même de chanveaux, dont les murs étaient pétris de scories ; — de Grugé, à la Réparaie, dans la forêt d’Ombrée et au N. de la forêt, à Haulmé ; — de Vergonnes, près la Chauvaie ; — de.Marans, près la Gennevraie ; — de la Ferrière, au bourg, par monceaux ; — de l’Hotellerie-de-Flée, à Charmont et aux Forges ; — de Châtelais, à la Suzonnière ; — de Noyant, à la Dardenaie ; — de Nyoiseau, dans le bois du Fouillet ; — de Montguillon, aux Forges ; — de la Jaille-Yvon, sur le plateau au N. du bourg et dans le bois et au village du Boulay ; — de Marigné, près la Perrine, à l’Aubrière et dans le Bois-Cbauveau ; — de Champigné, près les Briottières et dans le bois de la Chapelle. — On en trouvera certainement, en cherchant, si l’on y pense, à Ferrières par exemple en Contigné, où le comte d’Anjou au XI° s. exploitait les mines à son compte ; — comme dans nombre d’autres localités que leur nom seul désigne à la recherche. — L’enquête récente et les découvertes constatées ont suffi à provoquer la constitution de nombreuses sociétés d’exploitation, reconnues sous le titre de Concession des Aulnais, sur les communes de Bourg-l’Evêque, Bouillé-Ménard, Châtelais, Noyant, Nyoiseau, Segré, la Chapelle-sur-Oudon, et Louvaines, par décret du 19 juin 1873, au profit de M. Victor Doré, maître de forges, au Mans ; — Concession de l’Oudon, sur les communes de Segré, Ste-Gemmes, et la Chapelle, par décret du 3 janvier 1876, au profit de la société anonyme des hauts-foumeaux de Denain et Anzin ; — Concession du Bois, sur les communes de Segré, Sainte-Gemmes, Bourg-d’lré, Nyoiseau et Noyant, par décret du 21 novembre 1874, au profit de MM. Jules Garnier et Cie ; — Concession de la Ferrière, sur les communes de Segré, la Ferrière, Châtelais ; Nyoiseau at l’Hôtellerie-de-FIée, par décret du 27 mars 1875, au profit de MM. Pierre Biaise dit Martin et Cie ; — Concession de Champigné, sur les communes de Champigné, Querré, Marigné, Cherré, Châteauneuf et Juvardeil, par décret du 12 mars 1875, au profit de MM. Montrieux, Blavier, Larivière et Cie ; — Concession de la Jaille-Yvon, sur les communes de la Jaille-Yvon, Saint-Martin-du-Bois, Chambellay, Chenillé-Changé, Chanteussé, Querré et Marigné, par décret du 24 février 1876, au profit de la Compagnie précédente ; — sans parler des Concessions de Chanveaux, — d’Ombrée, — de Champiré, sollicitées par divers associés et non accordées. — Le minerai, jugé partout excellent, est recueilli pour être non exploité sur place mais transporté à distance variable dans des hauts-fourneaux en activité.

La superficie totale de l’arrondissement mesure 116,239 hectares et se divise en cinq cantons : Candé, Châteauneuf, le Lion-d’Angers, Pouancé et Segré, comprenant 61 communes et 63 paroisses, — et une population de 61,491 hab. en l’an IX, — 55,910 hab. en 1831, — 59,104 hab. en 1841, — 62,080 hab. en 1851, — 63,407 hab. en 1861, — 65,109 hab. en 1866, — 63,022 hab. en 1872, — 63,000 hab. en 1876.

La sous-préfecture est installée dans un joli hôtel, construit en 1862 (archit. F. Lachèse). Elle est précédée d’une vaste cour, que bordent les bureaux détachés sur la route de Marans. Sous -Préfets : Michel-Pierre Jarry de Montpelleray, originaire de Rouen , ancien auditeur à la Cour des Comptes, 18 prairial an VIII. — Gabriel-Ambroise-Désiré de Grignon, originaire de Vézins, 2 août 1815, installé le 15. — Michel Chevallier, originaire de Laval, ancien officier d’infanterie et ancien secrétaire-général de la Mayenne, 19 juin 1819. — G.-A. D. de Grignon, 6 septembre 1820, installé le 21, † le 22 octobre 1820. — Charles-Pierre Barbier de Préville, ancien maire de Blois, 6 décembre 1820. — ... de Quatrebarbes, 7 mars 1822, nommé à Châteaudun au mois d’août suivant. — François-Marie-Bonabes du Dresnay, 8 janvier 1823, installé en février, nommé en juillet 1828 à Mortagne. — Adolphe d’Arthuys, sous-préfet de Jonzac, 20 mars 1828. — Antoine Chollet, V. ce nom, 3 août 1830, installé le 10, nommé la 3 avril 1842 à la sous-préfecture de Barbezieux, qu’il refuse. — Leroy-Beaulieu, avril 1842. — Daligny , V. ce nom , 1843. — Delorme, 20 mars 1846. — Ferdinand-Eugène-Stanislas Dessayettes de Clerval, 1848, † le 30 août 1849. — Louis Gros, 3 septembre 1849. — Pellat, 2 novembre 1854. — Le Sergent de Monnecove, 4 juillet 1856. — Esnard, 1858. — Vicomte de Loverdo, 1860. — Léon Barbier, 1865. — Anatole Robert, 20 octobre 1870, jusqu’au 2 avril 1871. — Henri St-René Taillandier, 18 mai 1871. — De Salvaing de Boissieu, 26 octobre 1873. — Henri de Villers, 24 mai 1877. »

Jules Verne (1876)

Extrait de la géographie de la France de Jules Verne (1876)[3] :

Le département compte cinq arrondissements : Angers, Baugé, Cholet, Saumur et Segré. L'arrondissement d'Angers comprend 5 cantons et 61 communes.

E. Milon (1889)

Extrait de la notice sur la ville de Segré de E. Milon (1889)[4] :

Le département compte cinq arrondissements : Angers, Baugé, Cholet, Saumur et Segré. L'arrondissement d'Angers comprend 5 cantons et 61 communes.

Au XXe siècle

Carte de l'arrondissement en 2012.
Carte de l'arrondissement en 2012.

Communes de l'arrondissement de Segré[5] à la fin du XXe siècle : Andigné, Angrie, Armaillé, Aviré, Bouillé-Ménard, Le Bourg-d'Iré, Bourg-l'Évêque, Brain-sur-Longuenée, Brissarthe, Candé, Carbay, Challain-la-Potherie, Chambellay, Champigné, Champteussé-sur-Baconne, La Chapelle-Hullin, La Chapelle-sur-Oudon, Châteauneuf-sur-Sarthe, Châtelais, Chazé-Henry, Chazé-sur-Argos, Chemiré-sur-Sarthe, Chenillé-Changé, Cherré, Combrée, Contigné, La Ferrière-de-Flée, Freigné, Gené, Grez-Neuville, Grugé-l'Hôpital, L'Hôtellerie-de-Flée, La Jaille-Yvon, Juvardeil, Le Lion-d'Angers, Loiré, Louvaines, Marans, Marigné, Miré, Montguillon, Montreuil-sur-Maine, Noëllet, Noyant-la-Gravoyère, Nyoiseau, Pouancé, La Pouëze, La Prévière, Pruillé, Querré, Sainte-Gemmes-d'Andigné, Saint-Martin-du-Bois, Saint-Michel-et-Chanveaux, Saint-Sauveur-de-Flée, Sceaux-d'Anjou, Segré, Sœurdres, Thorigné-d'Anjou, Le Tremblay, Vergonnes, Vern-d'Anjou. Soit 61 communes.

La sous-préfecture est située à Segré, rue Lamartine.

Au XXIe siècle

En 2012, l'arrondissement de Segré compte 5 cantons (Candé, Châteauneuf-sur-Sarthe, Lion-d'Angers Pouancé, Segré) et 61 communes[6], soit une population de 62 212 habitants[7].

Plusieurs regroupements interviennent en 2015 et 2016 donnant naissance à de nouvelles communes comme Segré-en-Anjou Bleu[8].

En septembre 2016 le ministre de l'Intérieur annonce une refonte des arrondissements[9]. Le 27 décembre, le préfet de région modifie par arrêté les limites des arrondissements de Maine-et-Loire, prenant effet le 1er janvier 2017. À cette occasion le nom de l'arrondissement est modifié pour devenir l'arrondissement de Segré-en-Anjou Bleu[10].

Carte de l'arrondissement en 2018.
Carte de l'arrondissement en 2018.

Le 1er janvier 2018, la commune de Freigné s'associe avec d'autres de Loire-Atlantique pour former la commune nouvelle de Vallons-de-l'Erdre. Le territoire de Freigné est alors rattaché au département de la Loire-Atlantique[11].

Les communes de l'arrondissement sont dès lors : Angrie, Armaillé, Bécon-les-Granits, Bouillé-Ménard, Bourg-l'Évêque, Candé, Carbay, Challain-la-Potherie, Chambellay, Châteauneuf-sur-Sarthe, Chazé-sur-Argos, Chenillé-Champteussé, Erdre-en-Anjou, Grez-Neuville, Les Hauts d'Anjou, La Jaille-Yvon, Juvardeil, Le Lion-d'Angers, Loiré, Miré, Montreuil-sur-Maine, Ombrée d'Anjou, Saint-Augustin-des-Bois, Saint-Sigismond, Sceaux-d'Anjou, Segré-en-Anjou Bleu (chef-lieu d'arrondissement), Thorigné-d'Anjou, Val d'Erdre-Auxence ; Soit 27 communes.

Notes

Sur le même sujet

Sources et annotations

  1. Carte de Victor Levasseur (1852). Sur le même sujet, voir aussi le Maine-et-Loire au XIXe siècle.
  2. Dictionnaire Célestin Port/1878 - Tome 3 - Page 508 et Dictionnaire Célestin Port/1878 - Tome 3 - Page 509.
  3. Géographie Jules Verne - page 397.
  4. Notice sur Segré de Milon - page 10.
  5. Insee, Code officiel géographique (COG), Arrondissement de Segré (494), novembre 2015
  6. Insee, Code officiel géographique (COG) - Arrondissement de Segré (494), données 2012
  7. Insee, Recensement de la population 2012, Limites territoriales au 1er janvier 2014 - Arrondissement de Segré : population municipale de 62 212 et population totale de 64 136.
  8. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral DRCL-BSFL-2016-126, du 28 septembre 2016 - voir création de la nouvelle commune de Segré-en-Anjou bleu (2016).
  9. Ouest-France, Cazeneuve annonce une réforme « historique » des arrondissements, article du 16 septembre 2016.
  10. Préfecture de la région Pays de la Loire, Arrêté n° 2016-SGAR-560 du 27 décembre 2016, portant modification des limites des arrondissements de Maine-et-Loire à compter du 1er janvier 2017.
  11. Légifrance, Décret 2017-1757 du 26 décembre 2017 portant modification des limites territoriales de cantons, d'arrondissements et de départements dans la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire — Voir Freigné.


habitants

Institut national de la statistique et des études économiques

numéro