Vins du Layon : Différence entre versions

De Wiki-Anjou
(+ 1 photo)
(décret du 18 février 1950)
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
Situé au sud-est du [[Géographie du Maine-et-Loire|Massif armoricain]], dans la région viticole des vins du Val de Loire, le vignoble du Layon est souvent planté à flanc de coteau et sur des sols pauvres (schistes).
 
Situé au sud-est du [[Géographie du Maine-et-Loire|Massif armoricain]], dans la région viticole des vins du Val de Loire, le vignoble du Layon est souvent planté à flanc de coteau et sur des sols pauvres (schistes).
  
En Anjou, les conditions naturelles sont favorables à la viticulture. Le climat est en hiver doux et pluvieux, et ensoleillé et sec en été. La vallée du Layon se situe dans la zone climatique la plus chaude du département, avec un niveau d'ensoleillement élevé et des précipitations plus faibles que la moyenne<ref>DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, 29 décembre 2011</ref>.
+
En Anjou, les conditions naturelles sont favorables à la viticulture. Le climat est en hiver doux et pluvieux, et ensoleillé et sec en été. La vallée du Layon se situe dans la zone climatique la plus chaude du département, avec un niveau d'ensoleillement élevé et des précipitations plus faibles que la moyenne<ref>DREAL Pays de la Loire, ''Données environnementales GéoSource'', 29 décembre 2011</ref>.
  
L''''appellation d'origine contrôlée Coteaux-du-Layon''' ({{formatnum:3381}} hectares<ref name="inao">INAO, Fiche descriptive de l'AOC Coteaux du Layon, 29 décembre 2011</ref>) est un vignoble du Val-de-Loire qui produit un vin blanc moelleux aux tonalités fruitées. Ce vignoble a été classé AOC en 1950.<br />
+
L''''appellation d'origine contrôlée Coteaux-du-Layon''' ({{formatnum:3381}} hectares<ref name="inao">INAO, ''Fiche descriptive de l'AOC Coteaux du Layon'', 29 décembre 2011</ref>) est un vignoble du Val-de-Loire qui produit un vin blanc moelleux aux tonalités fruitées. Ce vignoble a été classé AOC par décret du 18 février [[1950]]<ref>Décret du 18 février 1950 relatif à l'appellation d'origine contrôlée ''Coteaux-du-Layon'', JORF du 22 février 1950 page 2094.</ref>.<br />
 
Deux terroirs sont devenus des appellations à part entière : le [[Thouarcé - Bonnezeaux|Bonnezeaux]] et le [[Rochefort sur Loire - Chaume|Quarts de Chaume]].
 
Deux terroirs sont devenus des appellations à part entière : le [[Thouarcé - Bonnezeaux|Bonnezeaux]] et le [[Rochefort sur Loire - Chaume|Quarts de Chaume]].
  
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
La culture de la vigne est connue en Anjou dès le Moyen Âge, et s'étend à l'époque des [[Plantagenêt]]<ref>Janine Brouard, Groupe de recherches ethnologiques de l'Anjou, ''Les Vignerons en Anjou'', Éditions L'Harmattan, 1989, p. 11</ref>.
 
La culture de la vigne est connue en Anjou dès le Moyen Âge, et s'étend à l'époque des [[Plantagenêt]]<ref>Janine Brouard, Groupe de recherches ethnologiques de l'Anjou, ''Les Vignerons en Anjou'', Éditions L'Harmattan, 1989, p. 11</ref>.
  
Au XVII{{s}} les hollandais sont de gros acheteurs. La renommée des vins du Layon est telle au XVIII{{s}} qu'ils déplacent leur comptoir des Ponts-de-cé à Chalonnes-sur-Loire, où aboutit le Layon canalisé<ref>BDF49, [http://bdf49.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=8:saint-aubin-le-layon&catid=13:saint-aubin&Itemid=38 La rivière Le Layon], 26 mars 2010</ref>.<br />
+
Au {{XVIIs}} les hollandais sont de gros acheteurs. La renommée des vins du Layon est telle au {{XVIIIs}} qu'ils déplacent leur comptoir des Ponts-de-cé à Chalonnes-sur-Loire, où aboutit le Layon canalisé<ref>BDF49, ''[http://bdf49.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=8:saint-aubin-le-layon&catid=13:saint-aubin&Itemid=38 La rivière Le Layon]'', 26 mars 2010</ref>.<br />
 
À cette époque les vins de qualité s'exportaient vers Nantes, tandis que les vins ordinaires remontaient la Loire jusqu'à Orléans, où une partie était achetée pour fabriquer du vinaigre<ref name="wblm-p42">P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, ''Visages de l'Anjou'', Horizons de France, 1951, p. 42 à 45</ref>.
 
À cette époque les vins de qualité s'exportaient vers Nantes, tandis que les vins ordinaires remontaient la Loire jusqu'à Orléans, où une partie était achetée pour fabriquer du vinaigre<ref name="wblm-p42">P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, ''Visages de l'Anjou'', Horizons de France, 1951, p. 42 à 45</ref>.
  
[[Fichier:Rochefortsurloire vignes lacroixblanche-2008b.jpg|thumb|upright=1.1|alt=Photographie de vignes à Rochefort-sur-Loire]]
+
[[Fichier:Rochefortsurloire vignes lacroixblanche-2008b.jpg|thumb|upright=1.1|alt=Photographie de vignes à Rochefort.]]
 
Deux catastrophes faillirent ruiner ce vignoble : la guerre de Vendée, qui causa de gros dégâts notamment dans cette région, et l'apparition du phylloxéra en 1883<ref name="wblm-p42" />.
 
Deux catastrophes faillirent ruiner ce vignoble : la guerre de Vendée, qui causa de gros dégâts notamment dans cette région, et l'apparition du phylloxéra en 1883<ref name="wblm-p42" />.
  
Ligne 52 : Ligne 52 :
  
 
== Oenotourisme ==
 
== Oenotourisme ==
Les premiers labels « Vignobles et découvertes » ont été décernés mi-octobre 2011 par le gouvernement (Secrétariat du  commerce et du tourisme), sur proposition du Conseil supérieur de l’oenotourisme (CSO). Parmi des dix premiers sites concernés, trois vignobles de la Loire : la Vallée du Layon, Chinon-Bourgueil-Azay, la Vallée du Loir<ref>Courrier de l'Ouest, Agriculture, Édition du 10 décembre 2011<br />Portail du Gouvernement, Tourisme viticole : dix sites labellisés Vignobles et Découvertes, 29 décembre 2011</ref>.
+
Les premiers labels « Vignobles et découvertes » ont été décernés mi-octobre 2011 par le gouvernement (Secrétariat du  commerce et du tourisme), sur proposition du Conseil supérieur de l'oenotourisme (CSO). Parmi des dix premiers sites concernés, trois vignobles de la Loire : la Vallée du Layon, Chinon-Bourgueil-Azay, la Vallée du Loir<ref>Courrier de l'Ouest, ''Agriculture'', édition du 10 décembre 2011<br />Portail du Gouvernement, ''Tourisme viticole : dix sites labellisés Vignobles et Découvertes'', 29 décembre 2011</ref>.
  
 
== Notes ==
 
== Notes ==
 
[[Fichier:Coteaux du layon vignes 2008.jpg|thumb|upright|alt=Photographie de vignes dans les coteaux du Layon.]]
 
[[Fichier:Coteaux du layon vignes 2008.jpg|thumb|upright|alt=Photographie de vignes dans les coteaux du Layon.]]
 
Sur le même sujet
 
Sur le même sujet
:* Le nom de Layon peut se rapporter à trois choses : la [[Layon|rivière]], le [[coteaux du Layon|relief]] et les '''vins du Layon''' ([[Coteaux du Layon (homonymie)|homonymie]]).
+
:Le nom de Layon peut se rapporter à trois choses : la [[Layon|rivière]], le [[coteaux du Layon|relief]] et les '''vins du Layon''' ([[Coteaux du Layon (homonymie)|homonymie]]).
:* [[Thouarcé - Bonnezeaux|AOC Bonnezeaux]]
+
:[[Thouarcé - Bonnezeaux|AOC Bonnezeaux]]
:* [[Rochefort sur Loire - Chaume|AOC Quarts de Chaume]]
+
:[[Rochefort sur Loire - Chaume|AOC Quarts de Chaume]]
:* [[Liste des AOC en Maine-et-Loire|Vins d'Anjou]]
+
:[[Liste des AOC en Maine-et-Loire|Vins d'Anjou]]
:* [[Fête des vins d'Anjou]]
+
:[[Fête des vins d'Anjou]]
  
 
Bibliographie
 
Bibliographie
:* Andrée Girard, ''Recueil des vins de France'', Educagri éditions, 1999
+
:Andrée Girard, ''Recueil des vins de France'', Educagri éditions, 1999
:* Évelyne Malnic et Odile Pontillo, ''Un seul vin: De l'entrée au dessert'', Le Savour Club, Solar Éditions, 2010
+
:Évelyne Malnic et Odile Pontillo, ''Un seul vin: De l'entrée au dessert'', Le Savour Club, Solar Éditions, 2010
:* François Midavaine, ''Anjou côteaux du Layon'', Édition J. Legrand, 1996
+
:François Midavaine, ''Anjou côteaux du Layon'', Édition J. Legrand, 1996
:* Alain Ségelle et Monique Chassang, ''Les vins de France'', Éditions Jean-Paul Gisserot, 1999
+
:Alain Ségelle et Monique Chassang, ''Les vins de France'', Éditions Jean-Paul Gisserot, 1999
  
 
Lien externe
 
Lien externe
:* Office national de radiodiffusion télévision française Rennes, [http://www.ina.fr/video/RXF02000565/vendanges-dans-les-coteaux-du-layon-video.html Vendanges dans les coteaux du Layon], émission du 16 novembre 1963
+
:Office national de radiodiffusion télévision française Rennes, ''[http://www.ina.fr/video/RXF02000565/vendanges-dans-les-coteaux-du-layon-video.html Vendanges dans les coteaux du Layon]'', émission du 16 novembre 1963
  
Références
+
Sources et annotations
<references />
+
{{Références}}
  
  
 
{{BasPage Culture}}
 
{{BasPage Culture}}
  
[[Catégorie:Produit régional]]
+
[[Catégorie:Spécialité régionale]]

Version actuelle datée du 3 août 2017 à 17:50

Coteaux du Layon
(produit régional)
Photographie de vignes dans les coteaux du Layon.
Type Vins
Ingrédient(s) Chenin blanc
Notes Appellations Coteaux du Layon, Chaume, Bonnezeaux
Peoduit angevin.
Loisirs et culture
Côté cuisine
AOC du département
Aide à la rédaction.

Il existe plusieurs vignobles dans le Maine-et-Loire, dont celui des Coteaux du Layon, situé au sud d'Angers. C'est le terroir le plus étendu de la région angevine. Les vins qui y sont produits sont des vins blancs, de simplement moelleux à liquoreux.

L'AOC Coteaux du Layon possède une grande renommée.


Vignoble

Situé au sud-est du Massif armoricain, dans la région viticole des vins du Val de Loire, le vignoble du Layon est souvent planté à flanc de coteau et sur des sols pauvres (schistes).

En Anjou, les conditions naturelles sont favorables à la viticulture. Le climat est en hiver doux et pluvieux, et ensoleillé et sec en été. La vallée du Layon se situe dans la zone climatique la plus chaude du département, avec un niveau d'ensoleillement élevé et des précipitations plus faibles que la moyenne[1].

L'appellation d'origine contrôlée Coteaux-du-Layon (3 381 hectares[2]) est un vignoble du Val-de-Loire qui produit un vin blanc moelleux aux tonalités fruitées. Ce vignoble a été classé AOC par décret du 18 février 1950[3].
Deux terroirs sont devenus des appellations à part entière : le Bonnezeaux et le Quarts de Chaume.

Son aire géographique s'étend sur les communes d'Aubigné-sur-Layon, Beaulieu-sur-Layon, Brigné, Chalonnes-sur-Loire, Champ-sur-Layon, Chanzeaux, Chaudefonds-sur-Layon, Chavagnes, Cléré-sur-Layon, Concourson-sur-Layon, Faveraye-Mâchelles, Faye-d'Anjou, La Fosse-de-Tigné, La Jumellière, Martigné-Briand, Nueil-sur-Layon, Passavant-sur-Layon, Rablay-sur-Layon, Rochefort-sur-Loire, Saint-Aubin-de-Luigné, Saint-Georges-sur-Layon, Saint-Lambert-du-Lattay, Tancoigné, Thouarcé, Tigné, Trémont et Les Verchers-sur-Layon[2].

L'AOC Coteaux du Layon peut être suivie des lieux géographiques suivants : Beaulieu-sur-Layon ou Beaulieu, Faye-d'Anjou ou Faye, Chaume, Rablay-sur-Layon ou Rablay, Rochefort-sur-Loire ou Rochefort, Saint-Aubin-de-Luigné ou Saint-Aubin, Saint-Lambert-du-Lattay ou Saint-Lambert.
La mention Sélection de grains nobles peut également être ajoutée[2].

Histoire

La culture de la vigne est connue en Anjou dès le Moyen Âge, et s'étend à l'époque des Plantagenêt[4].

Au XVIIe siècle les hollandais sont de gros acheteurs. La renommée des vins du Layon est telle au XVIIIe siècle qu'ils déplacent leur comptoir des Ponts-de-cé à Chalonnes-sur-Loire, où aboutit le Layon canalisé[5].
À cette époque les vins de qualité s'exportaient vers Nantes, tandis que les vins ordinaires remontaient la Loire jusqu'à Orléans, où une partie était achetée pour fabriquer du vinaigre[6].

Photographie de vignes à Rochefort.

Deux catastrophes faillirent ruiner ce vignoble : la guerre de Vendée, qui causa de gros dégâts notamment dans cette région, et l'apparition du phylloxéra en 1883[6].

Chenin blanc

Le chenin blanc (ou pineau blanc) est très répandu en Anjou :

  • Sur la rive droite des coteaux du Layon, on trouve Thouarcé, Faye, Beaulieu et Saint-Aubin,
  • et sur la rive gauche, Rablay et Saint-Lambert.
  • Sur les coteaux de l'Aubance on trouve Brissac,
  • sur ceux de la Loire, Savennières, La Roche au Moine, la coulée de Serrant,
  • sur ceux du Loir, Huillé,
  • sur ceux de Saumur, Montsereau, Turquant, Parnay, Dampierre,
  • sur ceux du Thouet, Varrains, Chacé, Brézé.

Tous, vins de tuffeau ou vins d'ardoise, secs ou liquoreux, sont des crus de qualité.

Vin Coteaux du Layon

  • Sa température de dégustation varie entre 7 et 9 °C.
  • Le Coteaux du Layon a un potentiel de garde de 5 à 20 ans, voire plus de 40 ans pour les grandes années.
  • Se déguste sur du foie gras, du poisson, de la viande blanche, un gâteau, ou en apéritif.

Oenotourisme

Les premiers labels « Vignobles et découvertes » ont été décernés mi-octobre 2011 par le gouvernement (Secrétariat du commerce et du tourisme), sur proposition du Conseil supérieur de l'oenotourisme (CSO). Parmi des dix premiers sites concernés, trois vignobles de la Loire : la Vallée du Layon, Chinon-Bourgueil-Azay, la Vallée du Loir[7].

Notes

Photographie de vignes dans les coteaux du Layon.

Sur le même sujet

• Le nom de Layon peut se rapporter à trois choses : la rivière, le relief et les vins du Layon (homonymie).
AOC Bonnezeaux
AOC Quarts de Chaume
Vins d'Anjou
Fête des vins d'Anjou

Bibliographie

• Andrée Girard, Recueil des vins de France, Educagri éditions, 1999
• Évelyne Malnic et Odile Pontillo, Un seul vin: De l'entrée au dessert, Le Savour Club, Solar Éditions, 2010
• François Midavaine, Anjou côteaux du Layon, Édition J. Legrand, 1996
• Alain Ségelle et Monique Chassang, Les vins de France, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1999

Lien externe

• Office national de radiodiffusion télévision française Rennes, Vendanges dans les coteaux du Layon, émission du 16 novembre 1963

Sources et annotations

  1. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, 29 décembre 2011
  2. a, b et c INAO, Fiche descriptive de l'AOC Coteaux du Layon, 29 décembre 2011
  3. Décret du 18 février 1950 relatif à l'appellation d'origine contrôlée Coteaux-du-Layon, JORF du 22 février 1950 page 2094.
  4. Janine Brouard, Groupe de recherches ethnologiques de l'Anjou, Les Vignerons en Anjou, Éditions L'Harmattan, 1989, p. 11
  5. BDF49, La rivière Le Layon, 26 mars 2010
  6. a et b P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951, p. 42 à 45
  7. Courrier de l'Ouest, Agriculture, édition du 10 décembre 2011
    Portail du Gouvernement, Tourisme viticole : dix sites labellisés Vignobles et Découvertes, 29 décembre 2011


appellation d'origine contrôlée

degrés Celsius

Institut national de l'origine et de la qualité