Layon

De Wiki-Anjou
Le Layon
Photographie du Layon à Saint-Aubin-de-Luigné
Type Rivière
Territoire Saumurois
De Cléré-sur-Layon
À Chalonnes-sur-Loire
Notes 84 km en Maine-et-Loire
Bassin-versant du layon
Créer la fiche d'un cours d'eau de Maine-et-Loire
Cours d'eau de Maine-et-Loire

Le Layon angevin court sur 84 kilomètres en Maine-et-Loire[1]. Cette rivière du centre-ouest de la France, se trouve au sud de la Loire, et délimite les régions naturelles des Mauges (à l'Ouest) et du Saumurois (à l'Est).

Il fut canalisé au XVIIIe siècle pour répondre aux besoins du commerce viticole[2] et de l'industrie.


Cours d'eau

Le Layon est un petit affluent de la Loire de 90 kilomètres de longueur, dont la rive droite forme un coteau escarpé. Après avoir pris sa source dans le département des Deux-Sèvres (Saint-Maurice-la-Fougereuse), il termine son cours en rejoignant la Loire à Chalonnes[3],[4].

Il présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées, avec une période de hautes eaux en hiver.

Partagé entre le Saumurois et les Mauges, le bassin-versant du Layon est constitué du Layon, et de ses affluents, le Douet, le Lys, la Vilaine, l'Arcison, le Javoineau, l'Hyrôme et le Jeu[5].

Affluents

Les principaux affluents du Layon sont[4] :

  • la Gaubretière,
  • le Pont Moreau,
  • la Soire,
  • le Douet,
  • le Livier,
  • le Lys,
  • l'Arcison,
  • le Javoineau,
  • le Dreuille,
  • l'Hyrôme,
  • le Jeu.

Communes angevines traversées

Dans le Maine-et-Loire, cette rivière traverse le territoire des communes de :
Cléré-sur-Layon, Passavant-sur-Layon, Nueil-sur-Layon, Les Verchers-sur-Layon, Concourson-sur-Layon, Saint-Georges-sur-Layon, Faveraye-Mâchelles, Thouarcé, Champ-sur-Layon, Faye-d'Anjou, Rablay-sur-Layon, Beaulieu-sur-Layon, Saint-Lambert-du-Lattay, Saint-Aubin-de-Luigné, Chaudefonds-sur-Layon et Chalonnes-sur-Loire[6].

Le Lys, principal affluent du Layon, traverse sur son parcours de 30 km les communes de La Tourlandry, où il prend sa source, Coron, Vihiers, Montilliers, Aubigné et Faveraye-Mâchelles[7].

Tout au long du Layon (rivière), sa vallée se compose de coteaux chargés de vignes, de prairies humides, de cultures et de peupleraies. Sa géologie se compose principalement de roches volcaniques et de calcaires primaires.

Le nom de Layon

Le nom de « Layon » peut se rapporter à trois domaines : la rivière, le relief et les vins.

De nombreuses communes comportent ce nom : Cléré-sur-Layon, Passavant-sur-Layon, Nueil-sur-Layon, Les Verchers-sur-Layon, Concourson-sur-Layon, Saint-Georges-sur-Layon, Champ-sur-Layon, Rablay-sur-Layon, Beaulieu-sur-Layon et Chaudefonds-sur-Layon.

Autres toponymes de la rivière[4] :

  • rivière le Layon,
  • ruisseau de Saint-Nicolas.



Notes

Sur le même sujet

Val du Layon (homonymie)
La Loire
Liste des cours d'eau de Maine-et-Loire
Géographie du Maine-et-Loire

Notions de géographie

• Un affluent est un cours d'eau qui se jette dans un autre au débit plus important, au niveau d'un point de confluence. Exemple : La rivière du Jeu se jetant dans le Layon, la première est un affluent de la seconde.
• Un bassin-versant est l'ensemble du territoire dont les eaux se déversent dans le cours d’eau donné.
• Un point de confluence (ou confluent) est le lieu où se rejoignent plusieurs cours d'eau.
• Le qualificatif des rives (droite ou gauche) se dit en fonction du sens du courant. Par exemple les coteaux du Layon se trouvent sur sa rive droite, ou bien encore, Rochefort se trouve sur la rive gauche (Sud) de la Loire (courant Est Ouest).

Sources et annotations

  1. 84 km indiqué par Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 20
    84 km indiqué par l'Observatoire de l'eau de Maine-et-Loire, Les cours d'eau (Layon), mars 2013
    84 km indiqué par la Fédération de pêche de Maine-et-Loire, Rivières et plan d'eau (Layon), mars 2013
    et pour une longueur totale de 90 km indiquée par ADES Sandre, Le Layon, mars 2013
  2. Mireille Rousselle-Touchard, Viticulture et agriculture de six communes de la Vallée du Layon, dans la revue géographique Norois 44, SFIL et Texier, 1964
  3. BDF49, La rivière du Layon, mars 2010
  4. a, b et c ADES Sandre, Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau, mars 2010
  5. Observatoire de l'eau de Maine-et-Loire, Territoires par bassin versant, avril 2013
  6. IGN et BRGM, Géoportail - Cours du Layon, mars 2010
  7. Direction départementale de l'Équipement de Maine-et-Loire (CETE de l'Ouest – Laboratoire régional des Ponts et chaussées d'Angers), Atlas des zones inondables du Lys, octobre 2006


kilomètres

page

numéro

Institut national de l'information géographique et forestière

Bureau de recherches géologiques et minières