Canton du Louroux-Béconnais

De Wiki-Anjou
Les principaux chefs-lieux de canton en 2014.

Le canton du Louroux-Béconnais était une circonscription électorale de Maine-et-Loire, servant à l'élection des conseillers généraux siégeant au conseil général. Le canton était organisé autour du Louroux-Béconnais.


Généralités

Le canton est créé en 1790. Les cantons sont créés à la réorganisation administrative qui suit la Révolution. Cette division administrative, qui regroupe plusieurs communes, est la circonscription d'élection du conseiller général qui siège au conseil du département. La plupart des cantons français n'ont pas été modifiés depuis le début du XIXe siècle.

En 2012, le canton s'étend sur 249,64 km² et compte 10 866 habitants. Il comprend les communes de Bécon-les-Granits, La Cornuaille, Le Louroux-Béconnais, Saint-Augustin-des-Bois, Saint-Clément-de-la-Place, Saint-Sigismond et Villemoisan, et se situe dans l'arrondissement d'Angers[1].

Un nouveau découpage territorial est défini en 2014 dans le cadre de la réforme territoriale, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015. Le canton disparait alors, au profit du nouveau canton de Chalonnes-sur-Loire[2].

Michel Boursier en est son dernier élu[3].

Célestin Port (1876)

Canton du Louroux-Béconnais dans le dictionnaire Célestin Port de 1876[4] :

« Louroux-Béconnais (Canton du), au N.-O. de l’arrt d’Angers, borné par les cantons du Lion-d’Angers et de Candé au N., d’Angers N.-O. à l’E., de St-Georges sur-Loire au S. et au S.-E. de Candé et par le département de la Loire-Inférieure à l’O., — comprend sur 25,108 hect., sept communes, Bécon, la Cornuaille, le Louronx-B., St-Angustin-des-Bois , St-Clément-de-la-Place, St-Sigismond et Villemoisant, — et une population de 8,711 hab. en 1831, de 8,845 hab. en 1841, de 10,638 hab. en 1851, de 10,150 hab. en 1861, de 10,592 hab. en 1866, de 10,227 hab. en 1872.

Le territoire forme un plateau (85-90 mèt. au centre), bordé au N. par la vallée de l’Erdre, au S. par celle de l’Auxance, et découpé par trois ou quatre petits cours d’eau secondaires. — Du S.-E. au N. le traverse dans sa plus grande lon- gueur (23 kil.), la route nationale d’Angers à Rennes, qui croise dès l’entrée, à 5 kil., la roule nat. de Cholet montant du S. au N. dans toute la largeur (11 kil.) et qui concentre au bourg même les chemins d’Ingrandes à Vern, de la Cornuaille au Lion, de Ste-Gemmes au Louroux. Sur l’extrême confin vers l’E. la route départementale de Laval, reliée dès l’entrée parle chemin de grande communication de Varades, descend par replis saccadés (20 kil.), dont les derniers tronçons forment la limite départementale.

Quelques débris des forêts des Charmerais, de Bécon, de Longuenée subsistent clairsemés et pour la plupart en taillis ; — à peine quelques restes des landes autrefois maîtresses de la meilleure part du pays, qu’ont dès aujourd’hui transformé une agriculture progressive et intelligente et l’élevage des bestiaux et des porcs. Une industrie considérable exploite le granit de Bécon, si recherché pour les constructions.

Le canton, créé par décret du 14 mars 1790, ne comprenait primitivement que les trois communes du Louroux, de la Cornuaille et de Villemoisant et n’a été constitué dans sa forme actuelle qu’en l'an IV. »

Notes

 
Icon archive.
Archive de la page

  ◽ du site du conseil général,

  ◽ de l'encyclopédie Wikipédia.

Sur le même sujet

Usages ruraux au Louroux-Béconnais en 1868
Liste des cantons en 2014
Liste des conseillers généraux
Le conseil général en 2014
Divisions électorales en 2014

Sources et annotations

  1. Situation en 2013, cf. canton du Louroux-Béconnais (WP).
  2. Redécoupage cantonal de 2014, décret 2014-259 du 26 février 2014.
  3. Situation en 2013, cf. canton du Louroux-Béconnais (CG).
  4. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 2 (D-M), P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau, 1876, pages 553 et 554


kilomètres carrés

habitants

mètres

kilomètres

numéro

tome