Canton de Chemillé

De Wiki-Anjou
Les principaux chefs-lieux de canton en 2014.

Le canton de Chemillé était une circonscription électorale de Maine-et-Loire, servant à l'élection des conseillers généraux siégeant au conseil général.


Il est créé en 1790. Le canton comprend les communes de La Chapelle-Rousselin, Chemillé, Cossé-d'Anjou, La Jumellière, Melay, Neuvy-en-Mauges, Sainte-Christine, Saint-Georges-des-Gardes, Saint-Lézin et La Tourlandry. Il se situe dans l'arrondissement de Cholet. En 2013, les communes de Chemillé et Melay fusionnent en la commune nouvelle de Chemillé-Melay. Le canton compte alors neuf communes.

Les cantons sont créés à la réorganisation administrative qui suit la Révolution[1],[2]. Cette division administrative, qui regroupe plusieurs communes, est la circonscription d'élection du conseiller général qui siège au conseil du département. La plupart des cantons français ne seront pas modifiés avant le début du XXIe siècle.

De 1790 à 1958, ils sont le siège du juge de paix, juridiction de proximité[3].

En 2014, un nouveau découpage territorial est défini dans le cadre de la réforme territoriale, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015. Le canton disparait alors au profit du nouveau canton de Chemillé-Melay.

Michel Mignard en est son dernier élu.


Sur le même sujet

 
Icon archive.
Archive de la page

  ◽ du site du conseil général,

  ◽ de l'encyclopédie Wikipédia.

Sources et annotations

  1. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 1, éd. P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau (Angers),1874-1878, p. XXXI
  2. Dictionnaire Célestin Port, op. cit., t. 1, 1874-1878, p. XXXIX
  3. Pierre Paul Nicolas Henrion de Pansey, De la compétence des juges de paix, Cinquième édition, Théophile Barrois père (Paris), 1820, p. 33-35


tome

opus citatum (ouvrage cité)

page