Saint-Philbert-du-Peuple

De Wiki-Anjou
Saint-Philbert-du-Peuple
Département Maine-et-Loire
Territoire Baugeois
Arrondissement arr. de Saumur
Canton cant. de Longué-Jumelles
Intercommunalité ca Saumur Val de Loire
Code Insee, postal 49311, 49160
Habitants Les Philbertais(es)
Données locales altitudes, coordonnées, populations, superficies
Site web site officiel
Situation dans le département

Situer sur OpenStreetmap

Saint-Philbert-du-Peuple est une commune de l'ouest de la France qui se situe dans le département de Maine-et-Loire (49), dans le Baugeois, au nord-est de Longué-Jumelles.


Situation administrative

La commune de Saint-Philbert-du-Peuple est membre de la communauté d'agglomération Saumur-Val-de-Loire, et se trouve dans le canton de Longué-Jumelles et l'arrondissement de Saumur (av. 1926 de Baugé)[1].

Son code commune (Insee) est 49311 et son code postal est 49160. Les habitants se nomment les Philbertais et les Philbertaises[2]. Sa population est de 1 117 habitants en 1999 et de 1 309 en 2017[3]. La commune appartient à l'Unité urbaine de Longué-Jumelles, à l'Aire d'attraction des villes de Saumur, à la Zone d'emploi de Saumur et au bassin de vie de Longué-Jumelles[1].

Mairie : 7 rue d'Anjou, Le Bourg, 49160 Saint-Philbert-du-Peuple (tél. 02 41 52 11 64, courriel saintphilbertdupeuple).

Histoire et patrimoine

Présence durant l'Antiquité d'un domaine gallo-romain. La seigneurie de la paroisse est réunie au Moyen Âge à celle d'Étiau, l'un des plus importants fief l'Anjou dont le centre primitif se trouve au Vieil Etiau (Estivalium) sur le grand chemin de Longué à Mouliherne. Détachée du domaine des comtes d'Anjou, elle appartient à la famille du même nom jusqu'au XIVe siècle. Saint-Philbert-du-Peuple dépend au XVIIIe de l'[[Glossaire#E|élection et des aides de Baugé[4],[5].

Patrimoine architectural[6],[4] :

  • La chapelle Notre-Dame, du millieu du XIXe siècle ;
  • Le château d'Étiau, des XVIe, XVIIe (aile est et communs), XVIIIe (logis, remises, communs et pavillons nord) et XIXe siècles (parties nord du château et parties agricoles) ;
  • Le moulin à eau du château est en partie détruit et reconstruit au XIXe ;
  • Les vestiges du château de Bréhabert, des XVIIe et XIXe siècles ;
  • L'église Saint-Philbert (inscrite MH), édifice du XIe au XIXe siècle, mur nord de la nef du XIe, façade ouest de la nef du XIIe, sacristie sud-ouest du XVe, chœur, chapelle nord dite d'Etiau, du XVIe, clocher du XVIIIe, plusieurs restaurations au XXe siècle ;
  • Plusieurs maisons et fermes du XVe au XIXe siècle ;
  • L'ancien manoir du Gué Bresson, remanié aux XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Le manoir des Noués, des XVIIe et XIXe siècles ;
  • L'ancien presbytère dit la Cure, des XVe, XVIIe et XVIIIe siècles, restauré au XIXe par l'architecte angevin Charles Joly-Leterme.

Loisirs et culture

Présence d'une salle des loisirs où sont parfois donnés des spectacles, comme du théâtre en février et mars 2015 avec la pièce La prochaine sera la bonne, en février 2019 avec la pièce Tranches de bluff et en mars avec Trente kilomètres à pied jouée par la troupe des Guignolos, ou des expositions comme en septembre 2017 L'école d'autrefois, une exposition retraçant l'histoire des écoles de la commune présentée par l'association des patrimoines de Saint-Philbert-du-Peuple[7],[8]. Le festival Mômes en folie, manifestation jeune public de l'agglomération Saumur-Val-de-Loire se déroule sur plusieurs communes de son territoire, dont à Saint-Philbert-du-Peuple[9],[10],[11].

Le comité des fêtes de Saint-Philbert-du-Peuple organise ausi régulièrement des manifestations comme St Phil en fête, Saint-Phil' apéro, etc.

Espace et territoire

Saint-Philbert-du-Peuple s'étend sur 16,38 km2 (1 638 hectares) et son altitude varie de 24 à 58 mètres[12]. Son territoire se partage entre le val d'Anjou et le plateau du Baugeois[13]. Le Lathan coule du nord-est au sud-ouest, et marque au nord la limite avec Mouliherne et Longué-Jumelles[4].

Elle est dans le périmètre du parc naturel Loire-Anjou-Touraine, zone de préservation et de protection située entre Tours et Angers[14].

Balades et randonnées : étang de la Balastière, rives du Lathan, forêt domaniale de Monnais.

Photographie du château d'Étiau.
Château d'Étiau

Indicateur de M.-et-L. (1864)

Saint-Philbert-du-Peuple dans l'Indicateur de Maine et Loire de 1864[15] :

« Saint-Philbert-du-Peuple (arrondissement de Baugé, canton de Longué).

CHAPITRE PREMIER. — APERÇU GÉOGRAPHIQUE.

La commune de Saint-Philbert-du-Peuple est située au nord-est de Longué, entre cette ville, Blou, Vernantes, le Loroux et Jumelles.

Le Lathan et plusieurs ruisseaux, ses affluents, coulent au nord du bourg, dans la direction du nord-est au sud-ouest.

Saint-Philbert est traversé par la route de Longué à Vernantes.

La forêt de Monnoie s'étend jusqu'à cette commune.

Superficie: 1,638 hectares, dont 87 hectares 50 ares en bois.

Population : en 1856, 920 habitants ; en 1861, 871 habitants.

Bureau de poste : Longué.

Distances : de Blou, 3 kil. 3/4 ; de Vernantes, 8 kil. ; du Loroux, 6 kil. ; de Jumelles, 7 kil. ; de Beaufort, 16 kil. ; de Longué, 6 kil. ; de Baugé, 19 kil. ; d'Angers, 47 kil.

CHAPITRE II. — PRODUCTIONS NATURELLES.

Composition géologique.

Alluvions anciennes.

Toute l'étendue de cette commune appartient à cette formation.

Plantes.

Plantago carinata, Schrad. (P. subulata, Wulf.) Eté.

Potentilla Vaillantii, Nestl. (P. splendens, Ram.) Mai, juin.

Astrocarpus purpurascens, N. A. (Reseda purpurascens, L.) ; lieux incultes. Eté.

Papaver argemone, L. ; parmi les blés. Mai, juin.

Osmonda regalis, L. ; lieux frais. »

E. Cornilleau (1873)

Saint-Philbert-du-Peuple dans les mémoires de la Société académique de 1873[16] :

« Saint-Philbert-du-Peuple (871 habitants).

Nous devions finir par Saint-Philbert la notice sur le canton de Longué. Des documents de toute nature nous démontrent : que dès le XIIe siècle ou le commencement du XIIIe, Longué tenait à peu près, dans le bassin du Lathan, le rang qu'il occupe en ce moment. Seulement les centres de Saumur, Rillé, Baugé, Beaufort, qui devinrent villes fermées, serraient de près notre petite vallée, où se trouvait un seul poste vraiment fortifié, Mouliherne. Comme centre agricole et commercial, Longué, — allongé sur le Lathan, avec des gués échelonnés, — ne prit cependant tout son essor qu'au XVe siècle et au commencement du XVIe.

Après Longué, au XIIIe siècle, venaient comme maintenant : Mouliherne, Vernoil, Vernantes, puis Blou ; il est à peine fait mention des autres paroisses. Toutes ces localités dont on constate l'existence cent ans auparavant, quoique leur origine soit antérieure, semblent déjà, lors de l'avénement de Philippe-Auguste, vivre, sauf les liens féodaux, dans les conditions actuelles. (...)

Le manoir d'Estiau était dans l'origine un simple rendez-vous de chasse dans des terres maigres, Æstiva, camp d'été, villa, où les comtes et les ducs d'Anjou se rendaient, quand ils allaient battre les bois et les broussailles de leur garenne, à Courléon, Saint-Philbert-de-la-Pelouse, Giseux, entre la Breille et le Continvoir. On a cependant cru reconnaitre dans Etiau ou Ethiau, qui possède des étangs, le radical celtique, désignant l'eau, dans ces noms : Authion, Thouet, Lathan, Thauron, Thenais, Athée. (...)

Saint-Philbert paraît avoir commencé par une simple chapelle. Les chartes de l'archidiacre Gilbert et du decanus Egidius, de 1210 et 1215, ne font en effet mention que d'un chapelain, Petrus, capellanus de Populo ou de Publo. Plus tard, en 1370, du temps de Duguesclin, il est question de Saint-Philibert, dont les habitants étaient vassaux de l'abbaye du Louroux. Pocquet de Livonnière nous apprend toutefois que Saint-Philbert-du-Peuple avait une cure (Saint-Philbert), à la présentation comme à la collation de l'Evêque. Il note même une transaction du curé avec le sacristain, dignitaire de l'abbaye de Saint-Nicolas d'Angers.

Saint-Philbert, comme Jumelles, jouit d'une sorte de protection du pouvoir religieux, qui manqua à d'autres centres situés dans un meilleur terroir. Les familles d'Etiau, malgré leur seigneurie de Saint-Philbert-la-Varenne (alluvion), et la chapelle funéraire, avec prééminence, en l'église de Saint-Philbert, ne possédèrent pas plus la seigneurie de Saint-Philbert-du-Peuple, que les de Jalesnes celle du vrai Vernantes.

La paroisse de Saint-Philbert ne manquait pas toutefois de seigneuries. Celle de Bréhabert se confondit de bonne heure avec celle d'Estiau ; mais le marquis de Maillé, avant sa grande annexion, était seigneur de la Papotière. On ne trouvait à Saint-Philbert, qu'une chapelle de fondation particulière, sur trois chapelles seigneuriales y compris la chapelle d'Etiau. L'église dont on voit les fenêtres sur la route de Vernantes, offre le style du XVe siècle ; Pocquet de Livonnière en nous apprenant qu'elle fut consacrée en 1741, veut dire sans doute qu'elle subit alors d'importantes réparations.

Saint-Philbert-du-Peuple, tout rural, n'eut jamais d'ailleurs de fonctionnaires, si ce n'est dans les temps récents. Contrairement à tous les centres du haut Lathan et même à Vernantes, dont les nombreux notaires prenaient tant de titres dans l'intitulé de leurs actes, le notaire de Saint-Philbert fut de ceux qu'on a nommés de cent écus. Bataille et Bérard, notaires à Longué, recevaient le 10 septembre 1626, le testament par lequel André Tessier de Saint-Philbert dotait l'une des chapelles de Longué, celle des Sablons. Aujourd'hui, c'est Madame la comtesse d'Hautefort qui règne à Saint-Philbert, dans le château d'Etiau, qu'elle a fait rebâtir. Le domaine séparé d'Etiau était tombé dans le lot de Madame de Lubersac, sœur de Madame d'Hautefort : cette Jeanne-Cécile de Maillé, issue comme sa sœur et le marquis Théodore, de Jeanne Sheridan, fut célèbre à la cour des Bourbons par sa beauté. Elle mourut prématurément ; l'on voit son tombeau et sa statue dans l'église de Saint-Philbert, comme les tombeaux et statues de M. et Madame de Jalesnes ornent l'église médiocre de Vernantes.

Madame d'Hautefort, plus vivace que sa sœur et que le marquis Théodore, ancien colonel de la guerre d'Espagne, investi du majorat de Jalesnes, est cette Adèle de Maillé, bien connue pour l'affaire de Blaye. Elle a joint le domaine d'Etiau à celui d'Avoir, beaucoup plus productif, qui lui avait été attribué. Sa sœur, madame de Contades, issue du second mariage de l'ancien marchand de bois, avec une Campbel, eut Gastines.

Madame d'Hautefort vient de faire réparer sur les murs de l'église de Saint-Philbert, les blasons des nobles d'Etiau, destinés à perpétuer leur nom ou plutôt leur orgueil. Mais, nous éprouvons plus de satisfaction à faire connaitre que Saint-Philbert-du-Peuple est le berceau d'une famille saumuroise, que la science a rendue notable à l'égal de toutes ces familles patriciennes : celle de M. A. Boreau. »

Notes

  1. a et b Insee, Géographie administrative et d'étude - Commune de Saint-Philbert-du-Peuple (49311), 2020
  2. Le P'tit Philbertain, bulletin municipal 37, de janvier 2020
  3. Population de Maine-et-Loire (1999, 2017)
  4. a, b et c Célestin Port (révisé par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. IV (S-Z), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1996, 2e éd. (1re éd. 1878), p. 204-206
  5. Célestin Port (révisé par Jacques Levron, Pierre d'Herbécourt, Robert Favreau et Cécile Souchon), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. II (D-M), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1978, 2e éd. (1re éd. 1874), p. 119-120 (Etiau)
  6. Ministère de la Culture, Base Mérimée (Saint-Philbert-du-Peuple), 2012
  7. Le Courrier de l'Ouest, Maine-et-Loire Les sorties du week-end, 23 février 2019
  8. Le Courrier de l'Ouest, Loisirs Où sortir ce dimanche en Saumurois, 3 mars 2019
  9. Saumur Kiosque, Théâtre à St Philbert du Peuple : 6 représentations des Guignolos, 17 février 2015
  10. Le Courrier de l'Ouest, Saumur Mômes en folie : le festival jeune public revient du 22 au 31 mars, 13 février 2019 (16e édition de Mômes en folie)
  11. Le Courrier de l'Ouest, Saint-Philbert-du-Peuple "Lécole d'autrefois" s'expose ce week-end, 15 septembre 2017
  12. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC), données 2014 (altitude, superficie)
  13. Atlas des paysages de Maine et Loire, voir unités paysagères.
  14. PNR Loire-Anjou-Touraine, 2012
  15. Pierre-Aimé Millet de La Turtaudière, Indicateur de Maine et Loire, t. 1er, Librairie de Cosnier et Lachèse (Angers), 1864, pages 661-662
  16. Florent-Eugène Cornilleau, Essai sur le canton de Longué, dans Mémoires de la Société académique de Maine-et-Loire, Tome XXVII, Lettres et arts, Impr. P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau (Angers), 1873, p. 156-167 (voir)
Les formes anciennes du nom.


Institut national de la statistique et des études économiques

téléphone

Monument historique, bâtiment ou objet inscrit ou classé

kilomètres

kilomètres

numéro

tome

Institut national de l'information géographique et forestière