Musée des métiers de la chaussure de Saint-André-de-la-Marche : Différence entre versions

De Wiki-Anjou
(li bibliothèques de Sèvremoine)
 
(16 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{Infobox salle publique
 
{{Infobox salle publique
 
  | titre = Musée des métiers de la chaussure
 
  | titre = Musée des métiers de la chaussure
  | image = <!-- logo -->
+
  | image = [[Fichier:Logo Musée des Métiers de la Chaussure.jpeg|center|200px|alt=Logo du musée.|Logo]]
 
  | thème = Accessoire de mode
 
  | thème = Accessoire de mode
 
  | contenus = Industrie de la chaussure
 
  | contenus = Industrie de la chaussure
 
  | localité = [[Saint-André-de-la-Marche]]
 
  | localité = [[Saint-André-de-la-Marche]]
  | administration =  
+
  | administration = ass. Musée de la chaussure
 
  | siteweb = <!-- lien inséré dans les notes -->
 
  | siteweb = <!-- lien inséré dans les notes -->
 
}}
 
}}
Ligne 12 : Ligne 12 :
  
  
== Histoire du Musée ==
+
== Histoire du musée ==
 +
[[Fichier:Saintandredelamarche museechaussure extérieur 2016.jpeg|vignette|alt=Vue extérieure du bâtiment du musée de la Chaussure, ancienne usine Morinière-Ripoche.|Vue extérieure du musée, ancienne usine Morinière-Ripoche.]]
 +
D'anciens ouvriers de la chaussure engagent en [[1992]] une réflexion pour sauvegarder le patrimoine de cette industrie. S'ensuit l'installation d'un musée en 1995 dans l'ancienne usine Morinière-Ripoche<ref name="IA49010559">[https://www.patrimoine.paysdelaloire.fr/linventaire/detail-notices/IA49010559/ Notice IA49010559], sur le site du patrimoine du Conseil régional des Pays de la Loire (Achard Hélène), 2010</ref> de Saint-André-de-la-Marche, 6 rue Saint-Paul<ref name="musee-histoire">Musée des Métiers de la Chaussure, ''Histoire de l'association'', 2012-2020</ref>. Les locaux sont repris en décembre 2015 par la nouvelle commune de Sèvremoine lors de sa constitution, Saint-André-de-la-Marche devenant une commune déléguée<ref>Préfecture de Maine-et-Loire, ''[[Création de la nouvelle commune de Sèvremoine (2015)|Arrêté préfectoral n° DRCL-BCL-2015-60]]'', du 5 octobre 2015</ref>.
  
Le Musée des Métiers de la Chaussure est un musée technique installé depuis 1995 dans les murs de l'ancienne usine Morinière-Ripoche, à St André de la Marche, commune déléguée de Sèvremoine.
+
Le Musée des métiers de la chaussure est un musée technique, témoin de l'activité industrielle. Il abrite une centaine de machines, datant de 1880 à 1970, permettant d'expliquer les étapes de fabrication d'une chaussure, ainsi qu'une collection de plus de {{formatnum:3000}} chaussures et des archives. Des machines y sont encore en fonctionnement<ref name="musee-histoire" />.
  
Le bâtiment abrite une centaine de machines (1880-1970) permettant d’expliquer les étapes de fabrication d'une chaussure, ainsi qu’une collection de plus de 3 000 chaussures (dont environ 2 300 en réserve) et de nombreuses archives.<ref>site du Musée des Métiers de la Chaussure : https://www.museechaussure.fr/</ref>
+
L'association du musée de la chaussure assure la gestion du site, les visites techniques et l'entretien des machines<ref name="musee-histoire" />. Deux salariées accompagnent l'association sur les missions de conservation et de valorisation, menant  un travail de fond (inventaire, montage des expositions, prêts, publications) et un travail de médiation (programmation, animations, visites guidées).
  
Créée en 1992 par d’anciens professionnels de la chaussure soucieux de conserver et de valoriser ce passé industriel caractéristique des Mauges, l'association du Musée des Métiers de la Chaussure assure la gestion du site, les visites techniques, l’entretien des machines, ainsi que le lien avec le milieu professionnel et la formation.
+
Dans le cadre de son programme de conservation et de valorisation du patrimoine industriel, la commune de [[Sèvremoine]] accompagne scientifiquement et financièrement le musée. Ainsi, l'association et la collectivité mènent ensemble des actions avec la volonté de professionnaliser le site, incluant la reprise des postes salariés depuis 2018, le financement de campagnes de collecte de mémoire, l'aide à l'inventaire des collections et des archives, le catalogage du fonds documentaire, la création d'un parcours d'interprétation ou encore la mise en place de bornes interactives dans le parcours de visite<ref name="musee-mediation">Médiation culturelle du musée, avril 2020</ref>.
  
Depuis une dizaine d’années, deux salariées accompagnent l’association sur les missions de conservation et de valorisation, menant d’un côté, un travail de fond (inventaire, montage des expositions, prêts, publications) et de l’autre, un travail de médiation (programmation, animations, visites guidées).
+
À noter qu'on trouve également un musée de la chaussure dans la Drôme, à Romans-sur-Isère.
 
 
Dans le cadre de son programme de conservation et de valorisation du patrimoine industriel, la Commune Nouvelle de Sèvremoine accompagne scientifiquement et financièrement le musée, afin de favoriser son développement.
 
 
 
Ainsi, depuis 10 ans, association et collectivité mènent ensemble des actions communes avec la volonté de professionnaliser le site, incluant la reprise des postes salariés depuis 2018, le financement de campagnes de collecte de mémoire, l’aide à l’inventaire des collections et des archives, le catalogage du fonds documentaire, la création d’un parcours d’interprétation ou encore la mise en place de bornes interactives dans le parcours de visite.
 
 
 
Une fiche lui est dédiée sur l'inventaire du patrimoine des Pays de la Loire : https://www.patrimoine.paysdelaloire.fr/linventaire/detail-notices/IA49010559/
 
  
 
== Expositions ==
 
== Expositions ==
 +
[[Fichier:saintandredelamarche museechaussure visuel.jpg|thumb|alt=Photographie d'objets du musée.]]
 +
Le musée de la chaussure retrace 130 ans d'histoire artisanale et industrielle dédiée à la fabrication de cet accessoire qui révolutionna l'industrie choletaise. Il occupe une ancienne fabrique<ref name="IA49010559" /> et témoigne des installations d'usines à la campagne, très répandues dans les [[Mauges]]. Le sabotier, le cordonnier, la fabrication industrielle (de la création à la finition)… de nombreux métiers de la chaussure y sont représentés. Le lieu permet la découverte de modèles de chaussures insolites, au sein d'une collection de plusieurs milliers de chaussures, d'outils et de dizaines de machines. Afin de faciliter la visite dans sa partie technique, six bornes interactives ont été installées à partir de la saison 2019. Ces bornes retracent les étapes de fabrication d'une chaussure, en présentant à chaque fois un court film avec un témoin, un jeu numérique et un dispositif à manipuler<ref>Ouest-France (Marie-Anne Salvat), ''Les Mauges. Des bornes interactives au musée des Métiers de la chaussure'', 21 mars 2019</ref>.
  
Le musée de la chaussure retrace 130 ans d'histoire artisanale et industrielle dédiée à la fabrication de cet accessoire qui révolutionna l'industrie choletaise. Il occupe une ancienne fabrique et témoigne d'un concept qui a fait florès : installer des usines à la campagne. Le sabotier, le cordonnier, la fabrication industrielle (de la création à la finition)… de nombreux métiers de la chaussure y sont représentés. Un lieu où l'on peut découvrir des modèles de chaussures insolites, au sein d'une collection de {{formatnum:2700}} chaussures, des outils et des dizaines de machines. Afin de faciliter la visite dans la partie technique, six bornes interactives ont été installées à partir de la saison 2019. Ces bornes retracent les étapes de fabrication d'une chaussure, en présentant à chaque fois un court film avec un témoin, un jeu numérique et un dispositif à manipuler<ref>Ouest-France (Marie-Anne Salvat), ''Les Mauges. Des bornes interactives au musée des Métiers de la chaussure'', 21 mars 2019</ref>
+
En parallèle de l'exposition permanente, le musée monte des expositions temporaires {{abréviation|in situ|In situ, sur place.}} et participe à des expositions extérieures en prêtant ses collections<ref name="musee-mediation" />.
 
 
En parallèle de l'exposition permanente, le musée monte des expositions temporaires in situ et participe à des expositions extérieures en prêtant ses collections.
 
 
 
En 2015 et 2016, l'établissement présente une exposition temporaire, ''1940-1944 : se chausser sous l'occupation''<ref>Ouest-France, ''Se chausser sous l'Occupation, exposition prolongée'', 25 février 2016</ref>, qui fera l'objet d'un ouvrage.
 
 
 
En 2017, le musée axe son exposition sur la création et les innovations en exposant travaux et prototypes du BTS "Chaussure et maroquinerie" du Lycée de la Mode de Cholet.
 
 
 
En 2018, il accueille une exposition de Sèvremoine consacrée au travail des femmes pendant la période 1914-1818, dans le cadre du centenaire de la fin de cette guerre<ref>Ouest-France, ''Saint-André-de-la-Marche. Pour le musée de la Chaussure, la saison repart'', 25 février 2018</ref>, puis il enchaîne avec l'exposition "les 70's : Styles et Provoc'.
 
  
En 2019, le musée accueille les photographies d'Hélène Cayeux "Au contact de la machine", exposition créée par le Centre d'Histoire du Travail de Nantes (CHT).
+
En 2015 et 2016, l'établissement présente une exposition temporaire, ''1940-1944 : se chausser sous l'occupation''<ref>Ouest-France, ''Se chausser sous l'Occupation, exposition prolongée'', 25 février 2016</ref>, qui fera l'objet d'un ouvrage. L'année suivante, le musée axe son exposition sur la création et les innovations en exposant travaux et prototypes du BTS Chaussure et maroquinerie du [[Lycée Cholet Fernand Renaudeau|lycée de la Mode]] de Cholet. En 2018, il accueille une exposition de Sèvremoine consacrée au travail des femmes pendant la période 1914-1818, dans le cadre du centenaire de la fin de cette guerre<ref>Ouest-France, ''Saint-André-de-la-Marche. Pour le musée de la Chaussure, la saison repart'', 25 février 2018</ref>, puis enchaîne avec l'exposition ''les 70's : Styles et Provoc''. Ensuite, en 2019, l'établissement accueille les photographies d'Hélène Cayeux ''Au contact de la machine'', exposition créée par le Centre d'histoire du travail de Nantes (CHT)<ref name="musee-mediation" />.
  
En 2020, il ouvre sa saison avec l'exposition "Spectaculaire ! La chaussure entre en scène...", qui met en scène des collection de chaussures créées pour le spectacle et le cinéma, dont celles de La Maison Clairvoy, bottier parisien, fournisseur de cabarets, cirques et troupes parisiennes<ref>Le Courrier de l'Ouest (Yves Boiteau), ''Sèvremoine. Une réouverture « Spectaculaire ! » au musée de la Chaussure'', 8 mars 2020</ref>.
+
Le musée ouvre sa saison 2020 avec l'exposition ''Spectaculaire ! La chaussure entre en scène…'', qui met en scène des collections de chaussures créées pour le spectacle et le cinéma, dont celles de la maison Clairvoy, bottier parisien, fournisseur de cabarets, cirques et troupes parisiennes<ref>Le Courrier de l'Ouest (Yves Boiteau), ''Sèvremoine. Une réouverture « Spectaculaire ! » au musée de la Chaussure'', 8 mars 2020</ref>.
  
== Animations ==  
+
== Animations ==
 +
Durant les vacances scolaires (zone B, académie de Nantes), des ateliers pour les enfants sont proposés<ref>Ouest-France, ''Près de Cholet. Au musée de la chaussure, fabriquer sandales et mocassins'', 8 août 2019</ref> ; ateliers ''Les P'tits cordonniers'', sandalettes pour les 6-11 ans et mocassins pour les 8-13 ans<ref name="musee-mediation" />.
  
Durant les vacances scolaires (zone B), des ateliers pour les enfants sont proposés<ref>Ouest-France, ''Près de Cholet. Au musée de la chaussure, fabriquer sandales et mocassins'', 8 août 2019</ref>.
+
En juillet et août, des visites guidées sont proposées tous les jours, du mardi au samedi pour les particuliers. Pour les groupes, le musée est accessible toute l'année sur rendez-vous.
"Les P'tits cordonniers" : atelier "sandalette" pour les 6-11 ans et atelier "mocassin" pour les 8-13 ans (sur réservation).
 
  
En juillet et août, des visites guidées sont proposées tous les jours, du mardi au samedi à 15h pour les particuliers (sans réservation, tarifs d'entrée habituels).
+
Le Musée des métiers de la chaussure participe aux événements nationaux comme la Nuit européenne des musées ou les Journées européennes du patrimoine.
Pour les groupes, le musée est accessible toute l'année sur RDV (groupes + 15 personnes).
 
  
Le musée participe aux événements nationaux comme la Nuit des Musée ou les Journées Européennes du Patrimoine.
+
<gallery mode="packed" heights="150px">
 +
saintandredelamarche_museechaussure_interieur_2020a.jpg|Vue intérieure du musée de la chaussure
 +
Fichier:Saintandredelamarche museechaussure accueil musée - photo OlivierRahard.jpg|Vue intérieure du musée <br><small>(© Olivier Rahard)</small>
 +
Fichier:Saintandredelamarche museechaussure visite guidée - photo OlivierRahard.jpg|Visite guidée <br><small>(© Olivier Rahard)</small>
 +
Fichier:Saintandredelamarche museechaussure borne 6 - photo OlivierRahard.jpg|Borne interactive <br><small>(© Olivier Rahard)</small>
 +
</gallery>
  
 
== L'association ==
 
== L'association ==
 +
Afin de sauvegarder le patrimoine matériel et immatériel de l'activité artisanale et industrielle de la chaussure, d'anciens professionnels s'associent au début des années 1990 pour constituer une mémoire et transformer un ancien atelier de fabrication en musée. Des travaux de restauration de l'ancienne usine Morinière-Ripoche<ref name="IA49010559" />, en activité de 1919 à 1990, sont ensuite entrepris par la commune de Saint-André-de-la-Marche. L'association constitue parallèlement une collection de machines, outils, chaussures et documents sur la thématique de la chaussure qui s'étoffe par le biais d'achats ou de dons de particuliers et d'entreprises.
  
En 1992, d'anciens professionnels de la chaussure, soucieux de sauvegarder le patrimoine matériel et immatériel de ce milieu, souhaitent transformer un ancien atelier de fabrication en un lieu de mémoire.
+
L'association du Musée des métiers de la chaussure compte en 2019 une quarantaine de membres. Beaucoup sont d'anciens ouvriers ou patrons de l'industrie de la chaussure. Chacun, avec son expérience, apporte son aide dans le fonctionnement du musée : les techniciens assurent la maintenance des machines, les commerciaux entretiennent les liens avec les usines en activité, les cordonniers apportent leurs conseils techniques, et certains assurent les visites guidées<ref>Musée des Métiers de la Chaussure, ''Histoire de l'association'', 2012-2020</ref>.
De 1992 à 1995, une association de préfiguration est créée pour réfléchir à la fois au contenu et à la présentation des différents éléments de ce musée.
 
Pendant que les travaux de restauration de l'ancienne usine Morinière-Ripoche (1919-1990) sont entrepris par la commune de St André de la Marche, des commissions sont mises en place : mémoire, matériel, animation.
 
Les institutions ainsi que les personnes compétentes et motivées furent sollicitées.
 
 
 
L'association du Musée des Métiers de la Chaussure compte aujourd'hui une quarantaine de membres dont une dizaine de bénévoles actifs. Tous sont passionnés et beaucoup sont d'anciens ouvriers ou patrons de l'industrie de la chaussure.
 
Chacun avec son expérience apporte son aide dans le fonctionnement du musée: les techniciens assurent la maintenance des machines, les commerciaux entretiennent les liens avec les usines en activité, les cordonniers apportent leurs conseils techniques, et certains assurent les visites guidées ainsi que la trésorerie.
 
 
 
L'association possède une collection de machines, outils, chaussures et documents sur la thématique de la chaussure qui ne cesse de s'étoffer par le biais d'achats mais également grâce aux dons de particuliers et d'entreprises.
 
 
 
Le musée ne pourrait continuer de vivre sans le généreux concours de la collectivité et de mécénats d'entreprises qui permettent chaque année d'appuyer financièrement l'association qui gère la structure.
 
 
 
''Reconnue d'intérêt général, l'association délivre à tout bienfaiteur et adhérent un reçu fiscal ouvrant droit à une réduction d'impôt à hauteur de 66% du don déposé.''
 
  
 
== Fonds documentaire ==
 
== Fonds documentaire ==
 +
Le Musée des métiers de la chaussure possède un fonds documentaire catalogué sous la codification Dewey : 670 ouvrages et 500 périodiques portant sur des thématiques spécialisées, en français et langues étrangères (mode, histoire locale, techniques de fabrication, revues spécialisées…). Le catalogue est consultable sur le site des [[Bibliothèque de Saint-Macaire-en-Mauges|bibliothèques de Sèvremoine]]<ref>Réseau des bibliotheques Sèvremoine, avril 2020</ref>.
  
Le Musée des Métiers de la Chaussure possède un riche fonds documentaire catalogué sous la codification Dewey : 670 ouvrages et les 500 périodiques portant sur des thématiques spécialisées, en français et langues étrangères (mode, histoire locale, techniques de fabrication, revues spécialisées...). Le catalogue est consultable sur le site des bibliothèques de Sèvremoine : https://bibliotheques.moineetsevre.fr
+
== Étapes de fabrication ==
 
+
Les étapes de fabrication d'une chaussure<ref name="musee-mediation" /> :
== Les métiers de la chaussure ==
+
* Bureau d'étude (dessin sur forme, relevé du modèle et développement des morceaux, découpe du prototype et mise au point finale après validation).
 
+
* Graduation des pointures.
- Bureau d’étude (dessin sur forme, relevé du modèle et développement des morceaux, découpe du prototype et mise au point finale après validation)
+
* Atelier coupe et préparation piqûre (tri du cuir pour le dessus et la doublure, découpe à la main ou à la presse, parage et refente si nécessaire).
 
+
* Compostage et brûlage (pointure, code, marque…).
- Graduation des pointures
+
* Piqûre (assemblage à plat, jointure, piqûre décor, mise sur doublure, claquage).
 
+
* Sortie de piqûre et salle de mariage : pose des renforts (bout dur, contrefort), préparation des composants (première de montage, semelle d'usure…).
- Atelier coupe et préparation piqûre (tri du cuir pour le dessus et la doublure, découpe à la main ou à la presse, parage et refente si nécessaire)
+
* Montage (mise sur forme de la tige (à la pointe, à la colle) / piqûre pour les fabrications cousues, cardage du cuir et encollage tige et semelle, soudage, arrachage des formes et clouage  du talon).
 
+
* Finissage (pose de première de propreté ou « douillette », divers étiquettes (composition, marque…), lustrage, contrôle final et mise en boite).
- Compostage et brûlage (pointure, code, marque…)
 
 
 
- Piqûre (assemblage à plat, jointure, piqûre décor, mise sur doublure, claquage)
 
 
 
- Sortie de piqûre et salle de mariage : pose des renforts (bout dur, contrefort), préparation des composants (première de montage, semelle d’usure..)
 
 
 
- Montage (mise sur forme de la tige (à la pointe, à la colle) / piqûre pour les fabrications cousues, cardage du cuir et encollage tige et semelle, soudage, arrachage des formes et clouage  du talon)
 
 
 
- Finissage (pose de première de propreté ou « douillette », divers étiquettes (composition, marque…), lustrage, contrôle final et mise en boite)
 
 
 
  
 
== Notes ==
 
== Notes ==
Ligne 124 : Ligne 98 :
 
[[Catégorie:Musée|chaussure de Saint-Andre-de-la-Marche, Musee des metiers de la]]
 
[[Catégorie:Musée|chaussure de Saint-Andre-de-la-Marche, Musee des metiers de la]]
 
[[Catégorie:Saint-André-de-la-Marche]]
 
[[Catégorie:Saint-André-de-la-Marche]]
 
== Logo ==
 
 
[[Fichier:Logo Musée des Métiers de la Chaussure.jpeg|vignette|Logo Musée des Métiers de la Chaussure]]
 
 
== Iconographie ==
 
[[Fichier:Extérieur musée chaussure 2016.jpeg|vignette|Vue extérieure du bâtiment du Musée des Métiers de la Chaussure, ancienne usine Morinière-Ripoche.]]
 

Version actuelle datée du 25 avril 2020 à 05:43

Musée des métiers de la chaussure
Logo du musée.
Thème Accessoire de mode
Contenus Industrie de la chaussure
Localité Saint-André-de-la-Marche
Administration ass. Musée de la chaussure
Agenda du Maine-et-Loire (49)
Loisirs et culture
Liste des musées
Agenda
Ajouter une salle ou un musée

Le Musée des métiers de la chaussure est un établissement patrimonial angevin situé à Saint-André-de-la-Marche, sur la commune de Sèvremoine en Maine-et-Loire. Il présente l'histoire et l'originalité de l'industrie de la chaussure.


Histoire du musée

Vue extérieure du bâtiment du musée de la Chaussure, ancienne usine Morinière-Ripoche.
Vue extérieure du musée, ancienne usine Morinière-Ripoche.

D'anciens ouvriers de la chaussure engagent en 1992 une réflexion pour sauvegarder le patrimoine de cette industrie. S'ensuit l'installation d'un musée en 1995 dans l'ancienne usine Morinière-Ripoche[1] de Saint-André-de-la-Marche, 6 rue Saint-Paul[2]. Les locaux sont repris en décembre 2015 par la nouvelle commune de Sèvremoine lors de sa constitution, Saint-André-de-la-Marche devenant une commune déléguée[3].

Le Musée des métiers de la chaussure est un musée technique, témoin de l'activité industrielle. Il abrite une centaine de machines, datant de 1880 à 1970, permettant d'expliquer les étapes de fabrication d'une chaussure, ainsi qu'une collection de plus de 3 000 chaussures et des archives. Des machines y sont encore en fonctionnement[2].

L'association du musée de la chaussure assure la gestion du site, les visites techniques et l'entretien des machines[2]. Deux salariées accompagnent l'association sur les missions de conservation et de valorisation, menant un travail de fond (inventaire, montage des expositions, prêts, publications) et un travail de médiation (programmation, animations, visites guidées).

Dans le cadre de son programme de conservation et de valorisation du patrimoine industriel, la commune de Sèvremoine accompagne scientifiquement et financièrement le musée. Ainsi, l'association et la collectivité mènent ensemble des actions avec la volonté de professionnaliser le site, incluant la reprise des postes salariés depuis 2018, le financement de campagnes de collecte de mémoire, l'aide à l'inventaire des collections et des archives, le catalogage du fonds documentaire, la création d'un parcours d'interprétation ou encore la mise en place de bornes interactives dans le parcours de visite[4].

À noter qu'on trouve également un musée de la chaussure dans la Drôme, à Romans-sur-Isère.

Expositions

Photographie d'objets du musée.

Le musée de la chaussure retrace 130 ans d'histoire artisanale et industrielle dédiée à la fabrication de cet accessoire qui révolutionna l'industrie choletaise. Il occupe une ancienne fabrique[1] et témoigne des installations d'usines à la campagne, très répandues dans les Mauges. Le sabotier, le cordonnier, la fabrication industrielle (de la création à la finition)… de nombreux métiers de la chaussure y sont représentés. Le lieu permet la découverte de modèles de chaussures insolites, au sein d'une collection de plusieurs milliers de chaussures, d'outils et de dizaines de machines. Afin de faciliter la visite dans sa partie technique, six bornes interactives ont été installées à partir de la saison 2019. Ces bornes retracent les étapes de fabrication d'une chaussure, en présentant à chaque fois un court film avec un témoin, un jeu numérique et un dispositif à manipuler[5].

En parallèle de l'exposition permanente, le musée monte des expositions temporaires in situ et participe à des expositions extérieures en prêtant ses collections[4].

En 2015 et 2016, l'établissement présente une exposition temporaire, 1940-1944 : se chausser sous l'occupation[6], qui fera l'objet d'un ouvrage. L'année suivante, le musée axe son exposition sur la création et les innovations en exposant travaux et prototypes du BTS Chaussure et maroquinerie du lycée de la Mode de Cholet. En 2018, il accueille une exposition de Sèvremoine consacrée au travail des femmes pendant la période 1914-1818, dans le cadre du centenaire de la fin de cette guerre[7], puis enchaîne avec l'exposition les 70's : Styles et Provoc. Ensuite, en 2019, l'établissement accueille les photographies d'Hélène Cayeux Au contact de la machine, exposition créée par le Centre d'histoire du travail de Nantes (CHT)[4].

Le musée ouvre sa saison 2020 avec l'exposition Spectaculaire ! La chaussure entre en scène…, qui met en scène des collections de chaussures créées pour le spectacle et le cinéma, dont celles de la maison Clairvoy, bottier parisien, fournisseur de cabarets, cirques et troupes parisiennes[8].

Animations

Durant les vacances scolaires (zone B, académie de Nantes), des ateliers pour les enfants sont proposés[9] ; ateliers Les P'tits cordonniers, sandalettes pour les 6-11 ans et mocassins pour les 8-13 ans[4].

En juillet et août, des visites guidées sont proposées tous les jours, du mardi au samedi pour les particuliers. Pour les groupes, le musée est accessible toute l'année sur rendez-vous.

Le Musée des métiers de la chaussure participe aux événements nationaux comme la Nuit européenne des musées ou les Journées européennes du patrimoine.

L'association

Afin de sauvegarder le patrimoine matériel et immatériel de l'activité artisanale et industrielle de la chaussure, d'anciens professionnels s'associent au début des années 1990 pour constituer une mémoire et transformer un ancien atelier de fabrication en musée. Des travaux de restauration de l'ancienne usine Morinière-Ripoche[1], en activité de 1919 à 1990, sont ensuite entrepris par la commune de Saint-André-de-la-Marche. L'association constitue parallèlement une collection de machines, outils, chaussures et documents sur la thématique de la chaussure qui s'étoffe par le biais d'achats ou de dons de particuliers et d'entreprises.

L'association du Musée des métiers de la chaussure compte en 2019 une quarantaine de membres. Beaucoup sont d'anciens ouvriers ou patrons de l'industrie de la chaussure. Chacun, avec son expérience, apporte son aide dans le fonctionnement du musée : les techniciens assurent la maintenance des machines, les commerciaux entretiennent les liens avec les usines en activité, les cordonniers apportent leurs conseils techniques, et certains assurent les visites guidées[10].

Fonds documentaire

Le Musée des métiers de la chaussure possède un fonds documentaire catalogué sous la codification Dewey : 670 ouvrages et 500 périodiques portant sur des thématiques spécialisées, en français et langues étrangères (mode, histoire locale, techniques de fabrication, revues spécialisées…). Le catalogue est consultable sur le site des bibliothèques de Sèvremoine[11].

Étapes de fabrication

Les étapes de fabrication d'une chaussure[4] :

  • Bureau d'étude (dessin sur forme, relevé du modèle et développement des morceaux, découpe du prototype et mise au point finale après validation).
  • Graduation des pointures.
  • Atelier coupe et préparation piqûre (tri du cuir pour le dessus et la doublure, découpe à la main ou à la presse, parage et refente si nécessaire).
  • Compostage et brûlage (pointure, code, marque…).
  • Piqûre (assemblage à plat, jointure, piqûre décor, mise sur doublure, claquage).
  • Sortie de piqûre et salle de mariage : pose des renforts (bout dur, contrefort), préparation des composants (première de montage, semelle d'usure…).
  • Montage (mise sur forme de la tige (à la pointe, à la colle) / piqûre pour les fabrications cousues, cardage du cuir et encollage tige et semelle, soudage, arrachage des formes et clouage du talon).
  • Finissage (pose de première de propreté ou « douillette », divers étiquettes (composition, marque…), lustrage, contrôle final et mise en boite).

Notes

Infos pratiques - Musée des métiers de la chaussure

• Situation : 6 rue Saint-Paul, Saint-André-de-la-Marche, 49450 Sèvremoine.
• Téléphone : 02 41 46 35 65.
• Courriel : museechaussure.
• Site web : métiers de la chaussure.

Bibliographie

• Sandy Antelme (préface Dominique Veillon), Se chausser sous l'Occupation, 1940-1944, publ. à l'occasion de l'exposition organisée par le Musée des métiers de la chaussure (mars-octobre 2016), éd. Libel, 2016 (ISBN 978-2-917659-51-9)

Sur le même sujet

Maroquinerie de luxe Hofica
Musée du textile et de la mode de Cholet
Lycée de la Mode
Liste des musées de Maine-et-Loire

Sources et annotations

  1. a, b et c Notice IA49010559, sur le site du patrimoine du Conseil régional des Pays de la Loire (Achard Hélène), 2010
  2. a, b et c Musée des Métiers de la Chaussure, Histoire de l'association, 2012-2020
  3. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral n° DRCL-BCL-2015-60, du 5 octobre 2015
  4. a, b, c, d et e Médiation culturelle du musée, avril 2020
  5. Ouest-France (Marie-Anne Salvat), Les Mauges. Des bornes interactives au musée des Métiers de la chaussure, 21 mars 2019
  6. Ouest-France, Se chausser sous l'Occupation, exposition prolongée, 25 février 2016
  7. Ouest-France, Saint-André-de-la-Marche. Pour le musée de la Chaussure, la saison repart, 25 février 2018
  8. Le Courrier de l'Ouest (Yves Boiteau), Sèvremoine. Une réouverture « Spectaculaire ! » au musée de la Chaussure, 8 mars 2020
  9. Ouest-France, Près de Cholet. Au musée de la chaussure, fabriquer sandales et mocassins, 8 août 2019
  10. Musée des Métiers de la Chaussure, Histoire de l'association, 2012-2020
  11. Réseau des bibliotheques Sèvremoine, avril 2020