Doué-en-Anjou

De Wiki-Anjou
Doué-en-Anjou
Logo de la commune.
Département Maine-et-Loire
Territoire Saumurois
Arrondissement arr. de Saumur
Canton cant. de Doué-la-Fontaine
Intercommunalité ca Saumur Val de Loire
Code Insee, postal 49125, 49700
Habitants Les Douessin(e)s
Données locales altitudes, coordonnées, exploitations, populations, secteurs, superficies
Site web Site officiel
Situation dans le département

Situer sur OpenStreetmap

Doué-en-Anjou est une commune de l'ouest de la France qui se situe dans le département de Maine-et-Loire (49), dans le Saumurois, au nord-ouest de Montreuil-Bellay.


Situation administrative

La commune a été créée le 30 décembre 2016 du regroupement des anciennes communes de Brigné, Concourson-sur-Layon, Doué-la-Fontaine, Forges, Meigné, Montfort, Saint-Georges-sur-Layon et Les Verchers-sur-Layon. Son siège est fixé à celui de l'ancienne commune de Doué-la-Fontaine[1].

Doué-en-Anjou est membre de la communauté d'agglomération de Saumur-Val-de-Loire, et se trouve dans le canton de Doué-la-Fontaine et l'arrondissement de Saumur.

Son code commune (Insee) est 49125 et son code postal est 49700 (Brigné, Concourson-sur-Layon, Doué-la-Fontaine, Forges, Meigné, Montfort, Saint-Georges-sur-Layon et Les Verchers-sur-Layon). Ses habitants se nomment les Douessins.

Mairie : 16 place de Jean Bégault, Doué-la-Fontaine, 49700 Doué-en-Anjou (tél. 02 41 83 11 83, courriel doueenanjou).

Histoire et patrimoine

Brigné : chapelle Sainte-Suzannele château de Maurepart (MH), église Saint-Aubin, menhir de la Pierre Couchée, mines de houille (1858-1866) et four à chaux détruit en 1842, moulins le Perrochet et des Trois Chopines, oratoire Saint-Jean[2].

Concourson-sur-Layon : cabanes de vignerons, église Saint-Hilaire, plusieurs moulins dont le moulin à vent des Bleuces (MH), manoir de la Seigneurie, mines de houille, prieuré de Bénédictins Saint-Martin[2].

Doué-la-Fontaine : arènes, cathédrales troglo des Perrières, chapelle Saint-Gilles, château de Soulanger (MH), ruines de l'église Saint-Denis (MH), fontaines, fours à chaux, maisons d'horticulteurs, manoir dit la Cour de Douces, manoir de la Crilloire, manoir de la Galonnière ou du Petit Riou, manoir de la Saulaie, restes d'une motte féodale et d'un donjon (MH), moulin à vent de Douces, moulin à blé dit Moulin Cartier, sablière[2].

Forges : cabanes de vignerons, église Saint-Laurent (MH), maisons de Forges, motte de la cour de Forges[2].

Meigné : château la Bretaudière, château la Tremblaye, église Saint-Pierre (MH), souterrain refuge de Mazières[2].

Montfort : église Saint-Hilaire, moulins à vent des Coudreaux, dont l'un est semi troglodytique, moulins de la Mouche[2].

Saint-Georges-sur-Layon : château des Mines, église Saint-Georges, manoir de Châtelaison (MH), moulin du Layon, prieuré de Bénédictins[2].

À voir à Les Verchers-sur-Layon : plusieurs cabanes de vigneron du XIXe siècle, chapelle Notre-Dame Saint-Jean, château de Bellevue, château de Bussy Fontaines et son domaine, château d'Échuilly (MH), château de Varenne, ancienne commanderie de templiers (MH), église Saint-Jean-Baptiste à la Commanderie, église Saint-Just, prieuré de Bénédictins l'Abbaye[2].

Capitale des roses

Les pépinières et les roseraies se développent à Doué au XVIIIe siècle[3]. Dans les années 1970 la production annuelle de rosiers est d'environ 3,5 millions de plants[4], et au début du XXIe siècle entre cinq et sept millions de rosiers par an[5],[6], ce qui en fait le premier centre de production de plants de rosiers en Europe.

À voir :

  • Chemins de la rose, roseraie située au parc de Courcilpleu, jardin à l'anglaise sur 4 hectares à Doué ;
  • En juillet, Journées de la Rose, exposition florale se déroulant dans les arènes de Doué.

Loisirs et culture

Présence à Doué-en-Anjou de plusieurs équipements culturels : un théâtre, des bibliothèques, un cinéma et une école intercommunale de musique[7]. On y trouve également plusieurs sites à visiter comme[8] : le Bioparc zoo, le musée Aux anciens commerces, le site des Perrières, constitué de galeries souterraines (troglodytes).

Espace et territoire

Doué-en-Anjou se situe au sud-ouest de Saumur. Elle s'étend sur 148,55 km² (14 855 hectares) et son altitude varie de 39 à 109 mètres[9]. Son territoire se situe dans le périmètre du parc naturel Loire-Anjou-Touraine, et les zones de la Plaine de Douces et les pelouses et landes sèches des Coteaux du Layon sont classées espace naturel sensible (ENS)[10].

Notes

Sources et annotations

  1. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral DRCL-BSFL-2016-123 du 23 septembre 2016, portant création de la commune nouvelle de Doué-en-Anjou — Voir création de la nouvelle commune de Doué-en-Anjou (2016).
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Ministère de la Culture, Base Mérimée, 2012
  3. Pépinières et roseraies au XVIIIe siècle, voir Joseph François Foullon.
  4. Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 2, édition révisée par Jacques Levron, Pierre d'Herbécourt et Cécile Souchon, éd. H. Siraudeau, 1978, p. 56
  5. Ouest-France Entreprises, Cette cité produit cinq millions de rosiers par an, 11 juillet 2014 (cinq millions de rosiers)
  6. Ouest-France, Doué-la-Fontaine. La fête aux cent mille roses dans les caves troglo, 12 juillet 2015 (sept millions de rosiers)
  7. Mairie de Doué-la-Fontaine, Vie culturelle, novembre 2016
  8. Office de tourisme de Doué-la-Fontaine et sa région, Sites à visiter, novembre 2016
  9. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC), données 2014 actualisées (altitude, superficie)
  10. Espaces naturels sensibles de Maine-et-Loire, 2018


Institut national de la statistique et des études économiques

téléphone

Monument historique, bâtiment ou objet inscrit ou classé

kilomètres carrés

numéro

tome

page

Institut national de l'information géographique et forestière