Corzé

De Wiki-Anjou
Corzé
Département Maine-et-Loire
Territoire Baugeois
Arrondissement arr. d'Angers
Canton cant. d'Angers-6
Intercommunalité cc Anjou Loir et Sarthe
Code Insee, postal 49110, 49140
Habitants Les Corzéen(ne)s
Données locales altitudes, coordonnées, populations, superficies
Site web site officiel
Situation dans le département

Situer sur OpenStreetmap

Corzé est une commune de l'ouest de la France qui se situe dans le département de Maine-et-Loire (49), à l'est de Soucelles et de Villevêque, et au sud-ouest de Seiches-sur-le-Loir.


Situation administrative

La commune de Corzé est membre de la communauté de communes Anjou-Loir-et-Sarthe (CCALS), après disparition de celle du Loir, et se trouve dans le canton de d'Angers-6 (av. 2015 Seiches-sur-le-Loir) et l'arrondissement d'Angers (av. 1926 Baugé)[1].

Son code commune (Insee) est 49110 et son code postal est 49140. Les habitants se nomment les Corzéens et les Corzéennes[2]. Sa population est de 1 520 habitants en 1999 et de 1 841 en 2017[3]. La commune appartient à l'Aire d'attraction des villes d'Angers, à la Zone d'emploi d'Angers et au bassin de vie de Seiches-sur-le-Loir[1].

Mairie : 4 rue du Commerce, 49140 Corzé (tél. 02 41 18 56 30, courriel corze).

Histoire et patrimoine

La présence de dolmens, dont ne subsiste que celui du bois de la Pidoucière, et de haches en pierre polie indiquent une occupation très ancienne. On y trouve également les traces d'une occupation gallo-romaine. Au Moyen Âge, le village est constitué avant le Xe siècle. Il se développe en bordure du Loir. La seigneurie appartient au XVe siècle au seigneur de Jarzé. Au XVIIIe, Corzé relève judiciairement pour partie du présidial d'Angers et pour l'autre de celui de Baugé, et dépend de l'élection d'Angers[4],[5].

Patrimoine architectural[6],[4] :

  • Ancienne abbaye de Chaloché (inscrite MH), des XIIe et XVIIe siècles, également sur commune de Chaumont-d'Anjou) ;
  • Le château d'Ardannes ;
  • Le dolmen du bois de la Pidoucière (inscrit MH) ;
  • L'église Saint-Germain, des XVIIIe (chœur) et XIXe siècles (nef) ;
  • Le moulin à eau sur le Loir, dit moulin de la Motte, du XIXe siècle.
Photographie des bords du Loir.

Loisirs et culture

La bibliothèque municipale de Corzé compte en 2020 plus de 5 000 livres et documents (BD, romans, policiers, documentaires) complétés par des ouvrages du Bibliopôle[7],[8].

L'Association culturelle propose différents ateliers comme l'informatique, l'œnologie, la peinture et le dessin. On y trouve aussi la section tarot de l'Intrépide, l'association Familles rurales de Corzé et un comité des fêtes[9].

On pratique la boule de fort à la société de l'Épinière[10].

Marais du Loir

Les marais de Corzé ont été asséchés au XIXe siècle[11],[12],[13]. Ils accueillent des ragondins et des canards sauvages, et comprennent des salicaires et des roseaux[14].

Marais du Loir au XIXe siècle

Desvaux en fait mention en 1834[15] : « Les Marais de Corzé, à 5 kilomètres nord-ouest d'Angers, ont diminué sensiblement d'étendue, même depuis un petit nombre d'années ; une très petite partie conservant véritablement le caractère de marais inabordable en tous temps. Le fond de ce marais renferme beaucoup d'arbres et même d'un très gros diamètre. Nous avons une maison dont toute la charpente, y compris les grosses poutres, était faite de troncs d'arbres tirés de ces marais ; seulement, en les écarrissant, on avait eu le soin d'enlever une épaisse couche de bois carbonisé et passé presque à l'état de jayet. Le cœur de l'arbre avait conservé la couleur de bois, et nous avons reconnu du chêne et de l'aune. On nomme aussi ces marais la Varenne.

Sur la rive gauche du Loir, entre Briollay et Villevêque, il y a une étendue de marais qui est abordable seulement en été, pour y faire la récolte de très mauvais foins. Leur étendue n'est pas de moins de 7 kilomètres, sur une largeur moyenne de 800 mètres. »

Quelques années plus tard, en 1864, de La Turtaudière en fait également mention[13] : « Marais du Loir : Le Loir sous ce rapport ne nous présentera que deux localités : 1° le marais de Corzé, situé sur la commune de ce nom, près de la rivière et à 17 kilom. d'Angers. La majeure partie de ce marais donne de gros foin, employé néanmoins à la nourriture des bêtes à cornes ; mais l'autre portion conservant toujours une partie de ses eaux, présente plus que tout le reste le caractère attaché à cette désignation.

Parmi les marais de ce département, ceux de Corzé doivent être cités d'une manière tout exceptionnelle, à raison du fait géologique qui les concerne : nous voulons parler d'un dépôt d'arbres qu'ils recèlent dans leur sein, de chênes entiers enfouis, et on ne sait depuis combien de temps. Déjà quelques-uns de ces arbres, retirés du gisement qui leur est propre, ont été employés pour la bâtisse. Ces arbres, par leur séjour prolongé dans ces marais, avaient acquis dans leur bois la couleur plus ou moins foncée de l'ébène ; et leur enfouissement pouvant être expliqué géologiquement (...).

2° Sur la rive gauche encore de la même rivière, entre Villevêque et Briollay, se présentent des prairies marécageuses plutôt que de véritables marais, et d'une étendue assez considérable pour avoir été remarquées. Elles produisent d'ailleurs des foins employés à la nourriture des bêtes à cornes. »

Espace et territoire

La commune rurale de Corzé s'étend sur 31,49 km2 (3 149 hectares) et son altitude varie de 15 à 68 mètres[16]. Son territoire se partage entre les Basses vallées angevines et le plateau du Baugeois[17]. Le bourg est construit sur le bord du Loir, qui, venant de la commune voisine de Seiches, traverse la commune et en marque sa limite Nord[18],[19],[4].

Randonnées : Les Basses vallées angevines[20], zone classée espace naturel sensible (ENS)[21].

Notes

  1. a et b Insee, Géographie administrative et d'étude - Corzé (49110), 2020
  2. Mairie de Corzé, Le trait d'union", bulletin d'information de la commune, janvier 2012, p. 3
  3. Population de Maine-et-Loire (1999, 2017)
  4. a, b et c Célestin Port (révisé par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. I (A-C), H. Siraudeau et Cie (Angers), 1965, 2e éd. (1re éd. 1874), p. 813-815
  5. Michel Gruet, Dolmens angevins à portique, dans Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 53, no 7-8, 1956, p. 397-401
  6. Ministère de la Culture, Patrimoine architectural base Mérimée (Corzé), septembre 2012
  7. Mairie de Corzé, Bibliothèque Municipale, octobre 2020
  8. Le Courrier de l'Ouest, Corzé. La bibliothèque municipale a rouvert, 4 décembre 2020
  9. Mairie de Corzé, Association loisirs, 2020-2021
  10. Le Courrier de l'Ouest, Corzé. Le jeu de l'Épinière refait en novembre, 8 octobre 2020
  11. Mairie de Corzé, Présentation de la commune, 2020-2021
  12. Guillaume Goury aîné, Marais de Corzé, dans Souvenirs polytechniques ou Recueil d'observations, mémoires et projets, tome premier, Carilian-Gœury éditeur (Paris), 1827, p. 274-279
  13. a et b Pierre-Aimé Millet de La Turtaudière, Marais, dans Indicateur de Maine et Loire, Libraire de Cosnier et Lachèse (Angers), 1864, p. 73-74
  14. Le Courrier de l'Ouest, Rives-du-Loir-en-Anjou. Une balade instructive dans les marais, 8 août 2020
  15. Auguste Nicaise Desvaux, Statistique de Maine et Loire, Première partie Statistique naturelle, Impr. L. Pavie (Angers), 1834, p. 110-111
  16. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC), données 2014 (altitude, superficie)
  17. Atlas des paysages de Maine et Loire, voir unités paysagères
  18. IGN et BRGM, Géoportail (Corzé 49), novembre 2012
  19. Le Loir (rivière), novembre 2012
  20. Basses vallées angevines (BVA), janvier 2012
  21. Espaces naturels sensibles de Maine-et-Loire, 2018


Institut national de la statistique et des études économiques

téléphone

Monument historique, bâtiment ou objet inscrit ou classé

bande dessinée

kilomètres

tome

Institut national de l'information géographique et forestière

Bureau de recherches géologiques et minières