Architecture angevine

De Wiki-Anjou
Patrimoine

L'architecture angevine est en grande partie liée aux ressources géologiques de la région, que ce soit pour l'ardoise ou le tuffeau.


Châteaux

L'histoire a façonné le paysage angevin. Foulques Nerra et les Plantagenêt en ont marqué son architecture.

Article détaillé Plus de détail sur les pages Monuments, Châteaux, Voutes Plantagenêt.

Édifices civils

Outre la prédominance de l'ardoise et du tuffeau, dans le Saumurois, on trouve en Anjou quelques particularités comme les troglodytes ou les clochers tors.

On y rencontre également de nombreux moulins.

Article détaillé Plus de détail sur les pages Moulins.

Édifices religieux

Le département compte de nombreuses églises, chapelles et croix de chemin, notamment dans la région des Mauges, sans compter plusieurs abbayes.

Au cours du XIIe siècle s'est développé l'architecture gothique angevine caractérisée par des voutes fortement bombées que l'on voir à la cathédrale d'Angers, l'hôpital Saint-Jean et l'abbaye Saint-Serge.

Article détaillé Plus de détail sur les pages Églises et chapelles, Gothique angevin.

Et puis

On compte également quelques particularités comme la maison d'Adam ou la maison bleue.

Un certain nombre d'édifices angevins ont obtenus le label Patrimoine du XXe siècle ; label du ministère de la Culture créé en 1999 et remplacé en 2016 par le dispositif Architecture contemporaine remarquable[1],[2]. Ce label avait pour objet d'identifier les constructions protégées ou non au titre des Monuments historiques ayant un intérêt architectural et urbain. Il concernait en Maine-et-Loire[3],[1] :

  • Angers
    • Maison Clairière (1961, Yves Moignet architecte) ;
    • Bibliothèque municipale (1975-1978, Philippe Mornet architecte) ;
    • Compagnie française d'aviation (1938, Ernest Bricard architecte) ;
    • L'ensemble kalouguine (1971, Vladimir Kalouguine architecte) ;
    • Les Galeries Lafayettes, anciennement Nouvelles Galeries (1926-1929) - Auguste Martin (architecte) ;
  • Ingrandes-sur-Loire
    • Église (1954-1956, Frédéric le Sénécal architecte) ;
  • Nyoiseau
    • Ancien carreau de mine Bois III (1932) ;
  • Saint-Barthélémy-d'Anjou
    • Les Blockhaus du château de Pignerolle (1943) ;
  • Saumur

Notes

Bibliographie

• Dominique Amouroux et Bruno Letellier, Georges Pappas : Trois architectures pour l'Anjou, Éditions Imago, 2017 (ISBN 2-914177-11-9)
• Yves Blomme, Anjou gothique, Picard, 1998 (ISBN 2-7084-0543-8)
• Jacques Boisléve, Les vitraux vendéens et les maîtres verriers angevins, Hérault, 1987
• Jo Coutant, Le patrimoine ardoisier trélazéen et angevin, Université d'Angers, 2003
• Michel Dillange, L'architecture angevine, 1970
• F. Morisot, H. Guillaume et M.-C. Lanta, Au fil de la Loire : des paysages et de l'architecture, Le Lou du lac, 1999
• P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951

Sur le même sujet

Édifices angevins du XIe siècle
Liste des châteaux de Maine-et-Loire
Liste des églises et chapelles de Maine-et-Loire
Liste des moulins de Maine-et-Loire
Patrimoine angevin

Sources et annotations

  1. a et b Ministère de la Culture (Drac Pays de la Loire), Labels et appellations en Anjou, 2016
  2. Décret 2017-433 du 28 mars 2017 relatif au label « Architecture contemporaine remarquable » pris en application de l'article L. 650-1 du code du patrimoine, JORF 0076 du 30 mars 2017, texte 51.
  3. Ministère de la Culture (DAC Martinique), Label Patrimoine du XXè siècle, 2015


numéro