Châtelais

De Wiki-Anjou
Châtelais
(commune déléguée)
Département Maine-et-Loire
Territoire Segréen
Commune Segré-en-Anjou Bleu
Note(s) Regroupement
du 15 décembre 2016
Situation dans le département

Situer sur OpenStreetmap

Aide à la rédaction
CompléterAideTémoigner

Châtelais est une commune de l'ouest de la France qui se situe dans le département de Maine-et-Loire (49), au nord-est de Bouillé-Ménard et au nord-ouest de L'Hôtellerie-de-Flée, en bordure du département de la Mayenne. Son territoire se trouve aux confins du Maine, de la Bretagne et de l'Anjou.

Ses habitants se nomment les Châtelaisien(ne)s.


Situation administrative

Un rapprochement intervient à la fin de 2016 avec la création de la commune nouvelle de Segré-en-Anjou Bleu issue du regroupement des communes de Aviré, Le Bourg-d'Iré, La Chapelle-sur-Oudon, Châtelais, La Ferrière-de-Flée, L'Hôtellerie-de-Flée, Louvaines, Marans, Montguillon, Noyant-la-Gravoyère, Nyoiseau, Sainte-Gemmes-d'Andigné, Saint-Martin-du-Bois, Saint-Sauveur-de-Flée et Segré. Châtelais devient une commune déléguée[1].

La commune fait partie jusqu'alors de la communauté de communes du canton de Segré, et se trouve dans le canton de Segré et l'arrondissement de Segré.

Son code commune (Insee) est 49081 et son code postal est 49520. Ses habitants sont appelés Châtelaisiens, Châtelaisiennes. Sa population est de 576 habitants en 1999 et de 668 en 2016[2].

Histoire et patrimoine

Le territoire est situé aux confins du Maine, de la Bretagne et de l'Anjou. L'ancien menhir de la Suzonnière et des pierres taillées trouvées près du village témoignent d'une occupation ancienne. Vers le IIe siècle, des Celtes implantent un camp fortifié (oppidum) sur une colline. Les Romains occupent ensuite le pays. La voie romaine, reliant Juliomagus (Angers) à Condate (Rennes) y passe. De l'époque mérovingienne, il reste des traces d'une nécropole comprenant une soixantaine de sarcophages. Des remparts sont édifiés autour de la cité dès le Moyen-Âge et un château est dressé. De part sa position stratégique sur la frontière Anjou-Bretagne (Marches de Bretagne), elle devient une place forte avec titre de châtellenie. C'est alors l'une des trente-deux villes fortifiées de l'Anjou. La cité est en partie détruite aux XVe (conflit franco-breton) et XVIe siècles (guerres de Religion). Au XVIIIe, Châtelais dépend de l'élection d'Angers, des aides de Château-Gontier et du grenier à sel de Craon[3],[4],[5],[6],[7].

Photographie du bourg.

Éléments du patrimoine[8] :

  • La chapelle Saint-Jacques, du XIXe siècle ;
  • Le château de Saint-Julien (oppidum (Âge du fer), puis prieuré de bénédictins (XVIIIe) dit prieuré de Saint-Julien-l'Ardent, puis château) ;
  • Le château du Chalonge, puis laiterie industrielle, puis ferme, des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ;
  • L'église Saint-Pierre, du XIXe siècle, la tour carrée est un vestige de l'église primitive du XIe siècle ;
  • Les vestiges des fortifications (inscrit MH), ensemble fortifié datant du XIIIe siècle ;
  • Plusieurs maisons et fermes des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Le manoir du Buron, des {{XVIe, XVIIe et XXe siècles ;
  • Le manoir des Noues, des XVe et XXe siècles ;
  • Le manoir de La Suzonnière, des XVe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Le moulin à vent de la Chapelière, du XVIIIe siècle ;
  • Les vestiges du moulin à eau de Sévillé, sur l'Oudon.

La commune a compté jusqu'à huit moulins : trois moulins à eau, seul celui de la Rivière à l'entrée sud-est du village est encore en état, et quatre moulins à vent tours, dont seuls subsistent ceux de la Chapelière et de Saint-Julien[9].

Le Musée archéologique de Châtelais présente différentes découvertes archéologiques locales et propose des visites commentées du village[6]. Des panneaux ont aussi été installés par l'association de l'ARCS à travers tout le village pour évoquer les mines et les mineurs, et les anciennes demeures[10].

Cité ardoisière

Ardoisière de Châtelais : On trouve des gisements de schiste ardoisier sur la commune. Son exploitation se fera sur le site de l'ardoisière de la Grande Besnardière dont l'exploitation durera d'avant 1742 à 1870[11].

Loisirs et culture

Le domaine de La petite Couère est un écomusée abritant un parc animalier de 82 hectares et un village reconstitué de 1900, présentant la vie rurale du début du XXe siècle[12],[13].

Les Loisirs mécaniques regoupent chaque année à Châtelais plus d'une centaine d'anciens véhicules. La 14e édition s'est déroulée en septembre 2018[14].

L'Harmonie de Châtelais donnent des concerts, notamment à la Sainte-Cécile[15].

On pratique la boule de fort à l'Union amicale de Châtelais[16].

Espace et territoire

Située à 9 km au nord de Segré, Châtelais s'étend sur 23,68 km2 (2 368 hectares), son altitude varie de 26 à 102 mètres[17],[18] et son territoire se trouve sur le plateau du Segréen[19]. Le bourg est sur la rive nord de l'Oudon, au confluent de l'Hière. Venant de la commune voisine de Chérancé (Mayenne), la rivière l'Oudon traverse son territoire, du nord au sud, pour se diriger ensuite vers L'Hôtellerie-de-Flée[20],[3],[7].

Notes

Sources et annotations

  1. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral DRCL-BSFL-2016-126 du 28 septembre 2016 — Voir création de la nouvelle commune de Segré-en-Anjou bleu (2016).
  2. Population de Maine-et-Loire (1999, 2016)
  3. a et b Ministère de la Culture (Thierry Pelloquet), Base Mérimée - Présentation de la commune de Châtelais (IA49002275), 2 avril 2007
  4. Ministère de la Culture (Ronan Durandière et Thierry Pelloquet), Base Mérimée - Fortification d'agglomération (IA49002266), 13 septembre 2012
  5. Ministère de la Culture (Thierry Pelloquet), Base Mérimée - Village (IA49002265), 18 février 2003
  6. a et b Le Courrier de l'Ouest (Joël Audouin), Châtelais. L'histoire millénaire d'une petite commune du Haut-Anjou, 2 et 3 novembre 2019 (d'après les guides de l'Association de recherche de Châtelais et du Segréen)
  7. a et b Célestin Port (révisé par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. I (A-C), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1965, 2e éd. (1re éd. 1874), p. 685-686
  8. Ministère de la Culture, Base Mérimée (Châtelais), octobre 2012
  9. Ministère de la Culture (Thierry Pelloquet), Base Mérimée - Moulins (IA49002264), 18 février 2003
  10. Le Courrier de l'Ouest, Châtelais. Les multiples projets de l'ARCS, 16 septembre 2020
  11. Ministère de la Culture (Jean-Louis Kérouanton et Thierry Pelloquet), Base Mérimée - Châtelais, ardoisière de la Grande Besnardière (IA49002437), 18 février 2003 — Voir ardoisière de Châtelais et ardoisières en Anjou.
  12. La Petite Couère, 2005-2020
  13. Le Courrier de l'Ouest, Près de Segré. Tourisme : La Petite Couère rouvrira samedi 22 mai, 22 mai 2021
  14. Ouest-France, Ce week-end, les Loisirs mécaniques sont de retour, 29 septembre 2018
  15. Le Courrier de l'Ouest, Châtelais. L’Harmonie a célébré la Sainte-Cécile, 22 novembre 2019
  16. Le Courrier de l'Ouest, Châtelais. Boule de fort : le tandem châtelaisien est de nouveau vainqueur, 20 février 2020
  17. Lion1906 (Lionel Delvarre), Distances à partir de Châtelais (49), 2012-2013 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  18. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC), données 2014 (altitude, superficie)
  19. Atlas des paysages de Maine et Loire, voir unités paysagères.
  20. Oudon (rivière), mars 2013
Les formes anciennes du nom.

Autres données

Liste des communes en 2016
Altitudes en 2014
Populations 2013, en vigueur au 1er janvier 2016
Superficies en 2014
Divisions administratives et électorales en 2014


Institut national de la statistique et des études économiques

Monument historique, bâtiment ou objet inscrit ou classé

kilomètres

numéro

tome

Institut national de l'information géographique et forestière