Arrondissement de Baugé

De Wiki-Anjou
Révision datée du 8 mai 2021 à 05:07 par Franck-fnba (discussion | contributions) (XXe siècle)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Carte du Maine-et-Loire en 1877.

L'arrondissement de Baugé était une division administrative du département de Maine-et-Loire, dont le chef-lieu était situé à Baugé. L'arrondissement sera supprimé en 1926 et réparti entre les arrondissements d'Angers et de Saumur.


Les arrondissements

En 1800, les arrondissements remplacent les huit districts d'Angers, Baugé, Châteauneuf, Cholet, Saint-Florent, Saumur, Segré et Vihiers. L'arrondissement départemental de Baugé est ainsi créé par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800)[1]. Il occupe le nord-est du Maine-et-Loire, bordé au nord par le département de la Sarthe et à l'est par celui de l'Indre-et-Loire. Son chef-lieu se trouve à Baugé et il est composé à sa création des 10 cantons de Baugé, Beaufort, Fougeré, Jarzé, Longué, Mazé, Mouliherne, Noyant, Seiches et Vernoil ; soit 61 communes[2].

L'arrondissement de Baugé disparait en septembre 1926[3] suite à la réforme Poincaré-Sarraut ; décret du 10 septembre 1926 relatif à l'organisation de l'administration préfectorale[4]. Les cantons de Beaufort, Durtal et Seiches sont rattachés à l'arrondissement d'Angers, et ceux de Baugé, Longué et Noyant, à celui de Saumur[5].

Au XIXe siècle

Victor Levasseur (1852)

Extrait de la carte du département de Maine-et-Loire publiée par Victor Levasseur pour la première fois en 1847[6] :

Le département compte cinq arrondissements : Angers, Baugé, Segré, Beaupreau et Saumur. L'arrondissement communal de Baugé compte 6 cantons, 66 communes et 80 341 habitants.

Célestin Port (1874)

Extrait du dictionnaire Célestin Port (1874)[7] :

« Baugé (Arrondissement de), situé à l’E. du département, a pour confins au N. le département de la Sarthe, à l’E. celui d’Indre-et-Loire, au S. l’arrondissement de Saumur et à l’O. ceux d’Angers et de Segré.

L’Authion vers S., le Loir vers l’O. le bordent en partie intérieurement tandis que le Lathan, le Couesnon, maigres rivières, le traversent du N. au S. — Les trois forêts de l’État, Chandelais, Monnais, Pont-Ménard, y occupent ensemble 1,781 hectares, non compris celle de Chambiers et le petit bois de Baugé. Des landes immenses, autrefois délaissées et envahissantes, se transforment peu à peu en prairies, en terres labourables, en plantations de pins maritimes. — Aucune voie ferrée n’y passe encore.

En 1790 il forma le 3me district et comprenait 62 communes, groupées en 17 et depuis l’an VIII en 9 cantons. La loi du 3 frimaire an VI y a rattaché le canton de Durtal, distrait par erreur ou par oubli dans la première opération.

Aujourd’hui sa superficie de 140,629 hectares, se divise en six cantons : Baugé, Beaufort. Durtal, Longué, Noyant et Seiches, comprenant 66 communes et une population en 1802 de 60,669 hab. — En 1831, 81,458 hab. — En 1841. 81,025 hab. — En 1851, 79,713 hab. — En 1861, 78,641 hab. — En 1866, 78,595 hab. — En décroissance lente mais constante. »

Jules Verne (1876)

Extrait de la géographie de la France de Jules Verne (1876)[8] :

Le département compte cinq arrondissements : Angers, Baugé, Cholet, Saumur et Segré. L'arrondissement de Baugé comprend 6 cantons et 67 communes.

F. de la Brugère (1877)

Extrait de la carte de Maine-et-Loire dans l'Atlas national de F. de La Brugère et J. Trousset (1877)[9].

Le département se divise en cinq arrondissements communaux : Angers (9 cantons, 89 communes), Baugé (6 cantons, 67 communes), Beaupreau (7 cantons, 80 communes), Saumur (7 cantons, 83 communes) et Segré (5 cantons, 61 communes).

E. Milon (1889)

Extrait de la notice sur la ville de Segré de E. Milon (1889)[10] :

Le département compte cinq arrondissements : Angers, Baugé, Cholet, Saumur et Segré. L'arrondissement de Baugé comprend 6 cantons et 67 communes.

J. Dosseray (18..)

Extrait de la carte routière du dépt. de Maine-et-Loire de J. Dosseray (18..)[11].

Le département de divise en cinq arrondissements communaux : Angers (9 cantons, 89 communes), Baugé (6 cantons, 66 communes), Cholet (7 cantons, 77 communes), Saumur (7 cantons, 83 communes) et Segré (5 cantons, 61 communes) ; soit 34 cantons et 376 communes.

Au XXe siècle

L'arrondissement de Baugé compte 68 communes de 1865 à 1926, comprenant les cantons de Baugé, Beaufort, Durtal, Longué, Noyant et Seiches[2].

Canton de Baugé : Baugé, Bocé, Chartrené, Cheviré-le-Rouge, Clefs, Cuon, Échemiré, Fougeré, Le Guédeniau, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé, Saint-Quentin-lès-Beaurepaire. Vaulandry et Le Vieil-Baugé.

Canton de Beaufort : Beaufort-en-Vallée, Brion, Corné, Fontaine-Guérin, Gée, Mazé, La Ménitré et Saint-Georges-du-Bois.

Canton de Durtal (unit à l'arrondissement par la loi du 20 mars 1806[2]) : Baracé, Daumeray, Durtal, Étriché, Huillé, Montigné-lès-Rairies (détaché du canton de Baugé par ordonnance royale du 6 mai 1836[2]), Morannes et Les Rairies (créée par décret impérial du 8 février 1865[2]).

Canton de Longué : Blou, Courléon, La Lande-Chasles, Longué, Jumelles, Mouliherne, Saint-Philbert-du-Peuple, Vernantes et Vernoil.

Canton de Noyant : Auverse, Breil, Broc, Chalonnes-sous-le-Lude, Chavaignes, Chigné, Dénezé-sous-le-Lude, Genneteil, Lasse, Linières-Bouton, Meigné-le-Vicomte, Méon, Noyant, Parçay-les-Pins et La Pellerine.

Canton de Seiches : Bauné, Beauvau, La Chapelle-Saint-Laud, Chaumont-d'Anjou, Cornillé-les-Caves, Corzé, Fontaine-Milon, Jarzé, Lézigné, Lué-en-Baugeois, Marcé, Seiches-sur-le-Loir et Sermaise.

L'arrondissement disparait le 10 septembre 1926[3],[5].

Notes

Sur le même sujet

Arrondissement d'Angers
Arrondissement de Beaupréau
Arrondissement de Cholet
Arrondissement de Saumur
Arrondissement de Segré
Anciennes administrations et intercommunalités de Maine-et-Loire
Divisions administratives et électorales de Maine-et-Loire
Préfecture et sous-préfectures de Maine-et-Loire

Sources et annotations

  1. Loi concernant la division du territoire de la République et l'administration, promulguée le 28 pluviôse an VIII (17 février 1800).
  2. a, b, c, d et e Célestin Port (révisé par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. I (A-C), éd. H. Siraudeau et Cie (Angers), 1965, 2e éd. (1re éd. 1874), p. 246-247
  3. a et b Notes bibliographiques dans Revue historique 2001/4, 620, pages 1057 à 1081
  4. Réforme Poincaré-Sarraut, décret du 10 septembre 1926 relatif à l'organisation de l'administration préfectorale, réformant le nombre et de la répartition des sous-préfectures (JORF du 14 septembre 1926).
  5. a et b Dictionnaire Célestin Port (révisé par André Sarazin et Pascal Tellier), op. cit., t. IV (S-Z), H. Siraudeau et Cie (Angers), 1996, 2e éd. (1re éd. 1878), p. 300-301 (arrt Saumur)
  6. Carte de Victor Levasseur (1852). Sur le même sujet, le Maine-et-Loire au XIXe siècle.
  7. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 1 (A-C), Lachèse, Belleuvre & Dolbeau (Angers), 1874, p. 222.
  8. Géographie Jules Verne - page 397.
  9. Carte de F. de la Brugère (1877).
  10. Notice sur Segré de Milon - page 10.
  11. Carte de J. Dosseray (18..).


habitants

tome

numéro

opus citatum (ouvrage cité)