Le Longeron

De Wiki-Anjou
Le Longeron
(commune déléguée)
Logo de la commune.
Département Maine-et-Loire
Territoire Mauges
Commune Sèvremoine
Note(s) Regroupement
du 15 décembre 2015
Situation dans le département

Situer sur OpenStreetmap

Aide à la rédaction.
Anciennes communes

Le Longeron est une ancienne commune de l'ouest de la France située dans le département de Maine-et-Loire (49), en limite de la Vendée, au sud-ouest de La Romagne et au sud-est de Montfaucon-Montigné. Elle est intégrée depuis 2015 à Sèvremoine.

Ses habitants se nomment les Longeronnais(es).


Situation administrative

Le 15 décembre 2015, la commune nouvelle de Sèvremoine est créée du regroupement de Le Longeron, Montfaucon-Montigné, La Renaudière, Roussay, Saint-André-de-la-Marche, Saint-Crespin-sur-Moine, Saint-Germain-sur-Moine, Saint-Macaire-en-Mauges, Tillières et Torfou. Le Longeron devient une commune déléguée[1].

La commune du Longeron est jusqu'alors intégrée à la communauté de communes de Moine-et-Sèvre, intercommunalité qui disparait à la création de la nouvelle commune, et se trouve dans l'arrondissement de Cholet, le canton de Montfaucon-Montigné jusqu'en 2014 puis celui de Saint-Macaire-en-Mauges[2].

Son code commune (Insee) est 49179 et son code postal 49710. Ses habitants s'appellent Longeronnais, Longeronnaise[3]. Sa population est de 1 946 habitants en 1999 et de 2 184 en 2015[4].

Histoire et patrimoine

Le Longeron dépend au Moyen Âge de la seigneurie de Montfaucon. Au XVIIIe siècle, la paroisse relève du diocèse de La Rochelle, de l'archidiaconé de Thouars et du doyenné de Saint-Laurent-sur-Sèvre. La partie en rive Nord de la Sèvre fait partie des marches communes d'Anjou et de Poitou[5].

Son territoire est compris au Moyen Âge dans les marches communes d'Anjou et de Poitou. Les marches sont des régions dont la situation judiciaire et administrative ne sont pas très précises, comme entre l'Anjou et le Poitou : Le May, Bégrolles, Saint-Macaire-en-Mauges, Saint-André, Montigné, Torfou, La Romagne, Saint-Christophe, Le Longeron, La Tessoualle, Rillé, Vaudelnay, Le Puy, Saint-Macaire-du-Bois[6].

Éléments du patrimoine : les ruines du château de la Gimonière et celles du château de la Fribaudière, l'église Notre-Dame (XIXe siècle), la chapelle Saint-Joseph, le calvaire Saint-Jean, le Grand-Calvaire, le calvaire de Champblanc, la fontaine des Prés, la fontaine des Ziards[7], la Grand-Fontaine, la fontaine dite de « chez Poulet », la fontaine de l'ancienne Poste, le moulin de la Berrie, le pont de Quatre Moulines (vieux pont sur la Sèvre), le pont de la Roche[8],[9],[5]. On trouve dans l'église Notre-Dame une sculpture, statuette-reliquaire de sainte Emerance, classée aux Monuments historiques[10].

Également, l'ancienne usine de filature de Gallard, filature de laine établie sur la Sèvre nantaise à la fin du XVIIe siècle[9].

On trouve aussi sur le territoire du Longeron Les ateliers de la Chapelle, une entreprise de restauration de mobiliers historiques[11].

Loisirs et culture

Présence d'une bibliothèque, la bibliothèque George-Sand, membre du réseau des bibliothèques Sèvremoine[12].

L'équipe de football de l'Association sportive Le Longeron-Torfou (ASLT) rencontrait en mai 2019 celle de Toutlemonde-Maulévrier ; l'ASLT s'imposant par 2 buts à 0 et se qualifiant pour la première fois à la finale du Challenge de l'Anjou[13]. Cette même année, l'équipe U15 filles de basket-ball de Sèvre basket (Torfou-Le Longeron) s'est qualifiée pour la finale du Challenge de l'Anjou[14].

René Onillon, co-auteur en 1908 du glossaire des parlers d'Anjou, fut instituteur au Longeron[15].

Agriculture

Comme dans beaucoup d'autres endroits d'Anjou, au XIXe siècle on y cultivait du chou. Le Longeron était alors qualifié de « pays de choux »[16]. Dans les années 1970, on compte 85 exploitations moyennes pratiquant la polyculture et l'élevage[5].

Espace et territoire

Situé à une quizaine de kilomètres au sud-ouest de Cholet, Le Longeron s'étend sur 22,08 km2 (2 208 hectares) et son altitude varie de 49 à 139 mètres[17],[18]. Son territoire se situe sur le plateau des Mauges[19]. La rivière la Sèvre nantaise traverse la commune.

La zone de l'Étang Pavillon, étang artificiel établit sur l'amont du bassin versant du ruisseau des Vionnières, et celle des Coteaux de la Sèvre-nantaise sont classées espace naturel sensible (ENS)[20],[9].

Balades et randonnées : Le barrage du moulin des Rivières, construit pour l'alimentation en eau potable de la région ouest de Cholet, le rocher du Manis, aménagé pour l'escalade[21], la grotte à Brunet, cavité dans le rocher[9].

Localités aux alentours : Saint-Aubin-des-Ormeaux (Vendée), Tiffauges (85), Torfou, Saint-Martin-des-Tilleuls (85), La Romagne, Les Landes-Genusson (85), La Verrie (85), Roussay, La Gaubretière (85) et Saint-Christophe-du-Bois[17].

Notes

Bibliographie

• Philippe Bossis, Le milieu paysan aux confins de l'Anjou, du Poitou et de la Bretagne (1771-1789), dans Études rurales, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales (Paris), no 47, juil.-sept. 1972, p. 122-147 (00142182).

Sources et annotations

  1. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral DRCL-BCL-2015-60, du 5 octobre 2015 — Voir création de la nouvelle commune de Sèvremoine (2015).
  2. Redécoupage cantonal de 2014, 2014-2015
  3. Mairie du Longeron, septembre 2019
  4. Population de Maine-et-Loire (1999, 2015)
  5. a, b et c Célestin Port (révisé par Jacques Levron, Pierre d'Herbécourt, Robert Favreau et Cécile Souchon), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, t. II (D-M), H. Siraudeau & Cie (Angers), 1978, 2e éd. (1re éd. 1876), p. 379-380
  6. T. II du dictionnaire Célestin Port, 1978, op. cit., p. 409
  7. Ouest-France, Le Longeron. La fontaine des Ziards, un trésor à protéger, 18 août 2019
  8. Mairie du Longeron, Culture et Patrimoine, octobre 2012
  9. a, b, c et d Mairie du Longeron, Détente et Tourisme, octobre 2012
  10. Ministère de la Culture, Base Palissy (sculpture, église Notre-Dame, PM49000766), 20 décembre 1993
  11. Le Moniteur (Bertrand Escolin, Nathalie Bougeard, Françoise Dajon-Lamare, Richard Goasguen et Jean-Jacques Talpin, Les Ateliers de la Chapelle Une notoriété qui passe les frontières, 18 septembre 1998
  12. Ouest-France, Le Longeron. Bibliothèque : les horaires sujets à enquêtes, 14 juin 2019
  13. Ouest-France, Le Longeron. La finale du Challenge de l'Anjou, une première !, 21 mai 2019
  14. Ouest-France, Les filles de Sèvre basket qualifiées pour la finale, 13 mai 2019
  15. Défense du patois angevin d'Anatole-Joseph Verrier, G. Grassin imprimeur-éditeur (Angers), 1908, p. 290, note 1
  16. Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l'Anjou, Germain & Grassin, 1908, t. 2e, p. 353
  17. a et b Lion1906 (Lionel Delvarre), Distances à partir du Longeron (49), juin 2010 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  18. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC), données 2014 (altitude, superficie)
  19. Atlas des paysages de Maine et Loire, voir unités paysagères.
  20. Espaces naturels sensibles de Maine-et-Loire, 2018
  21. Ouest-France, Le Longeron. Le rocher du Manis à la croisée des chemins, 12 août 2019
Voir aussi Culture du chou au XIXe siècle.

Autres données

Liste des communes en 2015
Anciennes communes 2015
Altitudes en 2014
Populations 2012, en vigueur au 1er janvier 2015
Superficies en 2014
Divisions administratives et électorales en 2014


Institut national de la statistique et des études économiques

kilomètres

numéro

tome

opus citatum (ouvrage cité)

Institut national de l'information géographique et forestière