Usages ruraux et urbains de Maine-et-Loire en 1872 - BAI à BE

De Wiki-Anjou
Révision datée du 6 juin 2020 à 06:21 par Franck-fnba (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Langue et littérature angevine
Document   Dictionnaire des usages ruraux et urbains de Maine-et-Loire
Auteur   Anatole-Édouard Robert et Eugène Gasté
Année d'édition   1872
Éditeur   E. Barassé imprimeur-libraire (Angers)
Note(s)   Usages dans les cantons du ressort de la cour d'appel d'Angers, pages 31 à 40


— 23 avril.

M. — Bais, Horps, Lassay.

— Si l'entrée a lieu sur l'année, le bail finit néanmoins à l'époque d'entrée ordinaire la plus prochaine.

M. L. — Baugé, Saumur Sud.

— Métairies. — 1er novembre.

M. L. — Angers N.-E., N.-O., S.-E. ; Baugé, Briollay, Chalonnes, St-Florent, 13 ; Gennes, St-Georges, Longué, 2 ; Louroux, Noyant, Ponts-de-Cé, Saumur Sud, Seiches, Segré, 2.
M. — Châteaugontier, 1 ; Pré-en-Pail, (rares).

— 1er novembre et 23 avril.

M. L. — Beaupréau, Champtoceaux, Chemillé, Montrevault, Vihiers.
M. — Couptrain (1er novembre, rare), Laval (entrée au 23, très-rare).

— 23 avril.

M. L. — Cholet, Montfaucon.
M. — Ambrières, Ernée , Gorron , Lahdivy, Mayenne, Villaines.

— 25 mars.

M. L. — Montreuil-Bellay.

— 21 avril.

M. — Bais, Horps, Lassay.

— 23 octobre.

M. — Ambrières, Gorron (rares).

— 1er novembre et 25 avril.

M. L. — Durtal, 13.

— Jour de Pâques.

M. — Couptrain, Pré-en-Pail.

— Terres volantes. — 1er novembre.

M. L. — Baugé, Chemillé, 66 ; Durtal, 179 ; St-Florent, 41 ; Longué, 2.
M. — Châteaugontier, 75 ; Laval, 88 (par exception, le 23 avril).

— 23 avril.

M. L. — Montfaucon.
M. — Ernée.

— 21 avril.

M. — Bais (1 à 56).

— 1er novembre, 23 avril, 2 février, 24 décembre.

M. L. — Champtoceaux, Montrevault.

— Bail verbal. Durée.

— Appartement ou Portion de maison. — Un an.

M. L. — Cholet, Saumur Sud (1).

— Appartement garni. — Un mois.

M. L. — Angers S.-E, 130 ; Cholet, Saumur Sud, Thouarcé.

— Biens ruraux (Métairies, borderies, closeries). — Trois ans.

M. L. — Angers N.-O., S.-E. ; Champtoceaux, Chemillé, Cholet, Durtal, 12 ; St-Florent, 14 ; Gennes, St-Georges, 27 ; Louroux, 2 ; Montreuil, Montrevault, Saumur Sud ; Vihiers.
M. — Mayenne (arrt).

— Deux ans.

M. L. — Angers N.-E. ; Saumur N.-O.

— Un an pour les terres de la vallée, deux ans pour les quintes, trois ans pour les hautes terres de la rive gauche.

M. L. — Ponts-de-Cé, 1.

— Un an.

M. — Châteaugontier, 1 ; Ernée, 2 ; Laval.

— Borderie. — Trois ans.

M. L. — Cholet, 15 ; St-Georges, 27.
(1) Si l'entrée a lieu sur l'année, le bail finit néanmoins à l'époque d'entrée la plus prochaine.
Saumur Sud.

— Un an.

M. L. — Montrevault.

— Closerie. — Deux ans.

M. L. — Angers N.-O.

— Un an.

M. L. — Angers N.-E. ; St-Florent, 14 ; Montrevault.
M. — Ernée, 2 ; Laval, 1.

— Jardin isolé. — Un an.

M. L. — Angers N.-E.

— Maison entière. — Un an.

M. L. — Angers N.-E., N.-O., S.-E. (1) ; Briollay, Champtoceaux, Cholet, St-Florent, Gennes, Montreuil, Saumur S.
M. — Bais, 74 ; Couptrain, Lassay.

— Maison avec terre. — Un an, si la maison forme le principal objet du bail : si, au contraire, ce sont les terres et qu'elles soient assolées, le bail dure autant d'années qu'il y a de soles.

M. L. — Saumur Sud.

— Prairies isolées. — Un an.

M. L. — Cholet, 15 ; St-Georges, 48 ; Louroux, 56.

— Taillis. — Le bail est fait pour la durée de toutes les coupes.

M. L. — Gennes.

— Terres volantes. — Un an.

M. L. — Angers N.-E. , N.-O. , S.-E. ; Champtoceaux, St-Florent, 41 ; St-Georges, 48 ; Louroux, 54 ; Montrevault.
M. — Bais, 55 ; Laval, 1.
(1) Si le locataire entre en jouissance à une époque autre que celle usitée, le temps compris avant le 24 juin ou le 1er novembre ne compte pas pour la durée du bail qui prend fin aux termes accoutumés.
Angers N.-O., S.-E.

— Trois ans, si elle est soumise à l'assolement, sinon un an.

M. L. — Cholet.

— Deux ans.

M. L. — Durtal, 12.

— Deux ou trois ans.

M. L. — Seiches.

BALIVEAUX. — Jeunes arbres qu'on réserve dans la coupe des bois taillis.

— (Choix des). — Ils doivent être de l'âge de la coupe et désignés par le propriétaire. Le fermier, si l'on s'en rapporte à lui, choisit les beaux pieds, espacés convenablement sur l'ensemble du terrain.

Maine-et-Loire. — Mayenne.

— (Nombre (1) laissé par hectare).

— 36. Beaufort, Bais.

— 34. Gorron, Mayenne, Villaines.

— 32. Durtal.

— 30. Couptrain.

— 24. Châteaugontier, Laval.

— 20. Briollay.

— (Obligation du fermier).

— L'obligation de conserver des baliveaux n'existe, dans les cantons suivants, que si elle a été expressement imposée au fermier par le propriétaire.

M. L. — St-Georges, 72 ; Louroux, 86.

BALLES.

Enveloppes du grain qui s'en séparent au battage ou au vannage et qu'on utilise comme engrais.

(1) Les élèves complantés sur les haies qui entourent les taillis, ne sont pas compris dans ce nombre. Ils doivent également être conservés avec soin.

— Attribution.

La dernière année, elles sont réservées au fermier entrant; en retour, il donne au sortant une valeur égale de charrée ou de noir animal.

M. — Ernée, 32.

— Emploi spécial.

Elles doivent être étendues sur les prés, fin novembre, après avoir servi de litière.

M. L. — Durtal, 89.

— Sans subir aucun mélange.

M. L. — Segré, 25.

BARRIÈRES (ECHALIERS ou CLAIES).

— Entretien (Réparations locatives).

— Est dû par le fermier.

M. L. — Angers S.-E., N.-E., N.-O. ; Baugé, Beaupréau, Briollay, Chalonne, 6 ; Chemillé, Cholet, St-Florent, 25 ; St-Georges, Louroux, 4 ; Noyant (1), Ponts-de-Cé, 3 ; Seiches, Segré, 5 ; Thouarcé, Vihiers.
M. — Châteaugontier, Laval, Mayenne (arrt.).

— Réparations et reconstructions (Matières et travaux).

— Elles sont faites par le fermier avec le bois (sur pied ou débité) fourni par le propriétaire.

M. L. — Angers N.-O., Briollay, Chalonnes, Chemillé, Cholet, St-Florent, Louroux, Ponts-de-Cé, Segré, Thouarcé, Vihiers.

— Elles sont faites avec le bois pris dans la portion des émondes attribuée au fermier, même l'année de sa sortie.

M. L. — St-Georges.
(1) A moins qu'elles ne soient l'œuvre des ouvriers spéciaux.

— Barrières à bascule. — Le fermier ne doit pas la réparation de la pièce du dessus.

M. L. — Cholet.

— Construction (modes de).

— Elles doivent avoir :

— 3 montants et 5 ou 6 barres transversales en houx, nommées rollons.

M. L. — Cholet, 16.

— 2 montants et 5 barres (Largeur, 2m ; hauteur, 1m 33).

M. L. — Montfaucon.

— Date des réparations.

— En novembre.

M. L. — Louroux, 4.

— Avant le 1er mars.

M. L. — Thouarcé.

BATONNIER.

Nom donné aux marchands de bestiaux qui vont à domicile faire des achats.

M. L. — Beaupréau.

BATTAGE (des grains). — Fermier sortant.

— Le fermier sorti bat les grains immédiatement après leur coupe (faite aussitôt leur maturité), et à ses frais exclusivement : seulement, il a le droit de laisser en sortant, sur la ferme, le rouleau batteur ou la machine à battre qu'il destine à cette future opération.

M. L. — Segré, 53.
M. — Châteaugontier, 48; Laval, 48.

BÉCHAGE (à la pelle).

Façon donnée aux terres de la vallée au moins une fois tous les trois ans.

M. L. — Ponts-de-Cé, 9.

— (En mottes).

— Usité dans les vignes, aux époques suivantes :

— En juin.

M. L. — Angers N.-O, Champtoceaux, 38 ; St-Florent, 43 ; Montrevault, Segré.

— En mars ou avril.

M. L. — Beaufort.

— En avril ou mai.

M. L. — Montreuil-Bellay.

— Avant avril.

M. L. — Noyant.

— Au plus tard le 20 mai.

M. L. — Thouarcé.

— En mars.

M. L. — Vihiers.

BESTIAUX.

— Attribution (col. part.). — En fin de bail, ils restent tous sur le lieu, sauf indemnité au colon pour la part qui lui revient d'après estimation au cours du jour.

M. L. — Briollay.
M. — Châteaugontier, 60.

— Ils sont partagés par moitié, ou vendus en cas d'impossibilité :

Le prix est réparti également entre le propriétaire et le colon.

M. — Mayenne (arrt.).

— Ils sont divisés en deux lots acceptés à l'amiable ou tirés au sort.

M. L. — Angers N.-E., Durtal, 21 ; Louroux, 77.

— Délaissement (Ferme à prix d'argent). — A l'expiration du bail, le fermier sortant laisse ses bestiaux sur le lieu, sauf les mâles destinés à la reproduction et les animaux d'un prix exceptionnel. — Leur valeur est remboursée, au cours du jour, par le propriétaire ou le fermier successeur.

M. — Laval, 58.

— Elèves (col. part.). — Le nombre en est fixé par le propriétaire.

Tous les cantons.

— Emploi. — Le colon partiaire ne peut employer ses bestiaux hors la ferme, sans le consentement du propriétaire.

M. L. — Angers N.-E., N.-O., Chemillé, 76 ; St-Florent, 36 ; Vihiers, 56.
M. — Mayenne (arrt).

— Enlèvement. — Il est interdit au fermier d'enlever ses bestiaux avant la fin du bail ; s'ils sont conduits sur la terme nouvelle pour l'exécution des travaux, ils doivent être ramenés dans les étables dès qu'ils sont finis.

M. L. — Beaufort.

— Le fermier peut les enlever en justifiant qu'il est quitte de la ferme et des contributions.

M. — Gorron.

— Fourniture (col. part.). — Moitié par le colon, moitié par le propriétaire.

M. L. — Angers N.-E., N.-O., Baugé, Briollay, Chemillé, 73 ; Durtal, 21 ; St-Florent, 35 ; Louroux, Segré, 69 ; Vihiers, 53.
M. — Châteaugontier, 59 ; Laval, 73 ; Mayenne (arrt).

— Gros bestiaux. — Sous ce nom sont compris les bœufs et génisses de deux ans au moins, les chevaux et les mulets.

Deux élèves comptent pour une tête de gros bétail.

M. L. — Angers S.-E., 52 et 53.

— Logement et nourriture. — Il est expressément interdit de loger et nourrir les bestiaux hors de la ferme exploitée.

M. L. — Angers S.-E., 59.

— Nombre (col. part.). — Il est fixé par le propriétaire et le colon.

M. L. — Noyant.

V. Elèves.

— (Fermes à prix d'argent).

— Closerie. — Une tête de bétail par hectare.

M. L. — Angers S.-E., 52 et 53.

— Métairie. — Le métayer doit entretenir une tête de gros bétail par un hectare trente-deux ares de terre, non compris closeaux, vignes, prés et bois.

M. L. — Angers S.-E., 52 et 53.

— Une tête par un hectare soixante ares.

M. L. — Angers N.-E.

— Vingt-cinq têtes par trente hectares.

M. L. — Louroux, 30.

— Au moins une vache par deux hectares cinquante ares.

M. L. — Beaufort.

— Quinze têtes par vingt hectares. Deux porcs ou cinq moutons comptent pour une tête de gros bétail.

(Les élèves comptent comme les animaux plus âgés.)

M. L. — Chemillé, 56.

— Pas de nombre fixe, mais les bestiaux doivent être en assez grande quantité pour assurer l'exploitation et répondre du prix de ferme (1).

(1) Si le fermier, mis légalement en demeure de garnir la ferme, ne le fait pas, le bail est résilié, et le propriétaire a droit à des dommages intérêts.
M. L. — Briollay, Chalonnes, 35 ; Cholet, Durtal, 20 ; St-Florent, 17 ; Montfaucon, Noyant, Ponts-de-Cé, 28 ; Segré, 60 ; Seiches, Vihiers, 50.
M. — Gorron, Mayenne (arrt).

— Race (col. part.). — Elle est choisie par le propriétaire.

Tous les cantons.

— Vente. Bœufs gras. — La vente n'est parfaite qu'autant que l'acheteur a, du consentement du vendeur, apposé sa marque sur l'animal.

M. L. — Cholet, 9.

— Corde ou nâche. — Le vendeur doit une corde neuve, qu'il s'agisse d'un bœuf ou d'une vache.

M. L. — Cholet, 10.

BETTES et BETTERAVES (Consommation des).

— Elle doit se faire sur place. Le fermier ne peut ni les vendre, ni les enlever.

M. L. — Angers N.-O., S.-E. (1), 44 ; Chalonnes, 11 ; Ponts-de-Cé, 5 ; Segré, 10.
M. — Mayenne (arrt).

Le fermier sortant peut emporter toutes celles qu'il a récoltées.

M. L. — St-Florent.

— (Ensemence des).

— Le fermier sortant ne peut le faire dans la partie des terres destinées aux blés.

M. L. — Thouarcé, 15.

V. Racines fourragères.

(1) Exception pour l'espèce de betteraves destinées à la fabrication du sucre.




Couverture.

Livre. Dictionnaire des usages ruraux et urbains pour tous les cantons du ressort de la Cour d'appel d'Angers (Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe) : avec le texte des lois les plus usuelles. Maine-et-Loire et Mayenne, par Anatole-Édouard Robert et Eugène Gasté (avocats), E. Barassé (Angers), 1872.

Lecture préliminaire.
Dictionnaire AA à AS (abattage à assolement).
Dictionnaire AS à BA (assurances à bail).
Dictionnaire BA à BAI (bail à bail).
Dictionnaire BAI à BE (bail à betteraves).
Dictionnaire BE à CH (beurre à chanvre).
Dictionnaire CH à CH (chapeau à choux).
Dictionnaire CH à CO (choux à congé).
Dictionnaire CO à CO (congé à corps).
Dictionnaire CO à DO (coupage à domestique).
Dictionnaire DO à DO (domestique).
Dictionnaire DO à EL (domestique à élagage).
Dictionnaire EL à EN (élagage à ensemencés).
Dictionnaire EN à FE (ensemencés à feuilles).
Dictionnaire FE à FO (feuilles à fossés).
Dictionnaire FO à GA (fossés à gages).
Dictionnaire GA à HA (gages à haies).
Dictionnaire HA à JO (haies à journée).
Dictionnaire LA à MA (labours à maisons).
Dictionnaire MA à NA (maisons à navets).
Dictionnaire NA à PE (navets à pépinière).
Dictionnaire PE à PO (pépinière à pommes de terre).
Dictionnaire PO à PR (porcs à prestations).
Dictionnaire PR à RE (prestations à réparations).
Dictionnaire RE à SE (réparations à semences).
Dictionnaire SE à TE (semences à terres).
Dictionnaire TE à VE (terres à vendanges).
Dictionnaire VE à VI (vendanges à vignes).
Dictionnaire VI à VO (vignes à volailles).


Sur le même sujet : Usages ruraux au Louroux-Béconnais.


Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs qu'il convient de corriger.