Région d'Angers

De Wiki-Anjou

La région d'Angers est située dans la partie centrale du Maine-et-Loire (Anjou), entre les basses vallées angevines et la vallée de la Loire, et est entourée des quatre pays de l'Anjou que sont le Baugeois, le Saumurois, les Mauges et le Segréen.

La région d'Angers Maine-et-Loire

La région d'Angers

La région d'Angers se trouve au centre du département. Administrativement, elle est située dans l'arrondissement d'Angers, et comprend les cantons d'Angers-1, Angers-2, Angers-3, Angers-4, Angers-5, Angers-6 et Angers-7[1].

Espace et territoire

L'Anjou se divise en deux régions géologiques distinctes, sur une ligne nord-sud à la hauteur d'Angers. A l'ouest, l'Anjou noir se rattache au massif armoricain, tandis qu'à l'est, l'Anjou blanc est formé des mêmes terrains sédimentaires que le bassin parisien[2].

Dans un paysage façonné par les eaux du Loir, de la Sarthe, de la Mayenne et de l'Oudon, qui réunies forment la Maine, on trouve la région d'Angers, dans une position centrale par rapport au département.

Également traversée au Sud par la Loire, cette partie du territoire se situe dans le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine et sur le site de la vallée de la Loire, classée au patrimoine mondial de l'Unesco pour ses nombreux châteaux, parmi les plus beaux de France.

Une unité paysagère compose principalement la région d'Angers, La confluence angevine[3].

Le climat angevin est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelés rares, et les étés ensoleillés[4].

La ville la plus importante de cette région est Angers (sous préfecture de Maine et Loire).

Basses vallées angevines

Une partie de la région se situe dans les Basses vallées angevines (BVA)[5], vastes étendues inondables situées au nord d'Angers et traversées par trois rivières (Mayenne, Sarthe et Loir). Ces rivières sont soumises à des débordements fréquents.

La zone des Basses Vallées Angevines comporte plusieurs inscriptions : zone d'importance communautaire Natura 2000[6], zone importante pour la conservation des oiseaux, zone naturelle d'intérêt écologique floristique et faunistique, zone humide d'importance nationale, secteur d'application de la convention de Ramsar[7].

Si on y rajoute les prairies de la Baumette qui se trouvent en prolongement, l'ensemble de cette zone s'étire du Baugeois à la région d'Angers, et concerne les communes (du nord au sud) de Morannes, Daumeray, Brissarthe, Châteauneuf-sur-Sarthe, Étriché, Juvardeil, Cheffes, Tiercé, Montreuil-sur-Loir, Seiches-sur-le-Loir, Soulaire-et-Bourg, Soucelles, Corzé, Villevêque, Briollay, Feneu, Montreuil-Juigné, Cantenay-Épinard, Écouflant, Angers, Bouchemaine, Sainte-Gemmes-sur-Loire[8].

Article détaillé Article détaillé : Basses vallées angevines (BVA)

Confluence Maine Loire

La confluence de la Maine et de la Loire est un autre lieu de quiétude pour des espèces animales. Les berges naturelles et la végétation des bords de Loire assurent un gîte pour les espèces qui affectionnent les prairies naturelles et humides. Cette zone subie régulièrement des crues au niveau de La Pointe.

Le décret du 23 février 2010[9] a classé l'ensemble formé par la confluence Maine-Loire et les coteaux angevins. Le site classé s’étend sur plus de 2 000 hectares et concerne dix communes : Angers, Béhuard, Bouchemaine, Denée, La Possonnière, Murs-Erigné, Rochefort-sur-Loire, Sainte-Gemmes-sur-Loire, Saint-Jean-de-la-Croix et Savennières.
Plusieurs éléments patrimoniaux, l’île de Béhuard, la Roche aux Moines, la pierre Bécherelle ou encore les vignobles des coteaux de Savennières, sont inclus dans le périmètre de classement.

Économie

Trois noms ont marqué l'économie contemporaine de la région d'Angers : les pépinières André-Leroy, les établissements Bessonneau et les ardoisières d'Angers-Trélazé.

Au XVIIIe siècle, trois des principaux centres de production se situent à Angers, Saint-Barthélemy-d’Anjou et Trélazé[10]. Au début du XIXe, on trouve plusieurs carrières, à Avrillé, Saint-Barthélémy-d'Anjou et Trélazé[11].
Cédant progressivement le pas à l’ardoise espagnole[12], on ne trouve plus aujourd'hui qu'une seule entreprise, la société des Ardoisières d'Angers[13].

Entreprises anciennes situées sur ce territoire : Ardoisières d'Angers, L'Orfèvrerie d’Anjou, Coyard.

Article détaillé Article détaillé : Économie de l'Anjou et de Maine-et-Loire

Histoire et patrimoine

La région d'Angers s'est construite autour de la ville, dont l'origine remonte à l'installation du peuple Celtes des Andes (Andecaves), à la confluence de la Maine et de la Loire.

Sous l'Ancien Régime, du XVe au XVIIIe siècle, on divisait l'Anjou en « Haut » et « Bas »[14]. Division du Nord de l'Anjou, le Haut Anjou comprenait alors les villes d'Angers, La Flêche, Château-Gontier, Beaufort, Baugé, Le Lude et La Vallière. La partie Sud, Bas Anjou, comprenait notamment la ville de Saumure[15].

On trouve dans la région d'Angers de nombreux bâtiments, témoins de son riche passé historique :

Ainsi que des traces de son patrimoine industriel :

Culture et art de vivre

Les sites de la région d'Angers les plus fréquentés sont le Château d'Angers, le Musée des Beaux-arts d'Angers et le parc Terra-Botanica[16].

On trouve sur l'agglomération de nombreux sites à visiter, dont :

  • le musée des Beaux-Arts d'Angers,
  • le musée David d'Angers,
  • les tapisseries de l'Apocalypse, hébergées au château d'Angers,
  • les tapisseries du chant du monde, hébergées au musée Jean Lurçat.

Il est possible de découvrir une partie du vieil Angers en faisant une balade dans le centre-ville d'Angers.

Article détaillé Article détaillé : Liste des musées de Maine-et-Loire

Outre la Confluence et les Basses vallées angevines, on y trouve aussi de nombreux sites naturels :

Notes

  1. Voir les divisions administratives et électorales de Maine-et-Loire.
  2. Adolphe Joanne, Géographie du département de Maine-et-Loire, Hachette et Cie, 1875
  3. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine et Loire, Le Polygraphe, 2003 (voir unités paysagères)
  4. Comité météorologique départemental, Le Climat de Maine-et-Loire, novembre 2010
  5. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, novembre 2010
  6. Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels ayant une grande valeur patrimoniale, par la faune et la flore exceptionnelles qu'ils contiennent.
    Portail du réseau Natura 2000 en France, Sites Natura 2000, novembre 2010
  7. La Convention de Ramsar est un traité international pour la conservation des zones humides.
  8. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource - Basses vallées angevines et prairies de la Baumette, décembre 2011
  9. Legifrance, JORF n° 0047 du 25 février 2010 page 3564, consulté en novembre 2010
  10. Ville de Trélazé, 15 siècles d’histoire, octobre 2013
  11. Gérard Linden, Les mots des mines et carrières du Maine-et-Loire, Éditions Cheminements, 2004, p. 34 et 25
  12. CA Angers Loire Métropole, Trélazé - Quinze siècles d'histoire, octobre 2013
  13. L'Express, Vie économique - Ardoises, 26 juin 2003
  14. Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Bibliographie historique et topographique de la France, Firmin Didot Frères, 1845
  15. Sous l'Ancien Régime la province d'Anjou était divisée en « Haut Anjou » et « Bas Anjou ».
    L'orthographe des villes est celle de l'ouvrage de Louis Antoine Nicolle de La Croix et Barbeau de La Bruyère, Géographie moderne, Dodsley Librairie, 1784
  16. Voir les sites les plus visités de Maine-et-Loire.

Héritage historique et culturel, le Maine-et-Loire peut se découper en cinq pays angevins : le Baugeois, le Saumurois, les Mauges, le Segréen et la région d'Angers, auxquels on peut ajouter les spécificités de la Vallée angevine.


page