Usages ruraux et urbains de Maine-et-Loire en 1872 - LA à MA

De Wiki-Anjou
Révision datée du 6 février 2021 à 07:14 par Franck-fnba (discussion | contributions) (li charroyer)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Langue et littérature angevine
Document   Dictionnaire des usages ruraux et urbains de Maine-et-Loire
Auteur   Anatole-Édouard Robert et Eugène Gasté
Année d'édition   1872
Éditeur   E. Barassé imprimeur-libraire (Angers)
Note(s)   Usages dans les cantons du ressort de la cour d'appel d'Angers, pages 171 à 180


L


LABOURS (1). — Epoques (des). — Sur les vieilles pâtures.

— Ils ont lieu avant le 30 avril.

M. L. — Angers N.-0., 6 ; Briollay, Chalonnes, 12 ; Chemillé, Durtal, 124 ; St-Georges, 29 ; Louroux, 28 ; Segré, 11 ; Vihiers.
M. — Chàteaugontier, 8 ; Laval, 14.

— Sur les chaumes de l'année précédente.

— Avant le 31 mai.

M. L — Angers N.-O., Chalonnes, 12 ; Chemillé, Segré, 11 ; Vihiers.
M. — Châteaugontier, 8 ; Laval, 14.

— Avant le 1er juillet.

M. L. — Durtal, 124.

— Sur les grains de printemps, racines fourragères et plantes sarclées.

— Aussitôt après la Toussaint.

M. — Laval.

— Avant le 12 janvier.

M. L. — Durtal.

— Sur les prairies artificielles (trèfles compris).

— En septembre.

M. L. — St-Georges, 23 ; Louroux, 28.
(1) Le mot labours comprend toutes les façons que doivent recevoir les terres, et l'obligation de labourer comprend celle de lever, herser, traverser, rafraîchir. Toutes, en effet, ont pour double but, d'ameublir la terre et de la mettre le plus possible en contact avec les gaz atmosphériques qui la refont.

— Du 24 juin au 15 juillet.

M. L. — Briollay.

— Sur les trèfles d'un an.

— Du 1er au 15 octobre.

M. L. — Angers N.-O., 6 ; Chalonnes, 12 ; Durtal, 124 (1) ; Segré, 11 ; Vihiers.
M. — Châteaugontier, 8.

— Du 15 septembre au 15 octobre.

M. — Laval, 14.

— Du 15 octobre au 15 novembre.

M. L. — Chemillé.

— Sur les trèfles de plus d'un an.

— Avant le 15 juillet.

M. L. — Angers N.-O., Chalonnes, Segré, Vihiers.
M. — Châteaugontier, 8 (2) ; Laval, 14 (2).

— Du 24 juin au 15 juillet.

M. L. — Briollay.

— Avant le 1er juin. — M. L. — Durtal, 124.

— Sur les jachères.

— Vers le 25 juin. — M. L. — Angers N.-E.

— Du 24 juin au 24 juillet. — M. L. — Briollay.

— Pour les sarrazins.

— Avant le 1er avril. — M. — Gorron.

— Du 1er mars au 1er mai. — M. — Lassay, Pré-en-Pail.

— Du 25 mai au 10 juin. — M. — (2e canton) Couptrain (3).

(1) L'année de la sortie, avant le 15 juillet.
(2) Aussi pour les ray-grass même d'une année, s'ils doivent être suivis de blé.
(3) Le premier labour se fait à la fin de février.

— Pour l'orge.

— Avant le 1er janvier. — M. — Gonon

— Du 1er au 15 décembre. — M. — Pré-en-Pail.

— Du 1er décembre au 1er avril. — M. — Lassay.

— Pour l'avoine.

— Avant le 1er décembre. — M. — Gorron.

— Du 1er au 15 décembre. — M. — Pré-en-Pail.

— Du 1er mars au 15 avril, après l'ensemencé. — M. — Couptrain (1).

— Pour le froment et le seigle.

— Après la récolte du sarrazin, du 15 au 30 octobre.

M. — Pré-en-Pail.

— Du 15 septembre au 15 novembre.

M. — Lassay.

— Pour les pommes de terre.

— Fin mars.

M. — Couptrain.

— Pour le chanvre ou le lin.

— Fin avril.

M. — Couptrain.

— Pour les grains d'hiver.

— Du 1er août au 15 octobre.

M. — Bais, 7.

— Sans distinction de la culture précédente. — Ils doivent être faits avant le 30 juin, sauf ceux qui sont faits sur trèfles de l'année.

(1) Le premier labour se fait dans les Avents de Noël.

— En avril.

M. — Mayenne.
M. L. — Montreuil-Bellay.

— Forme de labours. — En sillons.

M. — Ambrières, Gorron, Horps, Villames.

— En sillons ou en planches.

M. — Mayenne.

— En sillons à quatre raises doubles ; les deux dernières doivent avoir 0m, 12 de profondeur.

M. L. — Durtal, 126.

— En sillons de 1m de largeur et 0m,24 de profondeur.

M. — Pré-en-Pail.

— En sillons de 1m à 1m,50 au plus de largeur, quelle que soit la nature du sol.

M. L. — Seiches.

— Labours de l'entrant. — Il peut les commencer dès le 24 juin qui précède son entrée.

M. L. — Angers N.-E. (1), 15 ; Baugé, Beaufort, Seiches.

— Après le 21 avril.

M. — Bais, 22.

— Après le 23 avril.

M. — Villaines.

— Si le sortant n'ensemence pas, l'entrant doit aux époques accoutumées.

M. L. — Briollay.

— L'entrant peut labourer dès l'enlèvement des récoltes du sortant.

M. L. — Gennes, Longué, 6.
(1) Il ne peut labourer les jardins qu'à partir du 1er septembre.

— S'il s'agit des jachères. — dès le 1er mai qui précède son entrée.

M. L. — Noyant.

— Il n'en peut faire avant son entrée.

M. — Lassay.

LAIT (col. part.). — Il est attribué en totalité au colon, mais il ne lui est pas permis d'en vendre.

M. L. — Chemillé, 85 ; Louroux, 59.

LAVOIRS communs. — Les réparations sont faites contributivement par les personnes qui en jouissent et dans la proportion de leurs droits.

M. L. — Beaupréau.

LÉGUMES (col. part.). — Les légumes du jardin nécessaires au ménage sont attribués en totalité au colon.

M. L. — Baugé, Briollay, Chemillé, 74 ; St-Florent, 38.
M. — Châteaugontier, 61 ; Laval, 74 ; Mayenne (arrt).

— Le surplus de ce qui est nécessaire aux besoins du colon se partage par moitié comme les autres produits.

M. L. — Angers N.-O., Louroux, 60 ; Segré, 70 ; Vihiers.
M. — Laval, 74.

— Droits du locataire à sa sortie. — Il n'a aucun droit sur les légumes non parvenus à maturité au moment où finit le bail.

M. L. — Angers S.-E., 125.

LIERRE. — Destruction. — Obligatoire, à la charge du fermier.

M. L. et M. — Tous les cantons.

— Avant le 1er mars.

M. L. — Durtal, 78 ; Segré, 31 ; Vihiers.

— Pour les arbres fruitiers, — pendant l'hiver.

M. L. — Angers N.-E., St-Florent, 19.

— Avant le premier janvier.

M. L. — Louroux, 14.

LIN. — Ensemencé (du). — Interdit au fermier.

M. L. — Montfaucon.

— Il peut ensemencer en lin, en chanvre ou récoltes sarclées, le tiers des guérets destinés aux gros blés.

M. L. — Durtal, 7.

— Un quart des terres arables (du 23 avril au 1er mai).

M. — Ernée, 11 et 12.

— Le sortant ne peut en mettre dans le tiers destiné au blé.

V. Chanvre et Plantes oléagineuses.

— Teillage et broyage (col. part.). — Aux frais du colon.

M. L. — Angers N.-O., Briollay, Chemillé, 81 ; Durtal, 165 ; Segré, 77 ; Vihiers, 61.
M. — Châteaugontier, 67 ; Laval, 80 ; Mayenne (arrt).

— Graine (de). — Elle est attribuée en totalité au colon, qui seul fournit la semence.

M. — Laval, 74.

— Elle se vend au double décalitre sans fourni et rasé.

M. L. — Cholet.

LITIÈRES (Emploi des). — Il doit se faire sur les lieux.

— Le fermier ne peut ni les vendre ni les enlever.

M. L. et M. — Tous les cantons (1).

V. Engrais.

LOGES, logereaux, appentis. — On nomme ainsi des abris non maçonnés (faits de bois et de paille) qui servent de refuge aux instruments aratoires, charrettes, etc.

— Propriété.

— Les loges restent au propriétaire sans distinction de leur forme ; cependant, si le fermier justifie avoir fourni tout ou partie à ses frais, le propriétaire a le choix ou de les laisser enlever, ou de les retenir, en tenant compte de la valeur des objets fournis, à dire d'experts, au moment de la sortie.

M. L. — Angers N.-E., S.-E., 60 ; Beaufort, 11 ; Briollay, Chalonnes, 33 ; Chemillé, 45 ; Durtal, 104 ; St-Florent, 21,

Longué, 12 ; Segré, 55.

— Le propriétaire, s'il a fourni le bois nécessaire à leur édification, conserve, sans indemnité envers le fermier, toutes les loges couvertes en bois, genêts, pailles ou chaumes.

M. L. — Angers N.-E., Briollay.
M. — Châteaugontier, 50 ; Mayenne (arrt).

— Réparations et entretien. — La réfection totale ou partielle est due par le fermier ; si la loge est couverte, le propriétaire fournit le bois.

M. L. — Durtal, 104.

— Le fermier est chargé de l'entretien et même de la réparation et réfection partielle des logereaux,

(1) Cependant le fermier d'une closerie peut les enlever à sa sortie.

M. L. — St-Florent, 12.

si la paille qui les couvre est placée avec la fourche ; si le bois et la paille des logereaux ont été achetés par le fermier, il peut les enlever à sa sortie, mais les logereaux doivent être maintenus, si le bois et la paille ont été pris sur le lieu.

M. — Mayenne (arrt).

— L'entretien de la toiture en paille triée et placée à la main, est pareillement à la charge des termiers.

Mais la construction ou la réfection entière de cette toiture regarde le propriétaire seul. Dans tous les cas, c'est le fermier qui fournit la paille.

M. — Châteaugontier, Laval, 3 ; Mayenne (arrt).

LOYERS. — Paiements (des). — Epoques.

1° Maisons dont la jouissance commence le 24 juin : en deux termes égaux, la moitié à Noël, la moitié à la Saint-Jean.

2° Maisons louées à la Toussaint ; la moitié, le 1er mai ; la moitié, le 1er novembre.

M. L. — Angers N.-E., N.-O., S.-E., 144, 145.

— Pour toutes les maisons situées hors la ville, un seul terme de paiement : le 1er novembre.

M. L. — Angers N.-O.

— Deux termes égaux, de six mois en six mois.

M. L. —Saumur N.-O.

— Un seul terme, à l'expiration de l'année.

M. L. — Cholet, 11 ; Gennes.

LUZERNES. — C'est un des éléments les plus employés des foins artificiels (1).

(1) Cependant, les luzernes sont considérées comme foins naturels dans les cantons d'Angers N.- O. et de Thouarcé (Maine-et-Loire),
V. Foins artificiels, p. 133 et 135.

— (Il faut donc se reporter à l'article foins, pour la consommation, le fauchage, l'enlèvement, l'époque de la coupe, le partage entre le sortant et l'entrant, les travaux de récolte.)

— Défrichements (des). — L'entrant peut exiger que le sortant défriche les luzernes et remette les lieux en état. Dans ce cas, ce travail doit être terminé le jour de la sortie.

M. L. — Beaufort.

— Le sortant doit les défaire lorsqu'elles doivent faire partie de l'étiége d'après la succession des soles. Si elles ne sont pas encore défaites au 1er mai, l'entrant peut les labourer sans attendre davantage.

M. L. — Baugé.

— Ensemencés. — L'entrant a le droit, après le commencement de mars, d'en jeter dans les grands blés semés par le sortant ; mais il doit à celui-ci une indemnité.

M. L. — Thouarcé.

— Il est autorisé à en semer, après le 20 mars, dans le quart des terres cultivées en froment, mais il ne peut y exécuter des hersages qu'avec l'agrément du sortant.

M. L. — Segré, 148.

Fumure. — Les luzernes composent une culture fécondante. Dans les terrains secs et maigres, elles préparent de beaux blés, qui succèdent au défrichement. On sème sur les luzernes, en avril, du plâtre cru et pulvérisé ; — un huitième ou un dixième d'hectolitre pour 4 ares 40 cent.

M. L. — Doué, Gennes.


M


MACADAM (nécessaire aux chemins d'exploitation). — Il est fourni et cassé aux frais du propriétaire, mais étendu et placé par le fermier.

M. — Châteaugontier, 3 ; Laval, 3.

— Le fermier est tenu d'aller chercher la pierre (s'il n'y en a pas d'éparse dans les pièces de terre de la ferme (1) au lieu indiqué par le propriétaire), jusqu'à 5 kilomètres.

M. — Laval.

— Jusqu'à 2 kilomètres.

M. — Châteaugontier.

MAISONS (Blanchiment des).

— Fermes (hérit. rur.).

— L'entretien du blanchiment est à la charge du fermier.

M. L. — Champtoceaux, Louroux, 3 ; Montrevault, Ponts-de-Cé, 3 ; Segré, 5 ; Vihiers.
M. — Châteaugontier, Laval, Mayenne (arrt).

— Le fermier doit à sa sortie reblanchir la maison si, à son entrée, elle avait été blanchie à la chaux.

M. L. — Chalonnes, 6 ; Chemillé, Cholet, Doué, St-Florent, 18 ; St-Georges, Montreuil-Bellay.
M. — Tous les cantons.
(1) S'il y en avait, il devrait la serrer, la charroyer et l'étendre, en commençant par les cours et étages, afin d'en remplir les cavités.




Couverture.

Livre. Dictionnaire des usages ruraux et urbains pour tous les cantons du ressort de la Cour d'appel d'Angers (Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe) : avec le texte des lois les plus usuelles. Maine-et-Loire et Mayenne, par Anatole-Édouard Robert et Eugène Gasté (avocats), E. Barassé (Angers), 1872.

Lecture préliminaire.
Dictionnaire AA à AS (abattage à assolement).
Dictionnaire AS à BA (assurances à bail).
Dictionnaire BA à BAI (bail à bail).
Dictionnaire BAI à BE (bail à betteraves).
Dictionnaire BE à CH (beurre à chanvre).
Dictionnaire CH à CH (chapeau à choux).
Dictionnaire CH à CO (choux à congé).
Dictionnaire CO à CO (congé à corps).
Dictionnaire CO à DO (coupage à domestique).
Dictionnaire DO à DO (domestique).
Dictionnaire DO à EL (domestique à élagage).
Dictionnaire EL à EN (élagage à ensemencés).
Dictionnaire EN à FE (ensemencés à feuilles).
Dictionnaire FE à FO (feuilles à fossés).
Dictionnaire FO à GA (fossés à gages).
Dictionnaire GA à HA (gages à haies).
Dictionnaire HA à JO (haies à journée).
Dictionnaire LA à MA (labours à maisons).
Dictionnaire MA à NA (maisons à navets).
Dictionnaire NA à PE (navets à pépinière).
Dictionnaire PE à PO (pépinière à pommes de terre).
Dictionnaire PO à PR (porcs à prestations).
Dictionnaire PR à RE (prestations à réparations).
Dictionnaire RE à SE (réparations à semences).
Dictionnaire SE à TE (semences à terres).
Dictionnaire TE à VE (terres à vendanges).
Dictionnaire VE à VI (vendanges à vignes).
Dictionnaire VI à VO (vignes à volailles).


Sur le même sujet : Usages ruraux au Louroux, Dictons agricoles.


Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs qu'il convient de corriger.