Rimiaux d'Anjou par M. Leclerc - Les Coëffes s'en vont

De Wiki-Anjou
Langue et littérature angevine
Document   Les Coëffes s'en vont
Auteur   Marc Leclerc
Année d'édition   1926
Éditeur   Au bibliophile angevin André Bruel (Angers)
Note(s)   dans Rimiaux d'Anjou, Sixième édition, p. 13 à 17


Les Coëffes s’en vont
A Paul Pionis.


I fesait bon voér, auterfoés,
enter les champs, enter les boés,
par les rout’s et les adressées
v’ nî, deux par deux, ou troés par troés,
les pûs ancienn’s un peu lassées,
les jeuness’ un p’tit pûs pressées,
les femm’ et les feill’ ed chez nous,
quant’ c’était féte, ou ben dimanche,
ovec leûs si jolies coeff’ blanches,
leûs d’vantiaux d’soée, leûs châl’ de v’loux
tout agrémentis d’ pernampilles !...
Et tout’s, les marrain’ coum’ les filles,
a n’avaient un air ben plaisant :
les grouss’ farmièr’, qui vont d’visant
de leûs gorins, de leûs volailles,
du prix qu’a vendront leûs aumailles ;
et les pauv’ drôlièr’, dont tout l’fait
emplirait point l’ fond d’ein bounet ;
les vieill’ et les jun’, tout’ pareilles,
a s’ dépêchant vers le cloucher
en berdassant, coum’ des abeilles
qui vezoun’ autour d’ein rucher.
Et c’était côr pûs biau aux noces :
Y avait point d’ bell’s dam’s en carosse,
mais on voyait, dès à matin,
par les voyett’s et les routins
les voésins v’nî à grand’ trôlées,
et, sus les rout’s, des carriolées
plein’ de nociers qui v’nant d’ partout
amulonnés à plein’ ridelles,
les femm’ assis’, les homm’ debout :
et tout c’ mond’ là, homm’ et fumelles,
les gâs, les feill’, et les queniaux,
ben attifés dans leûs nociaux,
leûs dorur’ et leûs biaux costumes :
les homm’, point beaux, coum’ ed coutume,
en gilet rond, en chapiau noér,
les pûs « messieurs », pour se fair’ voér,
vantié coum’ des gâs d’ la noblesse,
avec ein habit à queue d’ paisse,

Mais c’ qui fesait plaisir à voér,
c’étaint les femm’ et leûs coeffages,
chaqu’eun’ portant l’sien d’ son village :
cell’ de Torfou, et leû « bergot »
qu’a l’darrièr’ fait coum’ ein sabot ;
la « Coeff’ tournant’ » des Saumuroéses ; —
la « Boète-à-Laver » des bourgoéses
d’Varrains, d’Saint-Cyr et du Coudray ; —
les « Câlin’ » de Montreuil-Bellay ; —
et pis, avec tout’ leûs ail’ blanches,
coum’ des papillons sur les branches,
les « Coeff’ à volant » des Ponts-de-Cé,
de Saint-Florent, ou ben d’Thouarcé ;
les laid’ en étaient embellies,
et les bell’, un peu pûs jolies !

C’était un spectacl’ ben plaisant
qu’on n’verra pûs guère à présent :
Astheur’, nos feill’ et nos drolières
— qu’ont ben sûr queuq’ diable en la piau
veul’ ressembler aux villotières :
a lâch’ la coeff’ pour el’ chapiau !
a veul’ prend’ les modes d’la ville...
seul’ment, a n’y sont point habiles,
et ça leû va, sauf vout’ respect,
coum’ ein d’vantiau à n’ein goret :

Qués dam’ de vill’, qu’ont ren à faire
qu’à d’se r’garder d’vant, et darrière,
a n’pens’nt qu’à changer d’affutiaux,
à qui qu’aura l’pûs beau mantiau,
l’pûs grand piumet ; ou ben encôr
a s’harnâq’nt, a s’dévissent l’corps
pour paraîtr’, oh, s’lon les années,
tantôt chéti’, tantôt enfiées...

Mais nos feil’ de ferm’ qu’ont point d’temps
à passer à ces berlaud’ries,
a veul’ quant’ meime en faire autant !...
— Seul’ment, quand on fait les lav’ries,
qu’on va aux soins et aux batt’ries,
qu’on pans’ les vach’ et les gorins,
qu’on port’ des grouss’ charg’ sûs les reins,
qu’on sue, qu’on travaille et qu’on peine
par tous les temps, tous l’long de la semaine,
on n’apprend guère à s’attifer,
a s’blanchî l’teint, ni à s’coeffer ! —
Aussit, quand ej’ voés nos fumelles
mett’ de qués chapiaux d’ demoiselles,
qu’ont des grands bords tout arvirés,
sûs leûs boun’ gross’ goul’ ben plaisantes,
ovec leûs joues roug’ ben r’luisantes,
leûs ch’veux ben liss’ et ben tirés,
î m’ sembl’, en en r’gardant quéqu’eunes
qu’on a mis sû n’eun’ boul’ de fort
ein rondiau à sécher les preunes.
Enter nous, voyons, j’ai point tôrt !

Et qués chapiaux, qué bouillées d’ fieurs,
qués salad’ de tout’ les couleurs,
qué barg’ de paill’, qué mûlons d’ plumes...
c’est des jardins, des champs d’ légumes !
Des foés, c’est à peine s’î pourrait
n’en t’nî ein sous n’eun port’ charr’tière ;
et d’auters foés, î n’en pass’rait
d’euss’ trois ensembl’ par eun’ chattière ;
y en a qu’ont la form’ d’ein boissiau,
d’aut’, d’ein pagnier ; d’aut’, d’eun’ castrolle ;
et sûs tout ça, des tas d’oésiaux :
des ageass’, des pics, et des grolles,
et des puput’, et des coucous,
qui lèv’ la queue, qui batt’ des ailes,
Qui baîll’ du bec, qui dressent l’cou !
La moins glorieuse d’ nos fumelles
port’ pour tout l’ moins l’ croupion d’ein jau
qui fértille au d’sûs d’son musiau...

Faut-î ponmoins qu’ les femm’s sey’ bêtes
de perd’ leû temps et leûs écus
à seul’ fin de s’ fout’ sûs la tête
c’ que les oésiaux, euss, port’ au.. t’ part !




Extrait de l'ouvrage Rimiaux d’Anjou de Marc Leclerc, Sixième édition, Au bibliophile angevin André Bruel (Angers), 1926 (livre).

Marc Leclerc (1874-1946), écrivain angevin, créateur des rimiaux, poèmes ou contes rimés en langue angevine.

Note : Paul Pionis (1848-1929), pseudonyme de Louis Papin, poète né dans le Baugeois, auteur de Les Coiffes angevines publié en 1902.

Du même auteur : Paisans, Cheuz nous, Veille de Fête.

Sur le même sujet : Musée des coiffes, Fête des coiffes.


Avertissement : Cette reproduction en format texte peut contenir des erreurs qu'il convient de corriger.